Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Finir en beauté
Monfort Théâtre  (Paris)  novembre 2016

Monologue dramatique écrit et interprété par Mohamed El Khatib.

Si l'on n'a pas encore vu "Moi, Corinne Dadat", Il est peut-être préférable de commence par "Finir en beauté" pour entrer dans l'univers de Mohamed El Katib.

Dans ce spectacle totalement consacré à sa mère, on découvrira l'essence de sa démarche, une espèce de minutieuse décortication des événements qui prennent ainsi chacun toute leur signification pour tisser le portrait de celle à qui il rend un bel hommage filial.

Seul sur une scène où il n'y a qu'un poste vidéo, Mohamed El Katib raconte sa mère en partant de sa maladie. Sans doute, opère-t-il le même effet clivant que Philippe Delerm en accumulant de petites notations prises sur le vif, des petites observations toujours positives et chaleureuses.

Car, on ne peut s'empêcher - c'était déjà le cas pour "Moi, Corinne Dadat" - de s'interroger sur la sincérité de son entreprise. Et l'on est constamment mal à l'aise puisqu'il a l'air si dénué d'arrière-pensées qu'on se demande pourquoi on ose en avoir soi-même.

A la fin du spectacle, l'auteur-acteur quitte la scène avant qu'on l'applaudisse et attend ses spectateurs dehors. On est alors saisi par sa gentillesse et l'on est encore plus mal à l'aise d'avoir douté de l'honnêteté d'un travail abouti, très bien écrit et conçu.

Pourtant, quand il fait distribuer des photocopies du certificat de décès de sa mère, le doute affleure : cette espèce de narcissisme "doux" ne transforme-t-il pas le spectateur en voyeur "doux" sans même qu'il s'en aperçoive ?

Sa sœur ayant reproché au dramarturge-récitant de filmer sa mère malade, Mohamed El Katib accepte de laisser noir l'écran de sa télé, et, comme sa mère ne parle qu'arabe, c'est donc des surtitres que l'on doit lire.

Tous ces dispositifs très bien ordonnés, précis, sans apparentes fautes de goûts captent l'attention du spectateur et anesthésient une partie de son jugement. Mais peut-on avoir un esprit critique quand quelqu'un, en parlant de sa mère, parle de toutes les mères ?

Mohamed El Katib cite "Le livre de ma mère" d'Albert Cohen et, malgré toutes les questions que son écriture soulève, on pourrait dire qu'ici, il livre un petit "théâtre de sa mère" plein d'amour et de respect pour celle qui l'a élevé.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco

Abonnez vous à la Newsletter pour recevoir, outre les mises à jour en avant première, des infos de première importance et peut être des choses dont vous n'avez même pas encore imaginé l'existence et l'impact sur votre vie... et nous non plus.

se désabonner, changer son mail ... c'est ici!


» Contacter un membre ou toute
   l'équipe (cliquez ici)


Afficher les chroniques d'un membre :

Liste des chroniques... Cécile B.B.
Liste des chroniques... David
Liste des chroniques... Didier Richard
Liste des chroniques... Fred
Liste des chroniques... Jean-Louis Zuccolini
Liste des chroniques... Julien P.
Liste des chroniques... LaBat’
Liste des chroniques... Laurent Coudol
Liste des chroniques... Le Noise (Jérôme Gillet)
Liste des chroniques... Margotte
Liste des chroniques... MM
Liste des chroniques... Monsieur Var
Liste des chroniques... Nathalie Bachelerie
Liste des chroniques... Nicolas Arnstam
Liste des chroniques... Paola Simeone
Liste des chroniques... Philippe Person
Liste des chroniques... Rickeu
Liste des chroniques... Séb.T

 

Les articles de ce site sont la propriété de froggydelight.com et de leurs auteurs.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=