Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce L'Intégriste malgré lui (The Reluctant Fundamentalist)
Mira Nair  2012

Réalisé par Mira Nair. Etats Unis/Grande Bretagne/Qatar. Thriller. 2h10 (2012). Avec Riz Ahmed, Kate Hudson, Liev Schreiber, Kiefer Sutherland, Om Puri, Shabana Azmi, Martin Donovan et Nelsan Ellis.

Sorti aux États-Unis en 2012, "L'intégriste malgré lui" de Mira Nair n'a pas été distribué en France. Pourtant, depuis le succès public de "Salaam Bombay !" (1988), la réalisatrice indienne a acquis une réputation mondiale qui lui a permis d'être à la tête de productions internationales.

Certes, le bon côtoie le moins bon dans sa filmographie, mais on ne s'explique pas, sauf à considérer le sujet comme un "sujet à risques", pourquoi "L'intégriste malgré lui" n'a pas connu de programmation française.

Car le film, de facture classique, tient pendant deux heures son sujet et, grâce à l'oeil non occidental de Mira Nair, montre toute la complexité du parcours d'un jeune Pakistanais brillamment diplômé d'une université américaine et ayant grimpé très vite dans la hiérarchie d'une multinationale, victime collatéral du 11 Septembre.

En effet, Changez avait tout pour réussir dans un univers où l'argent était roi et transcendait toutes les frontières de race et de religion. Il n'en a plus beaucoup dans une Amérique traumatisé par le coup d'éclat de Ben Laden.

C'est ce parcours que conte avec force détails Mira Nair. Comme dans la chanson de Renaud, "Manhattan Kaboul", Changez est "bien intégré, quasiment new-yorkais" mais tout à coup tout s'effondre dans un toucher rectal d'un policier qui ne voit pas en lui le brillant capitaliste sans scrupule mais un musulman potentiellement terroriste...

On le retrouve donc quelques années plus tard, barbu et habillé à l'orientale. Est-il désormais passé de l'autre côté de la force intégriste ? Un journaliste, lui aussi, revenu de bien des idéaux, devra percer son mystère pour la CIA à la recherche d'un otage.

 

Suspense dans le Pakistan sous tension et retours en arrière biographiques pour comprendre pourquoi on en est arrivé là alternent dans cette production au budget confortable et qui sait, sans doute grâce à sa réalisatrice, ne pas sombrer dans le manichéisme.

Le beau personnage de Changez est toujours promis, même dans la nasse pakistanaise, à un bel avenir s'il ne subit pas l'ire des uns et des autres. Parviendra-t-il à incarner une troisième voie "démocratique" entre une Amérique belliciste et un fondamentalisme conquérant ?

Bénéficiant d'une distribution américaine brillante, avec un Kiefer Sutherland royal et un Liev Schreiber impressionnant dans le rôle de Bobby Lincoln journaliste à la dérive au Pakistan, "L'intégriste malgré lui" de Mira Nair donne aussi de beaux portraits d'orientaux.

Pour une fois, l'autre n'est pas caricatural, qu'il s'agisse de l'éditeur turque qui contribue à convaincre Changez de quitter sa multinationale prédatrice, ou de la famille pakistanaise du héros, avec notamment le grand acteur indien Om Puri qui joue puissamment le père du héros.

En plus, on soulignera une rareté dans un film américain : l'existence d'un couple "interracial" Kate Hudson-Riz Ahmed que l'on voit même dans une scène d'amour.

Encore une raison de visionner "L'intégriste malgré lui" de Mira Nair qui réussit à faire passer en deux heures de cinéma "classique" un message de tolérance qui, sans être militant, va à l'encontre du manichéisme dominant depuis le 11 Septembre.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 07 juillet 2024 : La culture, pour toujours

Les grenouilles prennent la route d'Avignon et nous vous livrerons nos chroniques quasiment au jour le jour exceptionnelement ! En attendant, voici le programme de la semaine. Pensez aussi à nous suivre sur nos réseaux sociaux.

Du côté de la musique :

"Les chants de l'aurore" de Alcest
quelques clips à découvrir : Dropdead Chaos, MATW, For the Hackers, Elias Dris, CXK
Festival Chauffer la Noirceur #32, nous y serons avec Gogol Bordello, Glauque, Mike Love et quelques autres
"Shame" de Venice Bliss
et toujours :
"Locust land" de Bill MacKay
"Flash-back" de de Laurène Heistroffer Durantel
"Hommage à Nadia Boulanger" de Lola Descours
"All things shining" de Oh Hiroshima
"Deutche theatre Berlin trilogy" de PC Nackt et Nico van Wersch
"Le seum" de Resto Basket
"Times" de Seppuku
des festivals à venir : U Rock Party #3, Cooksound #13, La Guinguette Sonore #7
quelques clips : BEBLY - Lofofora - Chien Méchant - Wendy Pot - Cloud House - JMF Band
on termine la saison du Morceau Caché par "Émission 33 - Alt-J, The Dream, analyse par Alt-J"

Au théâtre :

Spéciale Avignon :
"Normal" à La Scala Provence
"Le poids des fourmis" au Théâtre La Manufacture
"Les enchanteurs" au Théâtre des Gémeaux
"Cyborg Experiments #1" au Théâtre La Factory
"Cet amour qui manque à tout amour" au Théâtre Chapau Rouge
"Rêveries" au Présence Pasteur, salle Jacques Fornier
"160 000 enfants" au Théâtre des Lilas
"Anne Chrsitine et Philippe" au Tiers lieu La Respelid'/Carmel
"Blanc de blanc" au Théâtre Transversal
"Classement sans suite" au Théâtre La Luna
et également toutes les chroniques par théâtre :
Le récapitulatif des tous les spectacles d'Avignon chroniqués chez Froggy

Cinéma avec :

Saravah" de Pierre Barouh
"La récréation de juillet" de Pablo Cotten et Joseph Rozé

"El profesor" de Marie Alché & Benjamin Naishtat

"Six pieds sur terre" de Hakim Bensalah
"Nouveau monde" de Vincent Capello
et toujours :
"La Gardav" de Thomas et Dimitri Lemoine
"Heroico" de Davis Zonana
"Roqya" de Saïd Belktibia
"L'esprit Coubertin" de Jérémie Sein

Expos avec "Résistance" de l'artiste Ukrainien Pinhas Fishel, Pavillon Davioud

Lecture avec :

Nos polars de l'été :
"7m2" de Jussi Adler Olsen
"La meute" de Olivier Bal
"Les effacées" de Bernard Minier
"Norferville" de Franck Thilliez
et toujours :
"Délivrées" de Delilah S. Dawson
"Un autre eden" de James Lee Burke
"Joli mois de mai" de Alan Parks
"Se perdre ou disparaitre" de Kimi Cunningham Grant
"Vic Chestnutt, le calme et la fureur" de Thierry Jourdain
"La cité des mers" de Kate Mosse
"Merci la résistance !" par un Collectif d'auteurs
"Mon homme marié" de Madeleine Gray
"Rien de spécial" de Nicole Flattery
"Le temps des cerises" de Montserrat Roig
"Neuf mois" de Philippe Garnier
"De sable et d'acier" de Peter Caddick-Adams
"Je ne suis pas un héros" de Eric Ambler
"Après minuit" de Gillian McAllister

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=