Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Bayiri, la patrie
Saint Pierre Yameogo  juin 2017

Réalisé par Saint Pierre Yameogo. France. Drame. 1h30 (Sortie le 14 juin 2017). Avec Tina Ouedraogo, Bil Aka Kora, Blandine Yameogo, Abdoulaye Komboudry, Madina Traore et Joseph Traore.

"Bayiri, la patrie" de Saint Pierre Yameogo aborde un sujet rarement traité aussi complètement par le cinéma africain, celui des réfugiés qui abondent sur le continent.

Ici, il s'agit des conséquences de l' "ivoirité" décrétée en 2011-2012 par le gouvernement ivoirien qui a eu pour conséquence d'obliger des milliers de burkinabés installés en Côte d'Ivoire depuis toujours de devoir revenir dans leur pays d'origine.

Pierre Yameogo décrit le long périple d'un groupe issu du même village pour rentrer "à la maison". Rançonner par les brigands, les polices des deux pays, devant payer très cher des "taxis-brousses" pour se déplacer, les villageois se retrouvent au bout d'un long chemin où s'accumulent les viols et les meurtres dans un "camp de réfugiés".

On s'attache particulièrement au sort de Biba, jeune femme courageuse, violée par un militaire ivoirien, qui tente de retrouver sa mère et cherche à sauver deux autres jeunes filles, Marie enceinte, et Mouna, atteinte du sida.

On connaît Pierre Yameogo depuis presque trente ans, avec notamment son film "Laafi" (1991), et l'on s'apercevra des "progrès" qu'il a effectués. S'il n'a pas perdu son empathie pour ses personnages, s'il sait toujours décrire une petite communauté avec des caractères bien typés, il a gagné en cinéma, et abandonné ses systématiques plans séquences bien pratiques pour cacher certaines carences techniques.

Même s'il conserve son chef opérateur fétiche, Jurg Hassler, on sent qu'il construit plus son film, qu'il le pense davantage et qu'il colle moins à un récit, beaucoup plus choral qu'avant. Si Biba est le personnage central, on n'oubliera pas le très solaire Zodo, son compagnon, et le bien nommé "Opposant", qui apporte une petite touche d'humour dans cet univers sans trop d'espoir.

Presque documentaire dans toute la partie qui se déroule dans le camp, "Bayiri, la patrie" de Pierre Yameogo est un témoignage unique sur ce phénomène qui s'est généralisé dans les années 2010. Mêlant images réelles et plans fictionnés, Yameogo filme avec une certaine acidité l'arrivée des camions de la Croix-Rouge et de l'Unicef accompagnée de beaux discours de haut-fonctionnaires internationaux en costume cravate.

Film utile, autant destiné au public occidental qu'au public africain, ce qui lui a valu des tracas divers et une certaine censure qui lui interdit de participer à des festivals sur le continent noir, "Bayiri" de Pierre Yameogo mérite l'attention des spectateurs "citoyens". Ils ne regretteront pas d'avoir abandonné un instant leur super héros préféré ou les méandres maniérés de la caméra des habitués des marches cannoises.

 

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco

• Edition du 2022-10-02 :
Les Mystères de Barcelone - Lluis Danès

• Edition du 2022-09-25 :
L'Ombre de Goya - José Luis Lopez-Linares

• Edition du 2022-09-18 :
Coup de Théâtre - Tom George
 

• Archives :
107 mothers - Peter Kerekes   
Plan 75 - Chie Hayakawa
Rodéo - Lola Quivoron
My Name is Gulpilil - Molly Reynolds   
Costa Brava, Lebanon - Mounia Aki  
Des filles pour l'armée - Valerio Zurlini  
Occhiali neri - Dario Argento   
Peter von Kant - François Ozon   
The Sadness - Rob Jabbaz  
L'Esprit sacré - Chema García Ibarra
Todos os Mortos - Caetano Gotardo et Marco Dutra
Jungle rouge - Juan José Lozano et Zoltan Horvath   
Swing - Tony Gatlif    
All eyes off me - Hadas Ben Aroya  
Les Femmes des autres - Damiano Damiani   
Maître Contout - Mémoire de la Guyane - Xavier Gayan   
Années20 - Elisabeth Vogler   
Et je l'aime à la fureur - André Bonzel   
Un vrai crime d'amour - Luigi Comencini   
Employé-Patron - Manuel Nieto Zas   
The Batman - Matt Reeves
Azuro - Matthieu Rozé  
La vie de famille - Jacques doillon
Deux sous d'espoir - Renato Castellani  
Crush - Luis Prieto   
Tropique de la violence - Manuel Schapira    
L'Empire du silence - Thierry Michel   
Ma nuit - Antoinette Boulat   
Rien à foutre - Emmanuel Marre et Julie Lecoustre    
Ali & Ava - Clio Barnard   
- les derniers articles (2)
- les derniers cineclub (6)
- les derniers concerts (19)
- les derniers expos (1)
- les derniers films (1637)
- les derniers interviews (15)
- les derniers spectacles (3)
           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=