Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Hergé
Grand Palais  (Paris)  Du 28 septembre 2016 au 15 janvier 2017

Le Grand Palais accueille une exposition consacrée à Georges Rémi plus connu sous l'acronyme "Hergé", auteur des bandes dessinées relatant les célèbres et inoxydables aventures de Tintin, dont le propos annoncé est de décrypter son génie et son processus créatif.

Constituant également un événement promotionnel pour la sortie en janvier 2017 de l'album "Tintin au pays des Soviets" en version colorisée, cette monstration "clé-en-mains", scénographie incluse, a été conçue par le Musée Hergé fondé par Fanny Rodwell, seconde épouse de Hergé et héritière des droits sur son œuvre.

Le commissariat est assuré par Sophie Tchang, conservatrice audit musée et fille de Tchang Tchong Jen, le jeune étudiant chinois inscrit aux Beaux-Arts à Bruxelles contacté par Hergé au début des années 1930 pour lui apporter la documentation nécessaire à l'élaboration de l'aventure "Le Lotus bleu".

Nul doute qu'elle attirera nombre de visiteurs bédéistes et tintinophiles alléchés par les nombreuses oeuvres, dont ébauches, crayonnés, bleus de coloriage, planches et couvertures originales, du maître du 9ème art, inventeur de la ligne claire et fondateur de la bande dessinée moderne.

Ainsi que le jeune visitorat à laquelle elle n'est pas dédiée mais qui comporte des éléments incitatifs pour les parents tels les murs, autres que les cimaises d'accrochage, recouverts d'immenses reproduction de dessins et figures tintinesques ou la maquette de la fusée de "Objectif Lune".

Hergé au Grand Palais : le commencement est dans la fin

Ressortant davantage au jeu de piste qu'à la rétrospective, le parcours globalement chrono-thématique ressort au jeu de piste et s'avère erratique quant au didactisme annoncé.

En effet, d'une part, il use d'une chronologie à rebours en commençant par deux salles consacrées l'une aux tentatives picturales d'Hergé des années 1960 et l'autre à un florilége de sa collection d'oeuvres d'art initiée en 1950, pour finir sur ses débuts de prime jeunesse alors qu'il était le scout "Renard curieux".

Donc sauf à inverser le sens de la visite, ce choix n'aide pas à la compréhension de l'oeuvre et de son vocabulaire graphique, notamment par exemple l'évolution du personnage de Tintin chrysalide en forme de pantin de patronage en 1929 dont la métamorphose en globe-trotter et jeune reporter intrépide en (et aux) prises avec l'actualité contemporaine durera quinze années, ni, surtout, de son coeur de cible qu'est le décryptage de la " fabrique" du dessin et de ses éléments techniques, ceux-ci étant, au demeurant, disséminés dans plusieurs salles.

D'autre part, certaines sections thématiques comportent parfois des inserts historiques, comme la salle du "Lotus bleu", ordonnée autour des objets personnels ayant appartenu à Tchang, qui, s'il elle n'en présente que 5 planches, consacre un mur à l'ensemble des numéros de 1929 à 1940 du magazine Le petit Vingtième.

Voire des redondances comme les planches de "Tintin au pays des Soviets", sujet de la salle intitulée "Naissance d'un mythe" qui figurent également dans la section "Le romancier de l'image" et servent, bizarrement puisque primitifs, de référence pour les portraits de la peu ludique salle "Famille de papier".

Déception sans doute pour le visiteur qui aura vu l'exposition organisée par le Centre Pompidou en 2007 sous le commissariat de Laurent Le Bon à l'occasion du centenaire de la naissance d'Hergé. Une exposition instructive, notamment quant au processus créatif avec le "making of" complet de l'album "Objectif Lune", et dont le joyau était constitué par la collection complète des 124 planches originales du "Lotus bleu".

Cela étant, au Grand Palais, l'intérêt réside dans la présentation du travail graphique moins connu d'Hergé dans le domaine de la publicité, section dans laquelle figurent également des planches des aventures de Tim héros l'écureuil du Far-west, qui n'ont aucun rapport stylistique mais qui étaient publiées dans le journal gratuit d'un grand magasin bruxellois.

A noter, dans le cadre des lundis du Grand Palais, le "Cycle Tintin" avec des rencontres-débats qui apporteront un regard éclairé sur l'oeuvre d'Hergé.

 

En savoir plus :

Le site officiel du Grand Palais

Crédits photos : MM (Plus de photos sur La Galerie)
avec l'aimable autorisation de la RMN-Grand Palais


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 18 avril 2021 : En avril ne te cultive pas d'un fil

Pas de nouvelle bonne nouvelle... pas sûr. En attendant de pouvoir aller à nouveau vers la culture, faisons la venir vers nous. Voici notre sélection de tout un tas de choses à écouter, lire, voir et (re)découvrir. On commence évidemment avec le replay de la MAG #25 ! et oui déjà, en on n'est pas peu fier !

Du côté de la musique :

"Djourou" de Ballaké Sissoko
"A live full of farewells" de The Apartments
"Racine carrée de vos utopies" de Les Marteaux Pikettes
"Detectorists" le 19ème mix de la saison 2 de Listen In Bed
"Bach en miroir" de Marie-Andrée Joerger
"Drot og Marsk" de Peter Heise
"Bye bye baby" de Requin Chagrin
"Good for you" de Slim Paul
et toujours :
"In time Brubeck" de Duo Fines Lames
"Navegar" de Joao Selva
"Le style (avec Guillaume Long et Flavien Girard" la 8ème émission de Listen In Bed
"Dusk" de Paddy Sherlock
"Live at the Berlin philarmonie 1969" de Sarah Vaughan
Les petites découvertes de la semaine en clips avec : Hanna & Kerttu, Texas, A Certain Ratio, Johnny Mafia, Chevalrex + Thousand

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"La Collection" d'Harold Pinter
"Le Cabinet horrifique" de Valérie Lesort
"Vêtir ceux qui sont nus" de Luigi Pirandello
'Féminines" de Pauline Bureau
"Noire" de Tania de Montaigne
"Love & Politics" de Dan Turden
"NinaLisa" de Thomas Pédour
"Le Bœuf-musical Boris Vian" au Hall de la Chanson
"Hippolyte et Aricie" de Rameau

Expositions :

en virtuel :
"Trésors Nabis" du Musée d'Orsay
"Bonnard, Le Cannet, une évidence" au Musée Bonnard au Cannet
"Yan Pei-Ming - Au nom du père" au Musée Unterlinden à Colmar
"Crinolines et chapeaux, la mode au temps des impressionnistes" au Musée de la Corderie Valois en Normandie
"Camille Moreau-Nélaton, Une femme céramiste au temps des impressionnistes" au Musée de la céramique à Rouen
"Jean Ranc, un montpelliérain à la Cour des rois" au Musée Fabre à Montpellier

Cinéma :

at home :
"Généalogies d'un crime" de Raoul Ruiz
"La course navette" de Maxime Aubert
des films cultes :
"Au revoir les enfants" de Louis Malle

"Little Odessa" de James Gray
"37°2 le matin" de Jean-Jacques Beyneix
"C'est arrivé près de chez vous" de Rémy Belvaux et André Bonzel
"La Balance" de Bob Swaim
et un court métrage "La pince à ongles" de Jean-Claude Carrière

Lecture avec :

"C'est quoi ton genre ?" de Agnès Vannouvong
"La petite ville des grands rêves" de Fredrik Backman
"Les somnambules" de Chuck Wending
"Mondes en guerre : tome IV, guerre sans frontières" de Louis Gautier
"Séquences mortelles" de Michael Connely
et toujours :
"Elmet" de Fiona Mozley
"Le savoir grec" de Jacques Brunschwig, Geoffrey Ernest Richard Lloyd & Pierre Pellegrin
"Seul entouré de chiens qui mordent" de David Thomas
"Sur la route, vers ailleurs" de Benjamin Wood

Du côté des jeux vidéos :

Retrouvez les jeux vidéos en live sur la TV de Froggy's Delight chaque soir de la semaine à partir de 21H

 

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 13 juin 2021 : Culture à gogo
- 6 juin 2021 : Sous le soleil, à peu près.
- 30 mai 2021 : enfin libre ?
- 23 mai 2021 : Tout le monde dehors
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=