Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Christophe Rousset & Les Talens Lyriques
Jean-Baptiste Lully : Alceste, ou le triomphe d'Alcide  (Aparte Music)  décembre 2017

"Dieu ! Le bel opéra ! Rien de plus pitoyable ! Cerbère y vient japper d'un aboi lamentable ! Oh ! Quelle musique de chien ! Oh ! Quelle musique du diable !"

L’histoire entre Les talens Lyriques, Christophe Rousset et Jean-Baptiste Lully (1632-1687) est l’histoire d’une réussite. Les sept disques (Persée, Roland, Armide, Amadis, Phaéton, Bellérophon et cet Alceste) du compositeur d'origine italienne naturalisé français enregistrés par l’ensemble et le chef et claveciniste Français sont tous un véritable succès critique. En quelques années, Les talens Lyriques et Christophe Rousset sont passés maître du style et de l’écriture Lulliste au point d’être devenus un (le ?) véritable intournable du genre.

Après Cadmus et Hermione, Alceste est la deuxième tragédie en musique du duo Quinault-Lully. Elle s'ordonne en un prologue et cinq actes, ce qui deviendra un modèle pour de nombreux compositeurs. La représentation à l’Académie royale de musique en 1674 provoqua une vive polémique. Lully et son librettiste Quinault s’attirèrent les critiques de leurs détracteurs (Corneille et Racine n’admettant pas que l’on puisse venir jouer sur leur propre terrain...) lors de la création parisienne.

Lully était déjà en proie à l’époque à une cabale contre lui. Certains jugèrent son privilège à l’Académie Royale de musique (lui donnant le monopole de l’opéra en France) honteux. Ceux-ci dénoncèrent également le livret trop librement inspiré par l’œuvre d’Euripide, l’abandon de l’unité d’action et l’ajout d’éléments plus légers dans un genre académique. L’immense succès de la représentation à la cour ainsi que les nombreuses reprises effacèrent toutes ses critiques.

Avec cet opéra et en poursuivant ce qu’ils avaient commencé avec Cadmus et Hermione, Lully et Quinault permirent le développement d’un nouveau genre entre dramaturgie et comédie, où musique et verbe convergent ensemble pour devenir emblématique du style français. L’exécution d’Alceste au château de Versailles en 1674 à l’occasion des grandes fêtes organisées pour la reconquête de la Franche-Comté marque le succès de ce mode d’expression dont s’empareront les compositeurs d’opéra français pour longtemps.

La force également de cette tragédie où l’intrigue principale provient de la mythologie grecque est de parler d'amour et de pouvoir de manière absolument contemporaine, en des mots qui résonnèrent largement aux oreilles de Louis XIV. Alcide est amoureux de la belle Alceste qui est promise à Admète. Celui-ci est blessé dans un combat contre les Parques qui acceptent de le laisser vivant si quelqu’un se sacrifie à sa place. Alceste se dévoue. Alcide décide d’aller chercher Alceste aux Enfers mais à l’unique condition qu’elle lui revienne ensuite. À leur retour des Enfers, les adieux entre les deux amoureux sont si poignants qu'Alcide abandonne Alceste à Admète. La victoire d’Alcide est son triomphe face à la mort. Quinault adapte le texte d’Euripide à son esthétique et à son temps renvoyant l’image de grandeur, de noblesse et de gloire du roi soleil. On y retrouve un certain faste, et de nombreux divertissements prétextes à la danse et aux chœurs sans rien perdre d’une réelle force poétique et dramatique.

L’interprétation est ici d’une rare élégance et finesse et donne toute sa splendeur, toute sa majesté à l’œuvre de Lully, le chœur à l’importance considérable chez Lully est magnifiquement exécuté. Une nouvelle fois, Les talens Lyriques, Le Chœur de Chambre de Namur et Christophe Rousset rendent une partition absolument impeccable de bout en bout, pleine de contrastes (entre puissance et lyrisme) et de dynamiques, seul bémol pour Judith Van Wanroij en Alceste trop souvent monocorde et pas toujours très intelligible ce qui est dommage vue la beauté du texte. Absolument remarquable.

 

En savoir plus :
Le site officiel des Talens Lyriques
Le Bandcamp du Choeur de Chambre de Namur
Le Soundcloud de Christophe Rousset
Le Facebook des Talens Lyriques


Le Noise (Jérôme Gillet)         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 09 juin 2024 :Les nouveautés débarquent

Entre 2 tours de scrutin, il reste du temps pour découvrir notre sélection culturelle hebdomadaire. Cette semaine, c'est aussi le retour des sessions Froggy et ça fait plaisir !
Pensez aussi à nous soutenir en suivant nos réseaux sociaux et nos chaînes YouTube et Twitch.

Du côté de la musique :

Rencontre avec Baptiste Dosdat autour de son album "Batist & The 73", agrémenté d'une session
"The afternoon of our lives" de Olivier Rocabois
"Ciel, cendre et misère noire" de Houle
Alain Chamfort était au Point Ephémère
"Middle class luxury" de Beau Bandit
"As seasons changed" de Indigo Birds
"Jusqu'où s'évapore la musique" de Jérôme Lefebvre / FMR Ochestra
We Hate You Please Die, Jules & Jo et Hippocampe Fou dans un petit tour des clips de la semaine
"Upside down" de Manila Haze
"Volupté" de Marie Pons & Geoffrey Jubault
"Hey you" de Mazingo
"Réalité" de Moorea
"Bleu" de Olivier Triboulois
"Thalasso" de Soft Michel
"Rockmaker" de The Dandy Wharols
et toujours :

"Nos courses folles" de Les Fouteurs de Joie
quelques clips avec Lux, Tramhaus, Coeur Joie, Mélys, Resto Basket
"Ravage club" de Ravage Club
"A life of suitcase" de The Rapports
"The giant rooster" de Trigger King
"Homecoming" c'est le 31ème épisode du Morceau Caché

Au théâtre :

les nouveautés :

"Du domaine des murmures" au Théâtre Le Lucernaire
"Hepta, le grand voyage du Petit Homme" au Théâtre Essaïon
"Pourquoi Camille ?" au Théâtre La Flèche (et bientôt Avignon)

"Les vagues" au Théâtre de La Tempête
"Molly ou l'Odyssée d'une Femme" au Théâtre Essaïon

"Dictionnaire amoureux de l'inutile" au Théâtre La Scala
"La contrainte" au Théâtre La Verrière de Lille
"Les possédés d'Illfurth" au Théâtre du Rond Point
"Les tournesols" au Théâtre Funambule Montmartre
"Un faux pas dans la vie d'Emma Picard" au Théâtre Essaïon
et toujours :
"L'affaire Rosalind Franklin" au Théâtre de la Reine Blanche
"Un mari idéal" au Théâtre Clavel
"Chère insaisissable" au Théâtre Le Lucernaire
"La loi du marcheur" au Théâtre de la Bastille
"Le jeu des ombres" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Capharnaüm, poème théâtral" au Théâtre de la Cité Internationale
"Jean Baptiste, Madeleine, Armande et les autres" au Théâtre Gérard Philipe
"Majola" au Théâtre Essaïon
"Mon pote" au Théâtre de la Manufacture des Abbesses

Cinéma avec :

"La Gardav" de Thomas et Dimitri Lemoine

"Heroico" de Davis Zonana
"Roqya" de Saïd Belktibia
"L'esprit Coubertin" de Jérémie Sein
et toujours :
"Le déserteur" de Dani Rosenberg
"Marilu" de Sandrine Dumas
"Que notre joie demeure" de Cheyenne-Marie Carron
"Amal" de Jawad Rhalib
"L'île" de Damien Manivel
"Le naméssime" de Xavier Bélony Mussel
"Yurt" de Nehir Tuna
"Le squelette de Madame Morales" de Rogelio A. Gonzalez

Lecture avec :

"Joli mois de mai" de Alan Parks
"Se perdre ou disparaitre" de Kimi Cunningham Grant
"Vic Chestnutt, le calme et la fureur" de Thierry Jourdain
et toujours :
"La cité des mers" de Kate Mosse
"Merci la résistance !" par un Collectif d'auteurs
"Mon homme marié" de Madeleine Gray
"Rien de spécial" de Nicole Flattery
"Le temps des cerises" de Montserrat Roig
"Neuf mois" de Philippe Garnier
"De sable et d'acier" de Peter Caddick-Adams
"Je ne suis pas un héros" de Eric Ambler
"Après minuit" de Gillian McAllister

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=