Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Picasso 1932 - Année érotique
Musée National Picasso  (Paris)  Du 10 octobre 2017 au 11 février 2018

Après avoir célébré la "Période Olga" de l'oeuvre de Picasso à travers la figure de son épouse Olga et l'exposition "Olga Picasso", le Musée National Picasso se penche sur celle de sa jeune maîtresse Marie-Thérèse Walter du début des années 1930 avec l'exposition "Picasso 1932 - Année érotique" organisée en partenariat avec avec la Tate Modern de Londres.

De plus, celle-ci constitue une monstration inédite par sa focalisation sur une année de la stakhanoviste production picassienne.

En effet, les commissaires Laurence Madeline et Virginie Perdrisot, respectivement conservatrice en chef du patrimoine et conservatrice audit musée, ont reconstitué, au terme d'un conséquent travail de dépouillement d'archives, les emplois du temps personnel et artistique de Picasso, les deux étant tout particulièrement imbriqués, relatif à l'année 1932.

Une année qui s'avère significative dès lors qu'à la cinquantaine, Picasso au mi-temps de sa vie d'homme et, après plus trois décennies de carrière, entend signifier son statut de maître incontesté de la peinture moderne par une exposition-rétrospective.

Celle-ci, inaugurée en juin 1932 à la Galerie Georges Petit à Paris, et entendue par les commissaires comme soutenant une volonté de "pré-muséification de son oeuvre", comporte plus de deux cent pièces dont une trentaine appartenant au corpus de la plus que centaine produite en cette année dont nombre autour de la sculpturale figure de la jeune et blonde naïade Marie-Thérèse.

Picasso 1932 : Sur les traces d'une année de création picassienne

Les commissaires ont opté pour un parcours chronologique matérialisé par une frise calendaire courant le long des salles qui permet de suivre pas à pas l'évolution de la création picassienne.

Afin de suivre celle-ci de manière synthétique et ne pas s'égarer dans ce dédale biographique, au demeurant passionnant et appuyé de documents d'archives, il paraît judicieux d'orienter sa visite en fonction des cinq axes dégagés et analysés par les commissaires quasiment tous associés dans une toile emblématique, "Le Rêve" retenue pour l'affiche.

A savoir, le surréalisme avec le thème du rêve, l'érotisme avec avec la figure de la femme aimée associée à des symboles sexuels explicites, le dialogue peinture/sculpture avec le visage décliné de face et de profil et la revisite des motifs classiques de la femme endormie hybridé avec celui de la femme dans un fauteuil.

Parmi les thèmes classiques et dans la filiation d’Ingres et de la veine orientaliste, et après les grandes baigneuses monumentales des années 1920, dont le caractère marmoréen et le drapé de la tenue attestent d'une reconstruction de l'antique, le corps de naïade de Marie-Thérèse Walter incite Picasso à retravailler le thème de la baigneuse, déclinaison de celui du nu couché et plus précisément de l'odalisque ("Nu couché", "Femme étendue au soleil sous la plage").

De même pour le thème de la plage revu à l'aune de la contemporanéité balnéaire notamment exploré à travers notamment dans des eaux fortes et le registre du groupe féminin, du jeu joyeux ("Baigneuse jouant avec un ballon", "Baigneuses sur la plage") au drame ("La Noyade", "Le sauvetage") ce dernier devant s'entendre en corrélation avec un nouveau cycle sur le thème de la crucifixion.

A un âge qui est également celui de la maturité sexuelle masculine assortie du spectre futur de l'andropause, Picasso ne veut pas croire, pour lui-même, à l'impuissance sexuelle, anticipatrice de la mort qu'il associe à celle christique.

Et dans le Christ désaturé dans l'explosion de couleurs de la petite huile sur bois "La crucifixion", l'écrivain et essayiste Philippe Sollers voit, à juste titre, le signe de " l’omnispection qui est la grande révolution de Picasso", thème que le peintre décline en la réduisant à l'épure désincarnée et mégalithique dans la série Crucifixion d'après le retable d'Issenheim peint par Grünewald.

Aiguilloné par Matisse, son aîné et rival, qui prône la nécessité de s'inspirer des Maîtres anciens, Picasso procède à la "revisite" des thèmes classiques, sujet de l"exposition "Picasso et les Maîtres" qui s'est tenu au Grand Palais en 2008. Ains en est-il de ceux de la jeune femme à la fenêtre et de la femme devant un miroir revus à l'aune de la blondeur waltérienne.

Et il procède également en double déclinaison tant du motif cézanien matissien pour le thème de la femme en buste adossée à un fauteuil, dé-re-construit de manière cubiste en courbes et en trois dimensions ("Femme au fauteuil rouge") que matissien ("Nu au fauteuil noir").

Un pari réussi que ce zoom en quinze salles sur l'année de la consécration certes controversée en son temps pour Picasso qui s'achève sur un portrait de Marie-Thérèse avec la sublime et sereine "Nu couché à la mèche blonde".

 

En savoir plus :

Le site officiel du Musée National Picasso

Crédits photos : MM
avec l'aimable autorisation du Musée National Picasso


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco

• Edition du 2020-09-27 :
Pierre et Gilles - Errances immobiles - Galerie Templon
Alaïa et Balenciaga - Sculpteurs de la forme - Fondation Azzedine Alaïa
Victor Brauner - Je suis le rêve. Je suis l'inspiration - Musée d'At Moderne de Paris

• Edition du 2020-09-20 :
Sarah Moon - PasséPrésent - Musée d'At Moderne de Paris
 

• Archives :
Arts et Beaux-Arts - # 1 à 11 
Histoire de l'Art - Les Grands Maîtres de la peinture -
Art outsider, street art et performing art -  
Harper's Bazaar - Premier magazine de mode - Musée des Arts Décoratifs
Turner - Peintures et aquarelles - Collections de la Tate - Musée Jacquemart-André
Les Collections permanentes du Musée Cernushi -
Christan Louboutin – L'Exhibition[niste] - Palais de la Porte Dorée
Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée - Atelier des Lumières
Cézanne et les Maîtres - Rêve d'Italie - Musée Marmottan-Monet
Yves Klein, l'infini bleu - Atelier des Lumières
Otto Freundlich - La révélation de l'abstraction - Musée de Montmartre
Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain - Musée de la Vie romantique
Les Contes étranges de N.H. Jacobsen - Musée Bourdelle
Frapper le fer - Musée du Quai Branly
Sculptures Infinies des collections de moulages à l’ère digitale - Beaux-Arts de Paris
Marche et démarche - Une histoire de la chaussure - Musée des Arts Décoratifs
Helena Rubinstein - La collection de Madame - Musée du Quai Branly
Luca Giordano - Le triomphe de la peinture napolitaine - Petit Palais
Hans Hartung - La fabrique du geste - Musée d'Art Moderne de la Ville de Paris
Kiki Smith - Monnaie de Paris
Greco - Grand Palais
Vincenzo Gemito - Le sculpteur de l'âme napolitaine - Petit Palais
Le rêveur de la forêt - Musée Zadkine
Collection Weisman & Michel : Fin de siècle - Belle Epoque (1880-1916) - Musée de Montmartre
Picasso - Tableaux magiques - Musée national Picasso
Toulouse-Lautrec - Résolument moderne - Grand Palais
Vampires - De Dracula à Buffy - Cinémathèque française
Moderne Maharajah, un mécène des années 1930 - Musée des Arts Décoratifs
Balzac & Grandville - Une fantaisie mordante - Maison de Balzac
Du Douanier Rousseau à Séraphine - Les grands maîtres naïfs - Musée Maillol
- les derniers articles (2)
- les derniers expo (3)
- les derniers expos (1038)
- les derniers films (3)
- les derniers interviews (33)
- les derniers livres (3)
- les derniers selection_concerts (1)
- les derniers spectacles (1)
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=