Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Le Roi se meurt
Ciné 13 Théâtre  (Paris)  mars 2017

Comédie dramatique d'après l'oeuvre éponyme de Eugène Ionesco, mise en scène de Julie Duchaussoy, avec Lucie Boissonneau, Denis Boyer, Yoan Charles, Clémentine Desgranges, Mathilde Monjanel et Karen Rencurel.

Parmi les pièces d'Eugène Ionesco, "Le Roi se meurt" fait souvent figure de vilain petit canard. Moins absurde que les autres, plus classique de facture, elle est écrite dans un langage beaucoup moins désarticulé que "Les Chaises".

Son thème, la mort, et la manière de l'aborder par le personnage du roi Bérenger Ier, rapproche Ionesco des auteurs "existentialistes" dont les idées dominaient dans les années 1950 et dans la première moitié des années 1960.

Dès lors, peut-on lui trouver une "modernité" ? C'est ce que semble affirmer Julie Duchaussoy dans son adaptation, qui sans vouloir faire ombrage à Michel Bouquet qui interprète encore le roi Bérenger à 90 ans, fait jouer le rôle par un trentenaire.

Ce n'est donc pas un roi fatigué, épuisé moralement, politiquement et physiquement qui doit, selon l'annonce liminaire du Garde (Karen Rencurel) "mourir en une heure et demie", mais un jeune homme, frêle et naïf (Yoan Charles), encore plein de sang, qui ressent le mauvais sort qui le frappe avec sans doute plus d'effarement qu'un vieux monsieur ayant déjà vécu plus d'une vie.

Ainsi perçu, "Le Roi se meurt" respecte finalement la pensée d'Eugène Ionesco, qui avait fait de Bérenger un personnage récurrent, réapparaissant dans "Rhinocéros" ou dans "Tueur sans gages" et qui ne désirant pas qu'il soit un éternel bourgeois s'est décidé, ici, à en faire un roi. Car, pour l'auteur de "La Cantatrice chauve", "Tout homme est un roi. L'univers lui appartient jusqu'à ce qu'il s'effondre".

Homme universel au destin inexorable dans un royaume en plein effondrement, Bérenger Ier se transforme tout au long de la pièce. Du refus de la mort à sa fatale acceptation, il est gagné par la peur, la colère, la résignation, la nostalgie de la vie qui le quitte. Abandonné par les siens, dépouillé de tous ses biens, il peut finalement mourir.

Dans son adaptation, Julie Duchaussoy n'a pas cherché les anachronismes et Bérenger Ier, même s'il pourrait à un moment être tenté par le hip-hop et le rap pour discourir, ne franchit pas le mur de l'anachronisme.

Faisant confiance aux mots dits, elle laisse les deux épouses du roi bigame, la reine Marie (Clémentine Desgranges) et la reine Marguerite (Lucie Boissonneau) aux prises avec les longues tirades imaginées pour elles par Ionesco.

Si l'on est impressionné par leur abattage, et particulièrement celui de Lucie Boissonneau dans l'ultime morceau de bravoure de la pièce, on pourra peut-être regretter que Julie Duchaussoy n'ait pas plus élaguée dans cette prose qui démontre que Ionesco est beaucoup moins convaincant dans le registre sérieux que dans la fantaisie pure.

Heureusement, "Le Roi se meurt" contient quelques passages ou personnages plus "ionesquiens", tel ce médecin-bourreau (Denis Boyer) ou Juliette (Mathilde Monjanel), femme à tout faire qui incarne le peuple et qui finit par n'en faire qu'à sa tête.

Evidemment "Le Roi se meurt" n'est pas "Ubu" et manque à la fois d'une radicalité sur la forme et d'une pensée transgressive sur le fond. Toutefois, Julie Duchaussoy réussit à faire fonctionner la pièce sans passer par le pathos inhérent au pléonasme de faire du roi un vieil homme qui s'agite aux portes de la mort, et sans succomber aux facilités du "jeunisme".

C'est avec un grand respect qu'elle redonne une belle énergie à une pièce qu'on verra désormais d'un autre œil.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 29 novembre 2020 : Culture Globale

Ca y est vous n'avez plus d'excuse pour ne pas vous rendre dans les librairies, disquaires et autres lieux de culture chers à nos coeurs, alors FONCEZ ! si vous avez besoin d'un prétexte : On n'a jamais été aussi proche de Noël !

Du côté de la musique :

"I know that you know" de Eau Rouge
"In town" de Switch Trio
"May our chambers be full" de Emma Ruth Rundle & Thou
"The messenger" de Hélène Grimaud
"Songs" de Patrick Messina & Fabrizio Chiovetta
"Star feminine band" de Star Feminine Band
"Signs" de Vaiteani
"Stay" de Valerie June
"Grand plongeoir" de Yves Marie Bellot
"Selectorama" Le nouveau mix (S2M4) de Listen In Bed
"De là" de Clarys
et toujours :
"Sweet roller" de Al Pride
"After the great storm" et "How beauty holds the hand of sorrow" de Ane Brun
"Bisolaire" de Fredda
"Stillness" de Laetitia Shériff
"Un soir d'été" de Aurore Voilqué Trio
"Warning bell" de Daniel Trakell
"Trip" de Lambchop assortie de la nouvelle émission de Listen in Bed "Lambchop's Trip"
"Glo" de Manuel Bienvenu
"Serpentine prison" de Matt Berninger
"Je ne vous oublierai jamais" de Morgane Imbeaud
"Lockdown care bundle EP" de Nadeah
"Nashville tears" de Rumer

Au théâtre at home :
avec les captations vidéo de :
"Les Géants de la montagne" de Luigi Pirandello
"Très chère Mathilde" de Israel Horovitz
"Une des dernières soirées de carnaval" de Carlo Goldoni
"Un amour de jeunesse" de Ivan Calbérac
"La Vérité" de Florian Zeller
"Ils se sont aimés" de Pierre Palmade et Muriel Robin
"La croisière ça use" de Emmanuelle Hamett
"Cyrano m'était conté" de Sotha
et un air d'opéra avec "Miranda" d'après Shakespeare et Purcell

Expositions :

en virtuel :
"Gabrielle Chanel - Manifeste de mode" au Palais Galliera
"Cristo et Jeanne Claude" au Centre Pompidou
"Jim Dine - A day longer" à la Galerie Templon

"Kiki Smith" à la Monnaie de Paris
"Pierre Soulages" à l'espace culturel départemental Lympia à Nice
"La "Collection Emil Bührle" au Musée Maillol
"Paris Romantique 1815-1848" au Petit Palais
"Léonard de Vinci" au Musée du Louvre
"La vitrine Gallé" au Musée des Arts et Métiers
et les collections du Musée Guggenheim de New York

Cinéma :

at home en steaming gratuit :
"Caché" de Michael Haneke
"Au loin s'en vont les nuages" de Aki Kaurismaki
"Une valse dans les allées" de Thomas Stuber
"La Lune de Jupiter" de Kornel Mundruczo
"L'enfant d'en-haut" de Ursula Meier
"Le beau monde" de Julie Lopes Curval

Lecture avec :

"L'intériorité dans la peinture" de Pierre Soulages & Anne-Camille Charliat
"Coco de Paris" de France de Griessen
"Considérations sur le homard tome 2" de David Foster Wallace
"Intuitions" de Paul Cleave
"Les aveux" de John Wainwright
"Les ratés de l'aventure" de Titayna
"Un été de neige et de cendres" de Guinevere Glasfurd
et toujours :
"Lire les morts" de Jacob Ross
"La mer sans étoiles" de Erin Morgenstern
"Les filles mortes ne sont pas aussi jolies" de Elizabeth Little
"Batailles" de Isabelle Davion & Béatrice Heuser
"De Gaulle et les communistes" de Henri Christian Giraud

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=