Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Schock Corridor
Nouveau Théâtre de Montreuil  (Montreuil)  janvier 2017

Transposition théâtrale du film éponyme de Samuel Fuller, adaptation et mise en scène par Mathieu Bauer, avec Youssouf Abi-Ayad, Éléonore Auzou-Connes, Clément Barthelet, Romain Darrieu, Rémi Fortin, Johanna Hess, Emma Liégeois, Thalia Otmanetelba, Romain Pageard, Maud Pougeoise, Blanche Ripoche et Adrien Serre.

Dans la série les "films portés à la scène", "Shock Corridor" constitue une variante de taille. Au lieu d'adapter simplement le film de Samuel Fuller, tourné par le réalisateur américain en 14 jours en 1963, Mathieu Bauer introduit justement le personnage du cinéaste dans la pièce tiré de son film.

Gros Havane au bec, selon la légendaire tradition fullérienne, voilà donc le célèbre auteur de westerns et de films noirs énonçant sa définition du cinéma, celle qu'il donne à Jean-Paul Belmondo dans "Pierrot le fou" de Jean-Luc Godard : "Le cinéma c'est comme une bataille : de l'amour, de la haine, de l'action, de la violence, de la mort.. en un mot de l'émotion...".

C'est exactement la recette que Mathieu Bauer va appliquer pour recréer "Shock Corridor"... Ah, un détail important : Sam Fuller est joué par une jeune actrice rigolarde en costume noir chic. Et ce début tonitruant et réjouissant annonce bien ce que Mathieu Bauer veut faire : à la fois un hommage cinéphile à Fuller et une reconstitution par bribes du film-titre.

Ce contrat des charges qu'il se fixe, le metteur en scène va le respecter, permettant à ceux qui ont vu l'oeuvre originelle, comme à ceux qui l'ignorent, de prendre le même plaisir. Le "Shock Corridor" théâtral ne sera pas une paraphrase de son modèle cinématographique, mais cherchera par des procédés proprement théâtraux à retrouver son élan, ses fulgurances, sa manière sauvage de faire jaillir la violence et la folie.

Le portrait de Johnny Barrett, journaliste obsédé par le prix Pulitzer, qui se fait interner pour résoudre un crime qui a lieu dans un asile psychiatrique, est saisissant. Son terrible voyage au bout de la folie est aussi convaincant sur scène que sur un écran.

Mathieu Bauer a eu la bonne idée de profiter de sa troupe fraîchement émoulue de l'école du TNS (Théâtre National de Strasbourg) pour véritablement chorégraphier "Shock Corridor". Il a ainsi décidé que la vie à l'asile, avec la présence des malades dans le fameux corridor avait quelque chose à voir avec un ballet étrange, mécanique, insensé, mais réglé par un ordre aléatoire supérieure, celui de la folie.

Il a également pensé à ajouter des chansons, des standards de la musique américaine, à commencer par "Strange Fruit", rendu célèbre par Billie Holiday, qui donnent au spectacle une amplitude, là où d'autres auraient surenchéri au film en préférant un décor blanc d'hôpital clos et étouffant où les acteurs auraient été confiné dans l'espace bruyant du corridor.

D'ailleurs, Mathieu Bauer n'accorde au décor sensé représenter l'hôpital qu'une toute partie à la droite de la scène, alors que Sam Fuller, alias Maud Pougeoise, déambule sur tout le reste du plateau, que des musiciens, dont Mathieu Bauer lui-même, occupent l'arrière de sa partie centrale.

Pour figurer un film en noir et blanc sur l'enfermement, c'est donc une espèce de "comédie musicale" totale que Mathieu Bauer a élaboré. Ce parti-pris, franchement réussi, a l'immédiat mérite de permettre à la douzaine d'élèves de la promotion sortante du TNS d'avoir tous quelque chose à jouer et de pouvoir prouver chacun à son tour qu'ils sont faits pour le métier.

En Fuller, Bauer a trouvé de la matière pour ses comédiens : dans "Shock Corridor", la distribution n'est composée que de ces seconds rôles qui ont assis la réputation du cinéma américain. Ici, ils sont cités, souvent "biographiés", eux qui ont hanté pendant des dizaines d'années les plateaux de cinéma mais aussi les scènes de théâtre.

On souhaite aux protagonistes du spectacle de Mathieu Bauer de connaître pareil destin et que ce "Shock Corridor" soit pour eux une porte, un sésame vers une vie accomplie d'acteurs.

On se permettra donc de les citer tous pour saluer leur participation à une création originale et enthousiasmante : Youssouf Abi-Ayad, Eléonore Auzou-Connes, Clément Berthelet, Romain Darrieu, Rémi Fortin, Johanna Hess, Emma Liégeois, Thalia Otmanetelba, Romain Pageard, Maud Pougeoise, Blanche Ripoche et Adrien Serre.

Commencer sa carrière avec un spectacle de cette qualité ne peut que leur porter chance et l'on voit bien "Shock Corridor" non pas se voir attribuer un prix Pulitzer mais au moins un Molière de la meilleure adaptation théâtrale, par exemple.


 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 18 septembre 2022 : Nouvelle Vague

Qu'on aime ou pas Godard, il faut reconnaitre qu'il a apporté énormément au cinéma mondial et sa disparition signe à la fois la fin de quelque chose et peut être le départ d'une autre vague. Quoi qu'il en soit, il n'est pas seulement question de cinéma cette semaine, voici notre sélection :

Du côté de la musique :

"J'ai vécu les étoiles" de Andoni Iturrioz
"Ornette Under the Repetitive Skies 3" de Clément Janinet
"Alan Hovhaness : oeuvres pour piano" de François Mardirossian
"Live in Paris" de Fred Nardin Trio
"Show AC/DC" de Ladies Ballbreakers
"Luigi Concone" de Mavroudes Troullos & Rachel Talitman
quelques clips avec Moundrag, Ottis Coeur et Madam
"Souvenirs" de Pale Blue Eyes
"Life and life only" de The Heavy Heavy
et toujours :
"Seven ways to fake a perfect skin" dernier mix de la saison 3 de Listen In Bed
"Good news" de Ciao Lucifer
"Real to reel" de CVC
"Jazz migration #8" de Haléis, Ishkero, Mamie Jotax, Noé Clerc Trio
"Fantaisies" de Jean Samuel Bez & Jean Luc Therrien
"Pre pleasure" de Julia Jacklin
"Reset" de Panda Bear et Sonic Boom
"In the wild" de The Interrupters

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Jours de joie" au Théâtre national de l'Odéon
"Vania/Vania ou le démon de la destruction"au Théâtre de la Tempête
"L'invention de nos vies" au Théâtre Rive-Gauche
"Out of the blue" à l'Espace Cardin
"Corolian" au Théâtre de la Bastille
"Respire" à La Scala
les reprises :
"Les Forêts de Sibérie" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Les Muses" au Théâtre du Ranelagh
"Les Vengeurs - Le Flower Killer" au Théâtre de Nesle
"Matthieu Penchinat - Qui fuis-je ?" au Théâtre du Marais
et les spectacles à l'affiche

Expositions :

"Hyperréalisme - Ceci n'est mon corps" au Musée Maillol
'Miroir du monde - Chefs d'oeuvre du Cabinet d'art de Dresde" au Musée du Luxembourg
et les expositions à l'affiche

Cinéma :

en salle : "Coup de Théâtre" de Tom George
en streaming gratuit :
"L'autre côté de l'espoir" d'Aki Kaurismäki
"Taxi Téhéran" de Jafar Panahi
"Le silence de Lorna" de Luc et Jean-Pierre Dardenne
"Borga" de York-Fabian Raabe
et le cinéma indien en 5 films

Lecture avec :

"Combattre en dictacture" de Jean Luc Leleu
"Hideo Kojima, aux frontières du jeu" de Erwan Desbois
"Le cartographe des absences" de Mia Couto
"Le coeur ne cède pas" de Grégoire Bouillier
"Le tumulte" de Sélim Nassib
"Un profond sommeil" de Tiffany Quay Tyson
et toujours :
"Cocaïans" de Gauz'
"High energy rock'n'roll" de Jean Charles Desgroux
"Les enfants endormis" de Anthony Passeron
"Mon acrobate" de Cécile Pivot
"Poids plume" de Mick Kitson

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=