Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Voir du pays
Delphine Coulin et Muriel Coulin  septembre 2016

Réalisé par Delphine Coulin et Muriel Coulin. France. Drame. 1h42 (Sortie le 7 septembre 2016). Avec Soko, Ariane Labed, Ginger Romàn, Karim Leklou, Andreas Konstantinou, Makis Papadimitriou, Alexis Manenti et Robin Barde.

On sait que le cinéma est presque toujours affaire d'hommes et souvent de frères. Avec Delphine et Muriel Coulin, il va désormais falloir compter sur des sœurs.

Des sœurs à sacré tempérament qui unissent leurs forces de romancière et de documentariste pour donner un deuxième film après un premier qui a beaucoup intrigué et fait parler de lui, "17 filles".

Cette fois-ci, les deux femmes ont décidé de pénétrer un milieu d'hommes qui tolère depuis peu quelques représentantes du genre féminin, à condition qu'elles aient la voix grave et aient tout du garçon manqué.

"Voir du pays" de Delphine et Muriel Coulin est en tout cas le premier film sur l'armée française moderne, celle d'après le service militaire supprimé et celle qui a pour théâtre de guerre tous les foyers de terrorisme qui pullulent ça et là.

Mais l'originalité du scénario des sœurs Coulin, tiré d'un roman écrit il y a trois ans par Delphine, ne s'arrête pas là. Dans "Voir du pays", il n'est pas question de filmer la guerre en vrai, mais de la reconstituer, avec ces zones de fiction et de friction, quand elle est finie, ou qu'on la croit finie.

Combattante en Afghanistan, l'unité à laquelle appartiennent Marine et Aurore vient d'être relevée. Avant de revenir en France, les militaires ont droit à du "bon temps", celui du débrief, dans un palace chypriote. Mais là encore, la guerre rôde puisqu'il s'agit de la rejouer une dernière fois pour l'oublier, l'évacuer, pour qu'elle ne poursuive pas ceux qui pourraient en subir le trauma.

Car, la mission a été meurtrière et, devant toute la troupe, chacun va devoir raconter ce qu'il a vu, vécu et ressenti et tout cela sera reconstitué sur écran en images de synthèse.

Cette mise en abyme de la guerre dans l'après-guerre préfigure pour tous, tout au moins pour ceux qui ne sont pas de pures machines militaires, le temps des cauchemars, des désillusions, celui où l'on peut changer son destin, même si redevenir civil ne va pas forcément faire s'évanouir les choses vues.

Avec son dispositif apparemment simple, "Voir du pays" de Delphine et Muriel Coulin montre que la guerre ne finit jamais chez celui qui en revient. Dans un Chypre lui aussi coupé en deux, chacun a bien du mal à se reconstruire, même dans un palace, même au milieu d'un luxe offert un temps pour oublier les semaines terribles où l'on a risqué sa peau.

S’effondre aussi la solidarité fictive vécue sous l'uniforme. Les rancoeurs, les petites lâchetés, l'indécrottable machisme, tout se redessine. Ce monde âpre, obtus, masculin, s'accommode de moins en moins de la présence de femmes qui perdent leur simili-virilité acquise sous le treillis pour redevenir des "proies". Féminiser l'armée ne signifie pas encore que l'armée est féministe...

Ce qui devait être un "havre de paix" s'avère finalement la continuation de la guerre par d'autres moyens.

D'une vraie originalité, connaissant parfaitement son sujet, dominé par l'interprétation convaincante d'Ariane Labed et Soko, "Voir du pays" de Delphine et Muriel Coulin se suit comme une fiction bien ficelée, décrit minutieusement le monde militaire et, sans s'enfermer dans une thèse, a le mérite de poser des questions sur ce que devenir soldat veut dire et implique.

À l'heure où l'armée recrute à coup de spots publicitaires et par campagne d'affichage, la vision de "Voir du pays" est à conseiller pour ceux qui souhaitent s'engager...

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
 

• Archives :
Costa Brava, Lebanon - Mounia Aki  
Des filles pour l'armée - Valerio Zurlini  
Occhiali neri - Dario Argento   
Peter von Kant - François Ozon   
The Sadness - Rob Jabbaz  
L'Esprit sacré - Chema García Ibarra
Todos os Mortos - Caetano Gotardo et Marco Dutra
Jungle rouge - Juan José Lozano et Zoltan Horvath   
Swing - Tony Gatlif    
All eyes off me - Hadas Ben Aroya  
Les Femmes des autres - Damiano Damiani   
Maître Contout - Mémoire de la Guyane - Xavier Gayan   
Années20 - Elisabeth Vogler   
Et je l'aime à la fureur - André Bonzel   
Un vrai crime d'amour - Luigi Comencini   
Employé-Patron - Manuel Nieto Zas   
The Batman - Matt Reeves
Azuro - Matthieu Rozé  
La vie de famille - Jacques doillon
Deux sous d'espoir - Renato Castellani  
Crush - Luis Prieto   
Tropique de la violence - Manuel Schapira    
L'Empire du silence - Thierry Michel   
Ma nuit - Antoinette Boulat   
Rien à foutre - Emmanuel Marre et Julie Lecoustre    
Ali & Ava - Clio Barnard   
Viens je t'emmène - Alain Guiraudie   
La Légende du roi crabe - Alessio Rigo de Righi et Matteo Zoppis   
Dunk ou Die - Nicolas de Virieu   
Nous - Alice Diop   
- les derniers articles (2)
- les derniers cineclub (6)
- les derniers concerts (19)
- les derniers expos (1)
- les derniers films (1630)
- les derniers interviews (15)
- les derniers spectacles (3)
           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=