Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Fleurs de Paris
France de Griessen  (AAM Editions)  octobre 2017

Elle se définit comme artiste pluridisciplinaire, et nous aurions bien de la peine à la qualifier différemment. Mais je vais quand même essayer. Parce que sous la liste de ses activités sourde l’âme d’un poète mélancolique habitué à contempler la beauté dans les gouttelettes. France de Griessen est de ceux-là, des chercheurs de pépites dans des quotidiens plus ou moins ordinaires.

Fleurs de Paris en est. Loin des superlatifs multipass, le volume parcourt la ville lumière avec le prisme bienveillant du merveilleux des détails. Dix-sept fleuristes nous conduisent dans leur boutique, leur parcours, l’essence de leur passion. Il était temps de rendre ses lettres de noblesse aux fabricants de petites joies, aux complices de déclarations et aux négociateurs de pardons.

France de Griessen est là, derrière l’objectif, en retrait, et en deçà des images. Comme une main amie sur notre épaule timide, elle tient la porte des boutiques et nous pousse doucement à l’intérieur. Dans les ambiances feutrées et les saveurs sucrées, France souligne la fragilité et l’intemporalité des fleurs. Et c’est bien là que réside le cœur de l’ouvrage. Et l’âme du poète. Et la dope de l’auteure.

Parce que les fleurs, au-delà de leur destination et de la motivation qui nous pousse à les choisir, les fleurs sont la représentation imagée des sentiments d’inéluctable, d’éphémère et de ce qui file entre les doigts comme le temps dans nos vies. Mystérieuse avant de révéler son cœur, sa robe délicate aux coloris multiples attire le regard et réveille la compassion.

Il y a les fleuristes arrivés dans ces boutiques par vocation et ceux dont la vie les a conduits ici par des chemins détournés. Ces passionnés gardent en commun un amour infini de la douce beauté des pétales et des pistils. Qu’ils aient travaillé pour les plus grandes maisons de couture ou aient revendiqué une personnalité de devanture, ils partagent tous un goût pour les harmonies et l’éphémère.

Fleurs de Paris est une ballade en belle compagnie dans Paris, entre charme désuet et romantisme sensuel, ode à la vie avant la mort et aux petits bonheurs. Parce qu’on offre des fleurs aux vivants pour leur signifier qu’on les aime, qu’ils nous manquent, pour les remercier ou faire naître une étincelle dans leur regard, on offre des fleurs aux morts pour leur dire qu’on ne les oublie pas, on s’offre des fleurs pour adoucir une journée pourrite.

Entre deux mondes, entre deux fleuves, la fleur, qu’elle soit sauvage ou guidée, rassemble en son sein les paradoxes de vie et de mort que France de Griessen cultive dans ses œuvres. Elle lutte au quotidien contre la noirceur, et tire sa lumière de courbes veloutées et de fragrances subtiles.

Les aquarelles offertes en début d’ouvrage reflètent la moelle de l’auteure, les coloris dilués dans les contours au crayon sont des romans à eux seuls, dans les possibles qu’ils ouvrent et les détails qu’ils soulignent. Et puis les témoignages défendent l’homme dans la bonté qu’il porte. Dans ces dix-sept boutiques, vous trouverez des fleurs locales, de saison, pas de ces roses stressées du Kenya pour la Saint-Valentin ni même d’arum de Pologne en été. Et c’est bien, parce qui aime le beau aime le bon et protège sa planète en plus de ses passants de cœur.

Si vous n’aimez pas les fleurs, méfiez-vous, vous risquez de changer d’avis à la contemplation des nombreux clichés de l’ouvrage. Et si vous aimez les fleurs, soit vous irez de ce pas cueillir un ou deux brins fleuris entre les pattes des ruminants, soit vous resterez assis à contempler la perfection avec laquelle se chevauchent les pétales des fleurs rescapées des gelées du géranium de votre balcon, si par chance vous vivez entre les Basques et les Alpes, un rayon de soleil vous révèlera la tendresse des pollens disposés comme des velours sur les cœurs des chrysanthèmes.

Et vous voyagerez vers les âmes aimées en passant par vos derniers souvenirs de fleurs. Et vous filerez offrir des chrysanthèmes pour lui dire que rien ne nous séparera, tu verras. Avant d’emmitoufler vos jardinières d’un mignon voile d’hivernage en pilou afin de laisser le pouvoir des fleurs parler à vos cœurs.

Un doux moment, intemporel et bourré de tendresse.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :
La chronique de "Un art de vivre à Paris" du même auteur

En savoir plus :
Le site officiel de France de Griessen
Le Facebook de France de Griessen


Nathalie Bachelerie         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 24 mai 2020 : Culture pour tous !

Toujours pas de festival, de théâtre, de concert, et autres ouvertures de lieux de réjouissances diverses sinon quelques passe droits pour les amis de Manu. En espérant que tout rentre dans l'ordre et que l'on retrouve le plaisir du spectacle vivant bientôt. Soyez prudents, sortez couverts et restez curieux !

Du côté de la musique :

Interview de Roman Rappak autour de son nouveau projet Miro Shot
"Par défaut" de Antoine Hénaut
"Three old words" de Eldad Zitrin
"Night dreamer direct to disc sessions" de Gary Bartz & Maisha
"Mareld" de Isabel Sörling
"Miroir" de Jean Daufresne & Mathilde NGuyen
"Self made man" de Larkin Poe
"Notre dame, cathédrale d'émotions" de Maitrise Notre Dame de Paris
"Enchantée" de Marie Oppert
"Miroirs" de Quintet Bumbac
et toujours :
"Chante-nuit" de Facteurs Chevaux
"9 songs" de Pierre
"Sex education" de Ezra Furman
"Cage meet Satie" de Anne de Fornel et Jay Gottlieb
Interview de Batist & the 73' réalisé à l'occasion de son live Twitch dont des extraits accompagnent cette entretien
"Hundred fifty roses" de Dune & Crayon
"F.A. Cult" de Hermetic Delight
"Love is everywhere" de Laurent Bardainne & Tigre d'Eau Douce
"Hum-Ma" de Les Enfants d'Icare
"Spirals" de Sébastien Forrestier

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"Frida jambe de bois" de Pascal Rinaldi en vidéo
le diptyque Arne Lygre mis en scène par Stéphane Braunschweig :
"Je disparais" en vidéo
"Rien de moi" en vidéo
des comédies :
"Alors on s'aime"
"L'Appel de Londres"
"Hier est un autre jour"
du divertissement :
"On ne choisit pas sa famille"
"Double mixte"
du vaudeville avec "Le Système Ribadier"
du côté des humoristes :
"François Rollin - Colères"
"La Teuf des Chevaliers du fiel"
"Franck Duboscq - Il était une fois"
Au Théâtre ce soir :
"Le canard à l'orange"
"Le prête-nom"
"Deux hommes dans une valise"
des classiques par la Comédie française :
"Le Petit-Maître corrigé" de Marivaux
"Cyrano de Bergerac" d"Edmond Rostand
et aller à l'opéra pour :
"Fortunio" d'André Messager
"Falstaff" de Verdi

Expositions avec :

les visites commentées par les commissaires d'expositions qui se sont tenues au Musée Jacquemart-André :
"Hammershøi, le maître de la peinture danoise" en vidéo
et "La collection Alana - Chefs-d'oeuvre de la peinture italienne"
partir en province pour découvrir en images le Musée d'Art Moderne et Contemporain de Strasbourg
et le Musée des Beaux-Arts de Nancy
puis en Europe en Espagne le Musée national Thyssen-Bornemisza à Madrid
en Allemagne au Städel Museum à Francfort
ailleurs au Brésil à la Pinacothèque de Sao Paulo
et au Japon au Ohara Museum of Art à Kurashiki
avant de revenir dans l'Hexagone pour une déambulation virtuelle dans le Petit Palais

Cinéma at home avec :

du drame : "Aime ton père" de Jacob Berger
de l'espionnage : "Les Ennemis" d'Edouard Molinaro
du thriller : "The Unseen" de Geoff Redknap
du thriller fantastique avec "La Neuvième Porte" de Roman Polanski
du divertissement :
"Cassos" de Philippe Carrèse
"Promotion canapé" de Didier Kaminka
"Les Frères Pétard" de Hervé Palud
de glorieux péplums italiens avec Steve Reeves :
"Les Travaux d'Hercule' de Pietro Francisci en VO
"La Bataille de Marathon" de Jacques Tourneur, Mario Bava et Bruno Vailati en VF
du western :
"L'Homme aux colts d'or" d'Edward Dmytryk
"Chino" de John Sturges
au Ciné Club, du cinéma français des années 30 :
"Mister Flow" de Robert Siodmak
"La Banque Némo" de Marguerite Viel
"Les amours de minuit" d'Augusto Genina et Marc Allégret
"Ces messieurs de la santé" de Pierre Colombier
et des films récents en DVD :
"Deux" de Filippo Meneghetti
"Les Eblouis" de Sarah Suco
"La Dernière vie de Simon" de Léo Karmann

Lecture avec :

"J'aurais pu devenir millionnaire, j'ai choisi d'être vagabond" de Alexis Jenni
"Les Beatles" de Frédéric Granier
"Washington Black" de Esi Edugyan
et toujours :
"Là où chantent les écrevisses" de Delia Owens
"Les lumières de Tel Aviv" de Alexandra Schwartzbrod
"Faites moi plaisir" de Mary Gaitskill
"La chaîne" de Adrian McKinty
"Incident au fond de la galaxie" de Etgar Keret

Froggeek's Delight :

Des lives jeux vidéo (mais aussi des concerts) tout au long de la semaine sur la chaine Twitch. Rejoignez la chaine et cliquez sur SUIVRE pour ne rien rater de nos diffusions.

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 24 mai 2020 : Culture pour tous !
- 17 mai 2020 : le joli mois de mai
- 10 mai 2020 : Sortez Masqués !
- 3 mai 2020 : Déconfi...ture
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=