Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Departure
Andrew Steggall  mai 2017

Réalisé par Andrew Steggall. Grande Bretagne/France. Drame. 1h49 (Sortie le 31 mai 2017). Avec Juliet Stevenson, Alex Lawther, Phénix Brossard, Finbar Lynch, Patrice Juiff, Niamh Cusack et Danielle Catalla.

Peu de films, qu'ils soient français ou anglais, ont pour cadre la population britannique qui vit ou réside régulièrement sur le territoire français, notamment dans le sud-ouest.

"Departure" d'Andrew Steggall aborde la question au moment où, son couple battant de l'aile, Beatrice, en compagnie de son fils Elliott, revient une dernière fois dans sa résidence secondaire pour la vider de son contenu avant la vente.

Andrew Stegggal a particulièrement bien choisi la maison et le village où se situe son histoire. Endroit vide et sauvage, en pleine forêt, à la fois beau et mystérieux, on sent tout de suite le crève-coeur que cela doit être pour la mère et le fils de le quitter.

Entre adolescence et post-adolescence, Elliott, qui revêt comme manteau un uniforme de soldat qui paraît sortir des années 1870, a quelque chose d'un Rimbaud moderne. Pour preuve, il a des visions et des velléités littéraires, un carnet toujours sur lui et des obsessions, comme l'idée fixe qu'en arrivant, lui et sa mère, ont percuté un grand cerf...

Mais c'est l'arrivée d'un jeune français de son âge, Clément, qui va faire de ce dernier séjour dans ce lieu que n'aurait pas dénigré le Grand Meaulnes, un événement capital de sa jeune existence...

Venant d'ordinaire pour les vacances, Elliott n'avait jamais croisé Clément, pourtant habitué des lieux, qui lui, vient toujours chez sa tante à cette période. L'amitié qui va naître prend une tournure inattendue : le jeune anglais tombe amoureux du jeune français, plus brut de décoffrage que lui, mais dont la sexualité paraît déjà orientée vers les filles...

Dans "Departure" d'Andrew Steggall, les choses avancent à pas comptés et ne sont pas toujours montrées. Ce film fragile et pudique n'a pas choisi la facilité car s'intéresser à l'instant précis où la vie est en train de bifurquer, sans que cela ne soit pas encore un total basculement, mérite beaucoup de maîtrise de la part du réalisateur et d'attention de la part du spectateur.

Si l'on accepte cette plongée dans un monde où il s'agit de capter soi-même des sensations sans qu'elles soient clairement définies par le cinéaste, on aimera cette proposition délicate, pleine d'une gravité sereine.

Observer l'éveil des sens d'Elliott, épier l'entrée de Beatrice dans une maturité solitaire, voilà ce que donne à voir "Departure" d'Andrew Steggall. Celui-ci cite comme l'une de ses références, "Les roseaux sauvages" d'André Téchiné et, pour une fois, on ne peut qu'acquiescer. A l'instar de ce qui reste le meilleur film du cinéaste français, "Departure" réussit à saisir comment la nature peut nourrir ou provoquer les pulsions humaines

Ce film serein, qu'on rangera du bout des lèvres dans la catégorie "LBGT", bénéficie d'une très belle distribution, avec en tête la composition parfaite de Juliet Stephenson, et celle des deux garçons.

Si Alex Lawther a quelque chose d'un Hugh Grant en gestation, Phénix Brossard a la singularité des grands acteurs, ceux qui, en un seul plan, portent déjà tout l'univers qu'ils vont construire et dont les contours sont encore totalement flous.

Pouvoir entrer dans "Departure" d'Andrew Steggall ne sera pas réserver à tous, mais ceux qui s'y trouveront bien ne regretteront pas d'avoir fait l'effort d'y pénétrer tout doucement et sans effraction.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
 

• Archives :
Costa Brava, Lebanon - Mounia Aki  
Des filles pour l'armée - Valerio Zurlini  
Occhiali neri - Dario Argento   
Peter von Kant - François Ozon   
The Sadness - Rob Jabbaz  
L'Esprit sacré - Chema García Ibarra
Todos os Mortos - Caetano Gotardo et Marco Dutra
Jungle rouge - Juan José Lozano et Zoltan Horvath   
Swing - Tony Gatlif    
All eyes off me - Hadas Ben Aroya  
Les Femmes des autres - Damiano Damiani   
Maître Contout - Mémoire de la Guyane - Xavier Gayan   
Années20 - Elisabeth Vogler   
Et je l'aime à la fureur - André Bonzel   
Un vrai crime d'amour - Luigi Comencini   
Employé-Patron - Manuel Nieto Zas   
The Batman - Matt Reeves
Azuro - Matthieu Rozé  
La vie de famille - Jacques doillon
Deux sous d'espoir - Renato Castellani  
Crush - Luis Prieto   
Tropique de la violence - Manuel Schapira    
L'Empire du silence - Thierry Michel   
Ma nuit - Antoinette Boulat   
Rien à foutre - Emmanuel Marre et Julie Lecoustre    
Ali & Ava - Clio Barnard   
Viens je t'emmène - Alain Guiraudie   
La Légende du roi crabe - Alessio Rigo de Righi et Matteo Zoppis   
Dunk ou Die - Nicolas de Virieu   
Nous - Alice Diop   
- les derniers articles (2)
- les derniers cineclub (6)
- les derniers concerts (19)
- les derniers expos (1)
- les derniers films (1630)
- les derniers interviews (15)
- les derniers spectacles (3)
           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=