Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Une famille heureuse
Nana Ekvtimishvili et Simon Groß  mai 2017

Réalisé par Nana Ekvtimishvili et Simon Groß. Géeorgie/Allemagne/. Comédie dramatique. 1h59 (Sortie le 10 mai 2017). Avec Ia Shugliashvili, Merab Ninidze, Berta Khapava, Tsisia Qumsishvili, Giorgi Khurtsilava, Giorgi Tabidze, Goven Cheishvili et Dimitri Oragvelidze.

Les Géorgiens étaient réputés pour être les "méridionaux", les "Marseillais" du bloc soviétique. Bons vivants, buveurs de vins dont ils sont de grands producteurs, on les connaît pour leur grand sens de la famille et souvent, dans leurs films, on les voit vivre en véritable tribu dans le même appartement.

C’est encore le cas dans "Une famille heureuse" de Nana et Simon. Manana, professeur dans un lycée de la capitale Tbilissi, est mariée depuis 25 ans avec Soso. Le couple cohabite avec les parents de Manana, leurs deux enfants et leur gendre.

Si l’on compte les nombreuses occasions de réunir le reste de la famille, on ne peut pas dire qu’ils aient eu beaucoup d’intimité depuis tout ce temps.

Cela ne semble pas trop gêné Soso, à l’inverse de Manana, qui, alors que tous ses proches viennent lui souhaiter son cinquante-deuxième anniversaire, comprend qu’elle a soudain besoin de solitude et d’espace vital. A la surprise générale, elle décide de quitter cette famille envahissante.

"Une famille heureuse" de Nana et Simon ne raconte rien d’autre que la prise de conscience de Manana, son besoin de calme, de pouvoir cuisiner toute seule, reprendre sa guitare, lire un livre sans un bruit de chamailleries. Car Dieu sait si les Géorgiens, ceux qu’on a jadis pu voir dans les premiers films d’Otar Ioaselliani, ont la voix forte et la propension à s’épancher l’alcool aidant.

En changeant de vie sans autre dessein que de profiter de sa belle cinquantaine, et sans arrière-pensées de démon de minuit, Manana va aller de surprises en surprises sur sa petite famille si tranquille.

A commencer par la découverte des petites incartades d’un mari dont elle ne sait plus quoi penser, mais qui reste quand même le père de ses enfants… Quant à ceux-ci, en s’éloignant d’eux, elle s’aperçoit qu’ils ont peut-être plus besoin d’elle qu’elle ne se l’imaginait.

"Une famille heureuse" de Nana et Simon propose une belle auto-analyse d’une femme au milieu de sa vie. Le pathos n’y a pas droit de cité. Le film est à la fois plein de charme et de petits faits qui font une vie. Les "fêtes" s’enchaînent entre les repas de famille et la réunion des anciens élèves de la classe de Manana, moment capital du film.

Mine de rien, "Une famille heureuse" décrit assez minutieusement comment vivent les habitants de Tbilissi pas encore totalement happés par le modèle consumériste occidental. Dans cette petite bourgeoisie ni riche ni pauvre, on bricole encore à l’intérieur d’appartements de famille pas encore saucissonnés pour que triomphe la cellule familiale nucléaire de base ne réunissant que parents et enfants.

A l’image de certains films roumains récents décrivant un mode de vie comparable, "Une famille heureuse" est une plongée agréable chez des voisins dont on ne sait pas grand-chose depuis qu’ils ont quitté l’orbite soviétique.

C’est avec plaisir qu’on partagera les plats appétissants dont regorgent leurs tables, qu’on s’immiscera sans être trop voyeurs dans leurs petites histoires intimes. "Une famille heureuse" de Nana et Simon, dominé par le beau personnage incarné subtilement par Ia Shugliashvli, a le goût tout simple du bonheur.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 25 octobre 2020 : Tous aux abris

Couvre feu encore plus contraint, nouveau confinement, tout est possible et tout est à craindre pour la culture. Restons groupés comme dirait Bernard Lenoir. Nous continuons évidemment de vous proposer chaque semaine notre sélection culturelle. Et bien entendu, découvrez le replay de La Mare Aux Grenouilles #13 de ce samedi 24 octobre

Du côté de la musique :

"Labyrinth" de Khatia Buniatishvili
"Contrasts", la 3eme émission de la saison 2 de Listen In Bed
"Dreamer" de Rosaway
"No future" de Samarabalouf
"Verdure" de The Hyènes
"Got the manchu" de We Hate You Please Die
et toujours :
"Armand-Louis Couperin : pièces de clavecin" de Christophe Rousset
"Ce qui suit" de Mondo Cane
"Awaiting ship" de Dominique Fillon Augmented Trio
"Soné ka-la 2 odyssey" de Jacques Schwarz Bart
"Killing Eve + Australie" nouveau mix de Listen in Bed
"LP2" de Pointe Du Lac
"Jorn" de Box Bigerri

Au théâtre :

une nouveauté :
"Tout Dostoievski" au Théâtre Le Lucernaire
des comédies pour rire et sourire :
"On purge bébé" au Théâtre de l'Atelier
"Les Faux British" au Théâtre Saint-Georges
"Dernier coup de ciseaux" au Théâtre des Mathurins
"Crise de nerfs" au Théâtre de l'Atelier
"De quoi j'me mêle" au Théâtre d'Edgar
"Mon meilleur copain" au Palais des Glaces
les reprises :
"Françoise par Sagan" au Théâtre L'Archipel
"Caroline Loeb - Chiche !" au Théâtre L'Archipel
"Play Loud" au Théâtre La Flèche
"Vous pouvez ne pas embrasser la mariée" à la Comédie des 3 Bornes
"Des Femmes" au Lavoir Moderne Parisien
"Comment épouser un milliardaire" à la Nouvelle Seine
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

la nouvelle saison muséale avec :
"Voyage sur la route du Kikosaido - De Hiroshige à Kuniyoshi" au Musée Cernushi
"Pierre Dac - Du côté d'ailleurs" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme
"Gabrielle Chanel - Manifeste de mode" au Palais Galliera
"L’Age d’or de la peinture danoise (1801-1864)" au Petit Palais
"Man Ray et la mode" au Musée du Luxembourg
"Victor Brauner - Je suis le rêve. Je suis l'inspiration" au Musée d'Art Moderne de Paris
"Sarah Moon - PasséPrésent" au Musée d'Art Moderne de Paris

"Alaïa et Balenciaga - Sculpteurs de la forme" à la Fondation Azzedine Alaïa

Cinéma :

en salle :
"Une vie secrète" de Aitor Arregi, Jon Garano et José Mari Goenaga
"L'Avventura" de Michelangelo Antonioni
at home :
"India Song" de Marguerite Duras
"Au bout du conte" de Agnès Jaoui
"L'effet aquatique" de Solveig Anspach
"Pourquoi tu pleures ?" de Katia Lewkowicz
"Henri" de Yolande Moreau
"La Famille Wolberg" de Axelle Ropert

Lecture avec :

"Le dérèglement joyeux de la métrique amoureuse" de Mathias Malzieu & Daria Nelson
"Le proche orient" de Catherine Saliou
"Mondes en guerre - tome 3 : Guerres mondiales et impériales, 1870-1945" de André Loez
et toujours :
"L'ange rouge" de François Médéline
"Le prix de la vengeance" de Don Wislow
"De Gaulle, stratège au long cours" de François Kersaudy
"Georges Clemenceau, lettres d'amérique" de Patrick Weil et Thomas Macé
"Justice de rue" de Kris Nelscott
"Plus fort qu'elle" de Jacques Expert

Froggeek's Delight :

"Hades" sur Windows, Mac OS et Switch
Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 25 octobre 2020 : Tous aux abris
- La Mare Aux Grenouilles #13
- 18 octobre 2020 : Le grand incendie
- 11 octobre 2020 : La Mare Aux Grenouilles
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=