Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Baal
Théâtre de la Colline  (Paris)  avril 2017

Comédie dramatique de Bertolt Brecht, mise en scène de Christine Letailleur, avec Youssouf Abi‑Ayad, Clément Barthelet, Fanny Blondeau, Philippe Cherdel, Vincent Dissez, Valentine Gérard, Manuel Garcie‑Kilian, Emma Liégeois, Stanislas Nordey, Karine Piveteau et Richard Sammut.

"Baal" est une œuvre de jeunesse de Bertolt Brecht qu'il n'a cessé de travailler et de retravailler de 1918 à 1955. C'est la seconde version, celle de 1919, que Christine Letailleur a fait retraduire à Eloi Recoing.

Elle l'a choisie parce qu'elle lui paraît la plus forte, celle où Baal, le jeune poète écorché vif, confronte sa parole dissidente et ses actes provocateurs à la société allemande d'après-guerre, une société pas encore tout à fait assurée d'en revenir au "vieil ordre bourgeois".

Il faut tout de suite prévenir le spectateur qu'ici le héros, Baal, n'apparaît pas sous les traits forcément positifs d'un poète maudit que la société va finir par rejeter pour ce qu'il dit et ce qu'il est. Non, porté puissamment et sans nuances par un Stanislas Nordey plus monolithique et torse nu que jamais, Baal est autant un salaud qu'un héros et le traitement sadien qu'il réserve à ses "femmes" pourrait lui valoir encore aujourd'hui les foudres du MLF.

Jamais aimable, toujours pervers et ricaneur, ce Baal fait le mal, si l'on considère qu'il sait ou veut savoir la différence entre le bien et le mal. Christine Letailleur compte ses nombreuses aventures, ses pérégrinations d'un milieu à un autre, d'un décor à un autre.

Face à lui, les nombreux personnages qu'il croise ne sont que des comparses, des figures dessinées presque comme des stéréotypes. Ainsi les femmes n'échappent à la très manichéenne dialectique de la "maman" et de la "putain".

On pourra reprocher à "Baal", œuvre d'un jeune auteur qui s'est nécessairement projeté dans le personnage, d'être trop linéaire. Brecht aligne des scènes qui se ressemblent ou se répètent. Peut-être Christine Letailleur aurait-elle dû élaguer le texte, le délester de quelques frasques qui n'apportent rien, sinon distraire l'attention des spectateurs.

Si l'on est hermétique au jeu très physique de Stanislas Nordey, à sa gestuelle prévisible et à sa manière bien particulière de dire un texte, on n'ira sans doute pas jusqu'au bout des 2 h 30 de son quasi "seul en scène". On pourra, au contraire, être fasciné par son infatigable conviction à porter les mots des grands auteurs.

Lui qui a, l'année dernière, joué Fassbinder dans "Je suis Fassbinder" de Falk Richter aurait peut-être intérêt à voir ou revoir la version cinématographique que Volker Schlöndorff a tiré de la pièce de Brecht en 1970. Car, ironie de l'histoire, Baal était interprété par Fassbinder.

Si l'on compare les deux interprétations, on verra que Rainer Werner Fassbinder était un "Baal" beaucoup plus fragile que Stanislas Nordey. Moins systématique, plus ambigu, on sentait qu'il y avait des points communs entre le poète et le jeune dramarturge-cinéaste.

Le triptyque Fassbinder-Baal-Brecht avait évidemment quelque chose de très symbolique, comme une transmission d'une génération germanique à une autre. L'astre Fassbinder prenait le relais du continent Brecht.

Rien de tel, forcément, dans le travail de Christine Letailleur porté à bout de bras par Stanislas Nordey. Au-delà de sa performance se pose dès lors la nécessité d'un projet plus descriptif que nourri par une idée force.

Les aventures de Baal sont racontées par le détail et fournissent des scènes fort bien agencées, mais la question posée par "Baal", celle de l'artiste dans la société, passe peu à peu par profits et pertes.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 12 mai 2024 : Après les ponts vient la pluie

Un printemps décidément capricieux mais quelques jours de beau temps avant un nouveau déluge. Ici c'est un déluge de musique, spectacles ou livres qui nous attend.
Pensez aussi à nous soutenir en suivant nos réseaux sociaux et nos chaînes YouTube et Twitch.

Du côté de la musique :

"Following the sun" de Alexis Valet
"Batist & the 73'" de Batist & The 73'
"El magnifico" de Ed Harcourt
"Big anonymous" de El Perro Del Mar
Petit coup d'oeil sur le Festival Paysage Pop #2
"Until now" de Gabriel Pierre
"A kingdom in a cul-de-sac" de Ha The Unclear
"Dysphorie" de Intrusive Thoughts
"Family affair" de Kokopeli
"La balade sauvage" de Nicolas Paugam
"Korzéam" de Thibaut Wolf
"Folk tales of today" de Two Magnets
et toujours :
nouvel épisode du Morceau Caché intitulé "Session de rattrapage 6"
"Le souffle de l'Hybris" de AA & Les Oneiroi
"Murmuration" de Darius
"Creatures lies" de Isolation
"On ne sait jamais" de Jéhan
"Newcastle" de Prudence Hgl
"Colliding spaces" de The Everminds
quelques clips : Comédie Noire, Hermetic Delight, Gogojuice, Cosmopaark, l'Ambulancier, No Money Kids

Au théâtre :

les nouveautés :

"L'affaire Rosalind Franklin" au Théâtre de la Reine Blanche
"Un mari idéal" au Théâtre Clavel
"Chère insaisissable" au Théâtre Le Lucernaire
"La loi du marcheur" au Théâtre de la Bastille
"Le jeu des ombres" au Théâtre des Bouffes du Nord
et toujours :
"Capharnaüm, poème théâtral" au Théâtre de la Cité Internationale
"Jean Baptiste, Madeleine, Armande et les autres" au Théâtre Gérard Philipe
"Majola" au Théâtre Essaïon
"Mon pote" au Théâtre de la Manufacture des Abbesses
"Tout l'or du monde" au Théâtre Clavel
"Dans ton coeur" au Théâtre du Rond Point
"Du pain et des jeux" au Théâtre 13 Bibliothèque
"Vernon Subutex" au Théâtre des 2 Rives
"37 heures" au Théâtre la Flèche
"Fantasmes" au Théâtre La Croisée des Chemins
des reprises :
"Rembrant sous l'escalier" au Théâtre Essaion
"Le chef d'oeuvre inconnu" au Théâtre Essaion
"Darius" au Théâtre Le Lucernaire
"Rimbaud cavalcades" au Théâtre Essaion
"La peur" au Théâtre La Scala

Une exposition à la Halle Saint Pierre : "L'esprit Singulier"

Du cinéma avec :

"Roqya" de Saïd Belktibia

"L'esprit Coubertin" de Jérémie Sein
et toujours :
"Le déserteur" de Dani Rosenberg
"Marilu" de Sandrine Dumas
"Que notre joie demeure" de Cheyenne-Marie Carron
"Amal" de Jawad Rhalib
"L'île" de Damien Manivel
"Le naméssime" de Xavier Bélony Mussel
"Yurt" de Nehir Tuna
"Le squelette de Madame Morales" de Rogelio A. Gonzalez

Lecture avec :

"De sable et d'acier" de Peter Caddick-Adams
"Je ne suis pas un héros" de Eric Ambler
"Après minuit" de Gillian McAllister

"C'était mon chef" de Christa Schroeder
"L'embrasement" de Michel Goya
"Nouvelle histoire d'Athènes" de Nicolas Simon

"Hervé le Corre, mélancolie révolutionnaire" de Yvan Robin
"Dans le battant des lames"' de Vincent Constantin
"L'heure du retour" de Christopher M. Wood
"Prendre son souffle" de Geneviève Jannelle
et toujours :
"L'origine des larmes" de Jean-Paul Dubois
"Mort d'un libraire" de Alice Slater
"Mykonos" de Olga Duhamel-Noyer
"Des gens drôles" de Lucile Commeaux, Adrien Dénouette, Quentin Mével, Guillaume Orignac & Théo Ribeton
"L'empire britanique en guerre" de Benoît Rondeau
"La république des imposteurs" de Eric Branca
"L'absence selon Camille" de Benjamin Fogel
"Sub Pop, des losers à la conquête du monde" de Jonathan Lopez
"Au nord de la frontière" de R.J. Ellory
"Anna 0" de Matthew Blake
"La sainte paix" de André Marois
"Récifs" de Romesh Gunesekera

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 16 juin 2024 : Culture en danger ?
- 09 juin 2024 :Les nouveautés débarquent
- 02 juin 2024 : En attendant l'été
- 26 mai 2024 : On prépare le summer brain
           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=