Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La educacion del rey
Santiago Esteves  novembre 2017

Réalisé par Santiago Esteves. Argentine. Drame. 1h36 (Sortie le 22 novembre 2017). Avec Matías Encinas, Germán De Silva, Walter Jakob, Esteban Lamothe, Jorge Prado, Mario Jara, Elena Schnell et Martin Arroyo.

D'ordinaire, les films argentins distribués en France ont toujours une résonance historique, reviennent sur la longue période de la dictature militaire ou sur la crise économique qui a ruiné le pays dans les années 2000.

"La educacion del rey" de Santiago Esteves a un propos apparemment beaucoup plus modeste et se veut un "thriller" très ancré dans le quotidien, que l'on hésite même à qualifier de "thriller social".

Et pourtant, la mésaventure de Reynaldo, jeune candide qui participe à un cambriolage avec son grand frère et un ami de celui-ci, plonge une nouvelle fois le spectateur au cœur de la réalité argentine. Et, pour une fois, sans avoir besoin de la présence de Ricardo Darin !

Comme il est maigre (on le surnomme "el flaco"), Reynaldo doit jouer les monte-en-l'air pour pénétrer dans une maison. Ce coup facile qui sera son premier, il accepte, parce qu'il est à la rue en délicatesse avec sa mère qui l'élève seule.

Mais, les choses autrement que prévues. Même s'il s'empare du magot, il doit fuir par les toits... et tombe parmi les plantes du couple Vargas. Au lieu de le dénoncer, Carlos et Elena vont "l'éduquer", tenter de lui redonner goût à la vie.

Dans "La educacion del rey", s'opposent deux visions de l'Argentine. Celle au goût du jour, inquiétante, répressive, méchante. De l'autre, un Argentine qui croit encore à la solidarité, qui ne voit pas dans un jeune garçon perdu un monstre à enfermer.

Carlos Vargas n'a pourtant pas le profil du bon samaritain. Champion de tir, ancien convoyeur de fond, il sait ce que la violence veut dire. Il ne porte pas dans son cœur une police fortement corrompue (comme on le verra largement dans le film). Pour l'aider à "éduquer" Reynaldo, il a tout un réseau de gens qu'il sait dans la police et ailleurs intègres ou obligés de l'être.

"La educacion del rey" de Santiago Esteves, derrière son récit très simple qui en fait un très bon polar linéaire, est une métaphore d'un pays toujours malade, où les braves gens doivent agir dans l'ombre, les pourris étant dans la lumière.

Le personnage de Carlos, porté par un acteur magnifique (German De Silva), est plein de mystère et pas du tout équivoque. S'il fait l'éducation d'un "roi" ("rey" diminutif de Reynaldo signifiant "roi"), c'est en lui apprenant non seulement à tirer pour se défendre, mais aussi à découvrir que la société est complexe et qu'il s'agit surtout de bien savoir à qui faire confiance.

Plaisant, bien joué, plus tortueux qu'il n'y paraît, "La Educacion del Rey" de Santiago Esteves est une vraie réussite. On sent qu'il appartient désormais à une cinématographie qui ne cherche pas à faire simplement à faire quelques films marquants ou prestigieux, mais veut multiplier les occasions de raconter un pays toujours bien vivant malgré la crise existentielle endémique qu'il traverse.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco

• Edition du 2022-07-31 :
Costa Brava, Lebanon - Mounia Aki  
 

• Archives :
Des filles pour l'armée - Valerio Zurlini  
Occhiali neri - Dario Argento   
Peter von Kant - François Ozon   
The Sadness - Rob Jabbaz  
L'Esprit sacré - Chema García Ibarra
Todos os Mortos - Caetano Gotardo et Marco Dutra
Jungle rouge - Juan José Lozano et Zoltan Horvath   
Swing - Tony Gatlif    
All eyes off me - Hadas Ben Aroya  
Les Femmes des autres - Damiano Damiani   
Maître Contout - Mémoire de la Guyane - Xavier Gayan   
Années20 - Elisabeth Vogler   
Et je l'aime à la fureur - André Bonzel   
Un vrai crime d'amour - Luigi Comencini   
Employé-Patron - Manuel Nieto Zas   
The Batman - Matt Reeves
Azuro - Matthieu Rozé  
La vie de famille - Jacques doillon
Deux sous d'espoir - Renato Castellani  
Crush - Luis Prieto   
Tropique de la violence - Manuel Schapira    
L'Empire du silence - Thierry Michel   
Ma nuit - Antoinette Boulat   
Rien à foutre - Emmanuel Marre et Julie Lecoustre    
Ali & Ava - Clio Barnard   
Viens je t'emmène - Alain Guiraudie   
La Légende du roi crabe - Alessio Rigo de Righi et Matteo Zoppis   
Dunk ou Die - Nicolas de Virieu   
Nous - Alice Diop   
Riders of Justice - Anders Thomas Jensen  sortie VOD  
- les derniers articles (2)
- les derniers cineclub (6)
- les derniers concerts (19)
- les derniers expos (1)
- les derniers films (1630)
- les derniers interviews (15)
- les derniers spectacles (3)
           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=