Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La Maladie de la mort
Théâtre des Bouffes du Nord  (Paris)  janvie 2018

Comédie dramatique de d'après le récit éponyme de Marguerite Duras, mise en scène de Katie Mitchell, avec Laetitia Dosch, Nick Fletcher et Irène Jacob.

Marguerite Duras n'a pas été seulement une écrivaine et une dramaturge, elle a été aussi une cinéaste. Une cinéaste exigeante, qui a su faire avec les images ce qu'elle a réussi avec les mots : évoquer sans tintamarre ce que vivre veut dire en s'appuyant sur la beauté d'un cadre dans lequel éclatent les sentiments, leur puissance comme leur fragilité.

En voulant passer "La Maladie de la mort" à la moulinette de son système vidéo, qu'elle qualifie doctement de "performance cinématographique", Katie Mitchell commet un évident contresens : elle filme ce que Duras n'aurait jamais filmé, c'est-à-dire une collection de clichés sentimentaux par ailleurs, vu le sujet, forcément triviaux, voire racoleurs.

Elle perd et dénature la voix durasienne qu'elle a pourtant installé dans une cabine à l'abri de l'action et qu'elle a eu l'excellente idée de faire incarner à Irène Jacob qui convainc magnifiquement en narratrice.

Mais, hélas, on ne peut que constater son isolement, son enfermement comme si la voix-off de Duras était une prison, alors qu'elle est, au contraire, quelque chose qui accompagne le lecteur ou le spectateur pour descendre au plus profond à l'intérieur de son être.

Outre cette voix, aussi essentielle dans ses films que dans ses livres, ce sont les personnages qui pâtissent du "Dispositif Mitchell". Alors qu'ils sont "au repos" chez Duras, ils sont ici dans la fébrilité. C'est normal car ils doivent constamment changer de tenue, se soucier des marques à respecter, puisqu'ils jouent d'abord à jouer dans la pénombre les scènes qu'on retrouve instantanément au-dessus d'eux, sur l'écran vidéo qui domine leurs ébats.

Là, dans un noir et blanc aux reflets lumineux qui fait plus télé d'antan que merveilleux travail d'un de ces grands opérateurs qui servaient l'oeuvre de Marguerite, ils apparaissent fatigués, angoissés, agités. On est loin, loin, loin des plans fixes pensés par Marguerite.

D'autant que Katie Mitchell ajoute des images déjà filmées au direct : plan d'un hôtel au bord de l'eau, plans de vagues. Elle se permet aussi d'ajouter à chacun des personnages un enfant, affadissant parce qu'elle suggère les propos désespérés du couple de "La Maladie de la mort"

On ne pourra reprocher quoi que ce soit à Laetitia Dosch et Nick Fletcher, les deux protagonistes étant aussi victimes d'un son parfois défectueux. C'est un comble que dans la merveilleuse acoustique des Bouffes du Nord, l'usage de microphones aboutisse à une déperdition sonore.

On avait déjà émis des réserves sur l'intérêt de ce théâtre hybride qui mêle à la fois tournage cinématographique et représentation théâtrale, en voyant la version de "Papier Peint Jaune" de Charlotte Perkins Gilman mise en scène par Katie Mitchell.

Au lieu d'être synthétique, le résultat est problématique. On ne sait pas s'il faut regarder principalement le "tournage" avec toute l'équipe qui s'affaire autour des acteurs ou si l'on doit lever la tête pour voir le résultat final.

Dès lors, on se demande si la solution ne consiste pas à se laisser simplement porter par le mouvement général initié par Katie Mitchell, à se laisser hypnotiser par sa virtuosité indéniable, et s'il est encore possible de juger du résultat obtenu sur l'écran comme on juge du théâtre.

Sans doute, ceux qui verront pour la première fois une mise en scène de Katie Mitchell pourront être sous l'emprise de sa maîtrise. Le charme risque moins de prendre chez les autres à l'aune de leur connaissance de l'oeuvre de Marguerite Duras.

En subdivisant parmi ceux-là, ceux qui jugeront le rendu de la pièce et ceux qui s'amuseront à imaginer ce qu'aurait donné son adaptation par Marguerite elle-même, on pourra obtenir un nouveau clivage. Si faire et faire parler est son but, Katie Mitchell a parfaitement réussi ce qu'elle cherchait à démontrer.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 7 août 2022 : On prend la Route du Rock

C'est bientôt l'heure du festival La Route du Rock, notre festival de coeur ! Que vous ayez prévu d'y aller ou pas, voici de quoi réjouir votre été

Du côté de la musique :

"NOW" le nouveau mix de Listen In Bed à écouter à volonté
retour sur le festival de Beauregard avec Turnstile, Izia, Madness...
et toujours :
"KEXP & NPR sessions" la nouvelle émission de Listen In Bed à écouter
"While my guitar gentle weeps" de Théo Cormier
"Hypnos & Morphée" de Dandy Dandie
Retour sur les Vieilles Charrues avec Last Train, Laetitia Sheriff, Johnny Mafia...
"Witch cults" nouveau mix signé Listen In Bed à écouter partout
"César Franck : Piano Quintet - Antonín Dvorák : String Quartet No. 14" de Quatuor Prazak & François Dumont
"Asymétrie" de Slim Abida
"Ostinatos piano solo" de Xavier Thollard
"Homemade" de Yvan Robilliard
le replay du concert et interview de SuperBravo

Au théâtre :

la nouveauté de la semaine :
"Duos sur canapé" au Théâtre L'Alhambra
quelques suggestion de spectacles musicaux
"Paris la grande" au Théâtre Le Lucernaire
"Prisca Demarez - Coquelicot" au Théâtre de la Contrescarpe
"Novocento pianiste" au Théâtre Le Lucernaire
et les spectacles à l'affiche en août

Expositions :

"Molière en costumes" au Centre national du costume de scène à Moulins
"Newton, Riviera" au Nouveau Musée National de Monaco
dernière ligne droite pour :
"Christian Louboutin - L'Exhibition[niste] - Chapitre II au Grimaldi Forum à Monaco
"La Joconde" au Palais de la Bourse à Marseille
et les expositions à l'affiche en août

Cinéma :

en streaming gratut :
"Trois visages" de Jafar Panahi
"Adults in the room" de Costa Gavras
"Le Club Vinland" de Benoit Pilon
"Un Juif pour l'exemple" de Jacob Berger
le cinéma des frères Dardenne en 3 films

Lecture avec :

"The unstable boys" de Nick Kent
"Le monde sans fin" de Jean Marc Jancovici & Christophe Blain
"Lanceurs d'alerte" de Flore Talamon et Bruno Loth
et toujours :
"La saignée" de Cédric Sire
"Le maître et l'assassin" de Sophie Bonnet
"Labyrinthes" de Franck Thilliez
"Méfiez-vous des anges" de Olivier Bal

Et toute la semaine des émissions sur notre chaine twitch

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=