Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Le pouvoir
Naomi Alderman  (Editions Calmann-Lévy)  janvier 2018

Et si les femmes prenaient enfin le pouvoir dans le monde entier ? Le monde changerait-il ? Serait-il plus juste ? Moins violent ? C’est un peu les questions que se posent Naomi Alderman dans le livre Le pouvoir.

Dans ce dernier ouvrage, adoubé par Barack Obama, Naomi Alderman imagine un monde où les femmes ont pris le pouvoir. Plusieurs jeunes filles se rendent compte qu’elles détiennent au bout de leurs doigts un pouvoir capable de donner aux autres, aux hommes en particulier, une douleur immense pouvant aller jusqu’à la mort. Les hommes prennent peur, s’organisent, tentent de résister. Les rôles dans la société deviennent inversés, l’homme devient le sexe faible. Les femmes, elles, de leur côté, prennent de l’assurance. Elles n’ont plus peur d’être agressée, harcelée, de sortir dans la rue, même la nuit. Terminé "le sexe faible", le power est dans leurs mains.

Ce monde, imaginé par l’auteur dans un futur indéterminé, évolue autour de quatre personnages principaux, trois femmes et un homme. Roxy est une jeune fille qui a pour père un gangster. Elle va utiliser son pouvoir pour faire prospérer ses affaires mais aussi pour traquer les meurtriers de sa mère. Allie est une jeune fille un peu paumée, qui a été abusée enfant. Son pouvoir va lui permettre de devenir gourou, en fondant une nouvelle religion et une communauté loin des hommes. Margot est une femme politique, mère d’une jeune fille, Jocelyn, qui possède le pouvoir et qui va s’en servir pour son ascension politique. Tunde, lui, est un jeune journaliste nigérian qui va draguer une jeune fille possédant le pouvoir. C’est lui qui, dans le livre, traite de façon journalistique cette prise de pouvoir par les femmes. Il va alors couvrir à travers le monde entier tous les faits divers liés à ce pouvoir.

Vous l’avez compris, les trois personnages féminins vont être les actrices du changement quand l’homme sera son chroniqueur. Naomi Alderman donne a ses personnages des buts et des ambitions différentes. Avec un point commun quand même, elles sont prêtes à tout pour y arriver. On les voit, au fil des pages évoluer différemment grâce à ce pouvoir. Chaque chapitre du livre correspond à un point de vue d’un personnage et à son évolution sur les différents continents.

Avec ce pouvoir entre les mains des femmes, les hommes subissent les actions de ce pouvoir de façons parfois très brutales. On voit alors que ce pouvoir modifie les êtres humains, change leur façon d’être et ce, même quand il devient la propriété des femmes. De ce pouvoir, les femmes n’en font pas forcement le meilleur usage. Elles deviennent même pires que les hommes. Certains passages du livre sont d’une rare violence.

L’ordre établi basé sur la supériorité masculine devient bouleversé. Des révoltes naissent un peu partout, dans la péninsule arabique notamment (où les femmes actuellement ont peu de pouvoir), des régimes politiques se retrouvent renversés par des femmes. De nouveaux pays sont créés, des hommes sont tués, torturés, violés et molestés. Ce monde reste violent mais cette violence a juste changée de camp.

Au travers de ces 4 personnages, Naomi Alderman s’engage dans les domaines du politique, de la religion, des médias et du banditisme (avec un domaine par personnage). Le livre se construit sur la prise du pouvoir, les changements qui en découlent mais aussi sur les dérives de ce pouvoir et les tensions qui y sont associées. On a alors la confirmation que le pouvoir se moque de celui qui l’utilise, qu’il soit de sexe masculin ou féminin. Dans les deux cas, les dérives arrivent vite avec ses conséquences.

Ce livre a donc un véritable pouvoir, celui de montrer ce qui existe de plus mauvais dans l’espèce humaine dès lors qu’on lui confie un peu de pouvoir. Il montre que les femmes, au final, ne sont pas mieux que les hommes, quand elles ont le pouvoir. Le pouvoir n’est donc pas un livre féministe, même s'il paraît quelques semaines après l’affaire Weinstein. Il n’est pas féministe car les femmes qui prennent le pouvoir dans le livre ne mettent pas en place une société plus juste et égalitaire.

Le pouvoir est enfin un livre qui engage à la réflexion, sur notre société et aussi, évidemment, sur le pouvoir, sur ses rapports avec la politique et la religion. Ce concept du pouvoir est au cœur du livre, nous interrogeant sur sa nature, sur la corruption qu’il engendre très vite sur l’être humain. On se rend compte que les femmes, une fois au pouvoir, reproduisent tout ce qu’elles ont eu à subir, comme si leur vengeance l’emportait sur la raison ou le pardon.

Le dernier livre de Naomi Alderman vaut donc vraiment le détour, de par son originalité d’abord mais aussi des réflexions qu’il engendre. Sa lecture ne nous laisse pas insensible et en plus, sa couverture est superbe.

 

En savoir plus :
Le site officiel de Naomi Alderman


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 1er septembre 2019 : C'est reparti pour un tour

Et bien voilà c'est la rentrée. Heureusement c'est aussi la rentrée culturelle avec des tas de livres, de disques, de spectacles, de films et d'expos à découvrir. C'est parti pour le sommaire de la semaine.

Du côté de la musique :

"Debussy complete piano works" de Aldo Ciccolini
Retour sur la Route du Rock :
Jeudi avec Fontaines DC, Idles, Tame Impala et Stereolab ...
Vendredi avec White Fence, 2 many Dj's, Hot Chip ...
Samedi avec Deerhunter, Metronomy, Oktober Lieber...
Toutes les photos par Jasmina sont ici
Pourquoi aller à la route du rock l'année prochaine ? lisez ceci pour le savoir
"Ruine nouvelles" Le Flegmatic
"We are not your kind" de Slipknot
"Unis vers" de Mathias Lévy
"This is not a safe place" de Ride
"Bulle" de Théo Girard Quartet
et toujours :
"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival

Au théâtre :

"Les Témoins" à la Manufacture des Abbesses
"Les Larmes amères de Petra von Kant" à La Folie Théâtre
"Madame de La Carlière" au Théâtre Le Lucernaire
"Cyrano de Bergerac" à La Folie Théâtre
"Macbeth (The Notes)" au Théâtre Le Lucernaire
"Dieu, Brando et Moi" au Studio Hébertot
"Anna attend l'amour" au Théâtre des Mathurins
"C'est pas le bon moment" à la Manufacture des Abbesses
"Karine Dubernet - Souris pas !" au Point Virgule
des reprises
"An Irish story" au Théâtre de Bellevile
"Entretiens d'embauche" au Théâtre Essaion
"Le gorille" au Théâtre Le Lucernaire
"Ridiculum vitae" au Théâtre Les Déchargeurs
"Une vie de pianiste" au Studio Hébertot
"Gauthier Fourcade - Le coeur sur la main" à la Manufacture des Abbesses
"Une ombre dans la nuit" au Théâtre du Guiche-Montparnasse
"Olympe de Gouges, porteuse d'espoir" au Théâtre du Guiche-Montparnasse
et la chronique des spectacles à l'affiche en septembre

Expositions avec :

les expositions toujours à l'affiche :
"Paris romantique" au Petit Palais
"Back Side" au Musée Bourdelle
"Azzedine Alaïa : Une autre pensée sur la mode - La Collection Tati" à la Galerie Azzedine Alaïa
"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville de Paris
"Van Gogh - La nuit étoilée" à l'Atelier des Lumières
"Le Marché de l'Art sous l'Occupation" au Mémorial de la Shoah
et la dernière ligne droite pour "Georges Dorignac - Corps et Ames" au Musée de Montmartre

Cinéma avec :

Oldies but Goodies avec "La Famille" d'Ettore Scola en version restaurée
"90's" de Jonah Hill en sortie DVD
et la chronique des films à l'affiche en septembre

Lecture avec :

"Tempête pour les morts et les vivants" de Charles Bukowski
"Zébu boy" de Aurélie Champagne
"Tous les enfants dispersés" de Beata Umubyeyi Mairesse
"Mon territoire" de Tess Sharpe
"Ici tout est encore possible" de Gianna Molinari
"Dégels" de Julia Phillips
"De l'autre côté, la vie volée" de Aroa Moreno Duran
et toujours :
"Baikonour" de Odile d'Oultremont
"Civilizations" de Laurent Binet
"Kintu" de Jennifer Nansubuga Makumbi
"L'été meurt jeune" de Mirko Sabatino
"Les liens" de Domenico Starnone
"Tous les hommes n'habitent pas le monde de la même façon" de Jean Paul Dubois

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 13 octobre 2019 : On Manque de Mains D'oeuvres
- 6 octobre 2019 : Coup de froid
- 29 septembre 2019 : Une édition sans chichis
- 22 septembre 2019 : Fin d'été
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=