Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce 1988 - Le débat Mitterrand - Chirac
Théâtre de l'Atelier  (Paris)  mai 2017

Transposition théâtrale interprétée par Jacques Weber, François Morel et Magali Rosenzweig.

Rejouer une interview, un débat, une rencontre, est désormais un exercice théâtral assez courant. Qu'on se souvienne de "Brassens, Brel, Ferré ou l'interview" monté par Aurore Ly ou "Marguerite et le président" de Didier Bezace à partir d'entretiens de Marguerite Duras et de François Mitterrand.

Jacques Weber et François Morel ont donc décidé de "refaire le match" Mitterrand-Chirac du 28 avril 1988, le plus célèbre débat présidentiel depuis l'institution de cette tradition médiatique.

Souvent long et pénible, vague et vain dans son contenu, le débat présidentiel à la Française n'est pas un modèle du genre dans le monde occidental.

Celui qui est re-présenté ici a le mérite de rassembler les deux plus grands "animaux" politiques de la Cinquième République, qui auraient pu choisir une carrière artistique et qui, pendant leur interminable vie politique, ont prouvé à maintes reprises qu'ils étaient de grands acteurs, pouvant passer du jeune loup au vieux sage.

Dans sa version théâtrale, ce qu'on appelle souvent un "duel", diffère de son modèle sur trois points. D'abord, le décor n'est pas celui d'un plateau télé mais une simple table et deux chaises dans une ambiance feutrée où le bleu domine.

Ensuite, les deux acteurs sont dans le champ de vision du spectateur alors qu'à la télé, seul celui qui parlait était dans celui du téléspectateur. Enfin, Elie Vannier a disparu et seule Michèle Cotta, interprétée par Magalie Rosenszweig, "arbitre" les deux fauves.

Ces différences sont très importantes puisque les acteurs interprètent aussi les "contre-champs", indiquent ainsi au spectateur quand ils pensent avoir fait mouche ou au contraire quand ils sont en colère ou insatisfaits de leur prestation. Pareillement, le débat paraît plus abstrait, presque surréaliste. Enfin, ce n'est pas forcément les passages qui ont marqué à la télé qui frappent le plus.

Quand Jacques Chirac demande à François Mitterrand de le regarder dans les yeux, l'accuse d'avoir menti en ne confirmant pas un propos qui lui aurait tenu, l'intensité qu'il y avait à l'écran ne passe pas. En revanche, le moment hallucinant où Jacques Chirac lance la polémique sur la nourriture pour chiens et chats prend sur scène une vraie force comique.

Par ailleurs, trente ans après, toutes les allusions et tous les sous-entendus ne sont plus compréhensibles. Ainsi,la passe d'armes où les candidats interpellent Madame Cotta, qui ne veut pas prendre partie, perd de sa saveur, parce que les moins de soixante ans, peu au fait de la vie politique des années 1970-1980, ignorent sans doute la proximité de la journaliste avec l'un et l'autre.

"1988 - Le Débat Mitterrand-Chirac" n'est donc pas à voir comme un moment d'histoire, mais surtout comme un véhicule qui permet à deux comédiens de faire une démonstration d'acteurs.

Jamais dans l'imitation, Jacques Weber cherche d'entrée à trouver un rythme pour rendre le phrasé mitterrandien, pour s'y installer avec aisance. François Morel, lui, a la tâche moins aisée car son personnage, à l'époque, paraît souvent la caricature de lui-même.

Par ailleurs, à la différence de son partenaire, on le sent moins en empathie avec le challenger. Il essaie de trouver un ton mordant, incisif, cassant, qui l'empêche d'aller vers autre chose. Dans les contrechamps, il est toujours dans l'agacement alors que Jacques Weber semble satisfait de ce qu'il "vient de mettre à son adversaire".

Le temps passant, son Chirac se soumet à Mitterrand, un peu comme si le vainqueur était évident, connu d'avance, puisqu'on sait qui a été réélu. On trouvera même que François Morel, à la fin du débat, manque de souffle, paraît laminé par les coups du Président Weber.

Si Mitterrand et Weber l'emportent ainsi sur Chirac et Morel, c'est pour de rire et cela permet de passer une bonne soirée, même si tout cela ne contribuera pas à élever les consciences politiques.

Au contraire, on y lira surtout la confirmation que la médiatisation du débat politique l'a appauvrie au point qu'il puisse se transformer en un bon et brillant divertissement qui fera le régal d'excellents acteurs.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 19 mai 2024 : Le plein de news avant l'été

L'été approche et avec lui la pénurie de sorties en tout genre mais d'ici là, on fait le plein !.
Pensez aussi à nous soutenir en suivant nos réseaux sociaux et nos chaines Youtube et Twitch.

Du côté de la musique :

"Amour noir" de Bad Juice
"Session" de Bruit d'Avril
"Tonight will only make me love you more" de Caesaria
"What the thunder said" de Elysian Fields
"Une vie cool" de Matt Low
MATW, Soft Michel, Sun, Sunshade, Seppuku, Servo et Dye Crap à découvrir
"The Lake" de Morgane Imbeaud
"La balade sauvage" de Nicolas Paugam
"London tropical" de Space Alligators
"Slydee" de Sylvain Daniel
"Nos chansons préférées de WHY" c'est le 30ème épisode du Morceau Caché
et toujours :
"Following the sun" de Alexis Valet
"Batist & the 73'" de Batist & The 73'
"El magnifico" de Ed Harcourt
"Big anonymous" de El Perro Del Mar
Petit coup d'oeil sur le Festival Paysage Pop #2
"Until now" de Gabriel Pierre
"A kingdom in a cul-de-sac" de Ha The Unclear
"Dysphorie" de Intrusive Thoughts
"Family affair" de Kokopeli
"La balade sauvage" de Nicolas Paugam
"Korzéam" de Thibaut Wolf
"Folk tales of today" de Two Magnets

Au théâtre :

les nouveautés :

"Dictionnaire amoureux de l'inutile" au Théâtre La Scala
"La contrainte" au Théâtre La Verrière de Lille
"Les possédés d'Illfurth" au Théâtre du Rond Point
"Les tournesols" au Théâtre Funambule Montmartre
"Un faux pas dans la vie d'Emma Picard" au Théâtre Essaïon

"L'affaire Rosalind Franklin" au Théâtre de la Reine Blanche
"Un mari idéal" au Théâtre Clavel
"Chère insaisissable" au Théâtre Le Lucernaire
"La loi du marcheur" au Théâtre de la Bastille
"Le jeu des ombres" au Théâtre des Bouffes du Nord
et toujours :
"Capharnaüm, poème théâtral" au Théâtre de la Cité Internationale
"Jean Baptiste, Madeleine, Armande et les autres" au Théâtre Gérard Philipe
"Majola" au Théâtre Essaïon
"Mon pote" au Théâtre de la Manufacture des Abbesses
"Tout l'or du monde" au Théâtre Clavel
"Dans ton coeur" au Théâtre du Rond Point
"Du pain et des jeux" au Théâtre 13 Bibliothèque
"Vernon Subutex" au Théâtre des 2 Rives
"37 heures" au Théâtre la Flèche
"Fantasmes" au Théâtre La Croisée des Chemins
des reprises :
"Rembrant sous l'escalier" au Théâtre Essaion
"Le chef d'oeuvre inconnu" au Théâtre Essaion
"Darius" au Théâtre Le Lucernaire
"Rimbaud cavalcades" au Théâtre Essaion
"La peur" au Théâtre La Scala

Une exposition à la Halle Saint Pierre : "L'esprit Singulier"

Du cinéma avec :

"Heroico" de Davis Zonana
"Roqya" de Saïd Belktibia
"L'esprit Coubertin" de Jérémie Sein
et toujours :
"Le déserteur" de Dani Rosenberg
"Marilu" de Sandrine Dumas
"Que notre joie demeure" de Cheyenne-Marie Carron
"Amal" de Jawad Rhalib
"L'île" de Damien Manivel
"Le naméssime" de Xavier Bélony Mussel
"Yurt" de Nehir Tuna
"Le squelette de Madame Morales" de Rogelio A. Gonzalez

Lecture avec :

"Le temps des cerises" de Montserrat Roig
"Neuf mois" de Philippe Garnier

"De sable et d'acier" de Peter Caddick-Adams
"Je ne suis pas un héros" de Eric Ambler
"Après minuit" de Gillian McAllister

"C'était mon chef" de Christa Schroeder
"L'embrasement" de Michel Goya
"Nouvelle histoire d'Athènes" de Nicolas Simon

"Hervé le Corre, mélancolie révolutionnaire" de Yvan Robin
"Dans le battant des lames"' de Vincent Constantin
"L'heure du retour" de Christopher M. Wood
"Prendre son souffle" de Geneviève Jannelle
et toujours :
"L'origine des larmes" de Jean-Paul Dubois
"Mort d'un libraire" de Alice Slater
"Mykonos" de Olga Duhamel-Noyer
"Des gens drôles" de Lucile Commeaux, Adrien Dénouette, Quentin Mével, Guillaume Orignac & Théo Ribeton
"L'empire britanique en guerre" de Benoît Rondeau
"La république des imposteurs" de Eric Branca
"L'absence selon Camille" de Benjamin Fogel
"Sub Pop, des losers à la conquête du monde" de Jonathan Lopez
"Au nord de la frontière" de R.J. Ellory
"Anna 0" de Matthew Blake
"La sainte paix" de André Marois
"Récifs" de Romesh Gunesekera

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 19 mai 2024 : Le plein de news avant l'été
- 12 mai 2024 : Après les ponts vient la pluie
- 05 mai 2024 : Profitons des ponts pour lire, écouter, visiter, applaudir...
- 28 avril 2024 : Une sélection hebdomadaire fraiche comme le printemps
           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=