Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Les lauriers-roses rouges
Rubaiyat Hossain  juin 2017

Réalisé par Rubaiyat Hossain. Bengladesh. Drame. 1h28 (Sortie le 7 juin 2017). Avec Shahana Goswami, Rikita Shimu, Mita Rahman, Shahadat Hossain et Rahul Bose.

Ce sera sans doute pour la plupart des spectateurs le premier film du Bengladesh qu’ils verront et, par la même occasion, le premier film de femme bengalie.

S’ils s’attendent à un film dans la lignée des films du grand voisin Indien, ils seront également surpris car "Les lauriers-roses rouges" de Rubaiyat Hossain est un film de facture " occidentale" et un film "féministe".

D’un point de vue sociologique, ils découvriront une réalité du Bangladesh qu’ils n’envisageaient certainement pas. En effet, l’héroïne, Roya, appartient à une classe sociale qui pourrait se définir comme une "bourgeoisie éclairée", une bourgeoisie moderne, urbaine, typique de la capitale Dacca en pleine évolution, et pour qui la culture revêt la même importance que pour des "bobos" parisiens ou londoniens.

Actrice trentenaire, elle est inquiète parce ce qu'elle joue dans une version très classique de la pièce de Rabindranath Tagore "Les Lauriers-roses rouges" et que son metteur en scène compte la remplacer par une plus jeune comédienne.

Son mari en profite pour mettre sur le tapis la question qui,lui, le hante : il souhaiterait qu’elle ait un enfant et qu’elle accepte la condition maternelle. Ses proches, comme sa mère ou une amie, lui font la même suggestion.

La femme libre qu’elle a été en choisissant d’être actrice voit ainsi la société bengalie prête à la rattraper, à lui faire rejoindre le statut inférieur réservé aux femmes dans ce pays, l’un des plus pauvres du monde.

Par ailleurs, Moyna, la jeune fille pauvre qui tenait son foyer se marie avec un ouvrier et se voit contrainte de la quitter après sa grossesse. Dès lors, on suivra le parcours de Roya et celui de Moyna.

La première, au lieu de se soumettre, va se remettre totalement en cause, profitant de sa position d’actrice ; la seconde, va connaître le sort tragique de la femme bengalie "normale", celle qui s’éreinte dans l’une de ces usines textiles "infernales", où l’Occident et ses grandes marques font fabriquer à bas coût leurs produits sans se soucier du  bien-être" de la main d’œuvre locale.

Les scènes où Roya, cherchant à renouveler la vérité du personnage qu’elle incarnait jusque-là de manière presque "poussiéreuse", découvre la condition des femmes qui travaillent sont d’une grande force. Pas un long discours,mais un long plan sur ces femmes dignes, malgré tout ce qu’elles doivent accepter au quotidien pour survivre, en marche vers ces usines pourries qui s’effondrent souvent comme des châteaux de cartes.

En se "révoltant" contre son confort douillet, en faisant le choix dans son métier de montrer la réalité des choses plutôt que de continuer à les représenter dans une édulcoration sucrée et kitsch, Roya se bat pour Moyna et tente d’ouvrir à la femme bengalie une autre voie que celle de la soumission aux pères et aux maris.

"Les lauriers-roses rouges" de Rubaiyat Hossain ne doit pas rester un épiphénomène. On espère que la cinéaste pourra poursuivre son œuvre, qui fait déjà polémique dans son pays, et qu’elle aussi ouvrira la voie à un cinéma en prise avec cette société pour que la vie des Bengalis de tous les sexes et de toutes les conditions ne soit plus à la merci ni d’un pouvoir archaïque ni des intérêts des industriels occidentaux.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
 

• Archives :
Costa Brava, Lebanon - Mounia Aki  
Des filles pour l'armée - Valerio Zurlini  
Occhiali neri - Dario Argento   
Peter von Kant - François Ozon   
The Sadness - Rob Jabbaz  
L'Esprit sacré - Chema García Ibarra
Todos os Mortos - Caetano Gotardo et Marco Dutra
Jungle rouge - Juan José Lozano et Zoltan Horvath   
Swing - Tony Gatlif    
All eyes off me - Hadas Ben Aroya  
Les Femmes des autres - Damiano Damiani   
Maître Contout - Mémoire de la Guyane - Xavier Gayan   
Années20 - Elisabeth Vogler   
Et je l'aime à la fureur - André Bonzel   
Un vrai crime d'amour - Luigi Comencini   
Employé-Patron - Manuel Nieto Zas   
The Batman - Matt Reeves
Azuro - Matthieu Rozé  
La vie de famille - Jacques doillon
Deux sous d'espoir - Renato Castellani  
Crush - Luis Prieto   
Tropique de la violence - Manuel Schapira    
L'Empire du silence - Thierry Michel   
Ma nuit - Antoinette Boulat   
Rien à foutre - Emmanuel Marre et Julie Lecoustre    
Ali & Ava - Clio Barnard   
Viens je t'emmène - Alain Guiraudie   
La Légende du roi crabe - Alessio Rigo de Righi et Matteo Zoppis   
Dunk ou Die - Nicolas de Virieu   
Nous - Alice Diop   
- les derniers articles (2)
- les derniers cineclub (6)
- les derniers concerts (19)
- les derniers expos (1)
- les derniers films (1630)
- les derniers interviews (15)
- les derniers spectacles (3)
           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=