Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Le point de non-retour
John Boorman  juin 2017

Réalisé par John Boorman. EtatsUnis. Policier/thriller. 1h32 (1ère sortie 1967). Avec Lee Marvin, Angie Dickinson, Keenan Wynn, Carroll O'Connor, Lloyd Bochner, Michael Strong, John Vernon et Sharon Acker.

Il y a eu bien sûr "Délivrance". L’un des plus beaux films des années 1970, un dézinguage brutal d’un fantasmatique retour à la nature. Car dans les bois peuplés de rednecks dégénérés, cousins ruraux de la famille de "The Texas chain saw massacer" de Tobbe Hooper, c’est avant tout la violence qui règne.

Mais il y a eu aussi une belle relecture autobiographique de ses années de guerre en Angleterre. Avec "Hope and Glory" en 1987, puis "Queen and country en 2014, John Boorman racontait son propre itinéraire, d’abord comme petit garçon dans un monde en proie au chaos, puis comme jeune homme, découvrant dans un même temps le service militaire et l’amour.

Et puis, il y a eu aussi l’épopée arthurienne (à revoir aujourd’hui pour savoir si elle a bien vieilli), la suite de "L’Exorciste"… Mais si ces classiques américains sont bien connus, d’autres films restent encore à découvrir, en particulier les œuvres anglaises de ce cinéaste atypique auquel la Cinémathèque française consacre une rétrospective du 1er au 25 juin 2017.

Pour ouvrir les festivités, un grand classique, moins écrasant, peut-être, que "Délivrance", mais toujours surprenant de modernité : "Point blank", renommé en français "Le point de non-retour", illustre bien les passionnantes mutations qui saisissent le système hollywoodien peu avant le tournant du Nouvel Hollywood. Un cinéma en quête de modernité, prêt parfois à l’expérimentation, plus audacieux dans sa représentation de la violence.

L’histoire est celle d’un revenant. Walker (Lee Marvin), homme taciturne dont le prénom restera un mystère, est trahit par sa femme et son meilleur ami, Reese. Embarqué par ce dernier pour récupérer de l’argent sale, il se fait doubler avant d’être laissé pour mort. Mais Walker ne meurt pas et revient chercher son dû. Avec l’aide de son ex-belle-sœur (Angie Dickinson), il retrouve Reese, et élimine un à un les caïds qui se dressent entre lui et son magot.

Mais "Point blank" n’est pas un film noir classique. Certes, on retrouve bien ce héros silencieux, un peu perdu mais fixé sur un objectif dont rien ne peut le détourner, un homme qui n’a pas froid aux yeux et qui connaît trop bien la mort pour en avoir peur. La mélancolie est elle aussi bien là, en particulier dans les retrouvailles entre Walker et sa femme, détruite par les médicaments et les remords, beau personnage qui ne peut qu’être sacrifié.

La violence est sèche. On sent l’extrême minutie avec laquelle le réalisateur conçoit chacun des plans, jouant avec le décor ou les accessoires pour renouveler visuellement ce que le scénario pourrait avoir de répétitif : les lames d’un rideau qui s’agitent au contact d’un corps, des images projetées sur un mur qui semblent réagir à ce qui se déroule près d’elle, un drap qui tombe, dévoilant un corps nu dans une scène qui n’est pas sans évoquer le début du "Vertigo" d’Hitchcock.

Ce n’est d’ailleurs pas tellement cette histoire policière assez simple qui semble intéresser Boorman. Elle est en effet prétexte à une sorte de puzzle mental, une étonnante plongée dans le regard d’un homme enfermé dans la spirale du passé. Le montage occupe donc une place centrale dans le film qui est, à cet égard novateur : superposition de couches temporelles, entrechocs d’images ou de sons issus de scènes différentes

John Boorman confronte également son personnage avec son époque. Le psychédélisme envahit certaines scènes, comme cette vision quasi pollockienne que dessinent les produits de toilette colorés que Walker renverse dans un évier, et qui deviennent, l’espace d’un instant, les flux de sa pensée et le reflet d’une sorte de folie qui affleure parfois sous sa froide détermination.

Piège mental qui trouve idéalement le décor d’une prison désaffectée, "Point Blank" serait, selon John Boorman, une métaphore du combat que menait l’acteur principal, Lee Marvin, pour se débarrasser des évènements traumatiques qu’il avait lui-même vécu durant la Guerre du Pacifique. La recherche d’une issue impossible, qui fait de Walker un personnage perdu.

 

Anne Sivan         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 10 janvier 2021 : En route pour l'aventure

On ne sait pas encore ce qui nous attend en 2021, espérons pouvoir enfin retourner voir des spectacles bientôt, en attendant on va essayer d'organiser de nouveaux des concerts en live sur notre chaine Twitch. On vous en parle bientôt. D'ici là, voici la sélection de la semaine.

Commençons par le sommaire et le replay de la Mare Aux Grenouilles #18

Du côté de la musique :

"Vivaldi, Le quattro stagioni" de Alexandra Conunova
"Contrastes" de Duo W
"Beethoven, si tu nous entends" de La Symphonie de Poche & Nicolas Simon
"Ras la trompe" de Lila Tamazit Trio
"La sélection de Julien Bousquet" émission #6 de Listen In Bed
"Fleurs" de Mélody Louledjian & Antoine Palloc
"Monks of nothingness" de Olivier Lasiney & Yantras
"In paradisum" de Schola Cantorum of the Cardinal Vaughan Memorial School
et toujours :
"Le cas très inquiétant de ton cri" de MelmACHello
"Douze oiseaux dans la forêt de pylônes électriques" de Nicolas Jules
"L'allégresse" de DaYTona, la 200ème chronique de CycoLys
"Across the universe" Saison 2, Mix 7, encore un beau mix de Listen In Bed
"Hiver(s)" de Matthias Billard

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Le dernier jour du jeûne" de Simon Abkarian
"Ali Baba" de Macha Makeieff
"Mon père avait raison" de Sacha Guitry
"Adieu Monsieur Haffmann" de Jean-Pierre Daguerre
"Le canard à l'orange" de Marc-Gilbert Sauvajon
"Une heure de tranquillité" de Florian Zeller
"Madame Arthur ose Bashung"

Expositions :

en virtuel :
"Picasso et la bande dessinée" au Musée Picasso
"Kiki Smith" à la Monnaie de Paris
"Soulages" à l'Espace Lympia
"Christian Dior, couturier du rêve" au Musée des Arts Décoratifs
"Bacon en toutes lettres" au Centre Pompidou
"Turner, peintures et aquarelles - Collections de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Delacroix" au Musée du Louvre
"Berthe Morisot" au Musée d'Orsay

Cinéma :

at home :
"Dim Sum Funeral" de Anna Chi
"Son of Sofia" d'Elina Psykou
"Fin du monde" de Carolina Hellsgård
"Brooklyn" de Pascal Tessaud
"Hôtel Fantôme" de Daniel Kehlmann
"Motherland" de Tomas Vengris
"La classe volante" de Kurt Hoffmann
et un regard vers le cinéma hollywoodien avec :
"Le plus grand cirque du monde" de Henry Hathaway
"Une étoile est née" de William Wellman
"La Taverne de la Jamaïque" d'Alfred Hitchcock
"Top Secret" de Blake Edwards

Lecture avec :

"Inside story" de Martin Amis
"Là où nous dansions" de Judith Perrignon
"Le bonheur est au fond du couloir à gauche" de J.M. Erre
"Les douze morts de Napoléon" de David Chanteranne
"Tiger" de Eric Richer
"Un papillon, un scarabée, une rose" de Aimee Bender
et toujours :
"59 rue des Archives" de Bruno Guermonprez, David Koperhant & Rebecca Zissmann
"Oeuvres complètes III" de Roberto Bolano
"Vox populi" de Thomas Harnois

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=