Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Bestie di scena (Bêtes de scène)
Théâtre du Rond-Point  (Paris)  février 2018

Spectacle conçu et mis en scène par Emma Dante, avec Elena Borgogni, Sandro Maria Campagna, Viola Carinci, Italia Carroccio, Davide Celona, Sabino Civilleri, Roberto Galbo, Carmine Maringola, Ivano Picciallo, Leonarda Saffi, Daniele Savarino, Stéphanie Taillandier, Emilia Verginelli et Marta Zollet.

La dramaturge et metteuse en scène sicilenne Emma Dante immerge la troupe de sa Compagnia Sud Costa Occidentale, dans un plateau vide, black cube transformé en boîte de laboratoire comme pour une expérimentation éthologique.

Quatorze comédiens ou danseurs, tels des animaux - mais ne sont-ils pas des "bêtes de scène" - se retrouvent pour une séance d'échauffement et pratiquent à l'identique, avant de se dévêtir jusqu'à la nudité originelle, les mêmes exercices qui les emportent dans une transe cinétique.

Cette approche formelle, qui puise dans la technique expressive préconisée par le dramaturge russe d'avant-garde Vsevolod Emilievitch Meyerhold basée sur la biomécanique du corps, évoque celle d'un groupe de danseurs, entre la ronde primale des danseurs nus du tableau "Danse" de Matisse et les flux de mouvements qui caractérisent l'essence de la danse telle que théorisée par Lucinda Childs notamment dans son ballet "Dance".

Plus encore, la mise en résonance avec le domaine chorégraphique s'impose dès lors que le rythme constitue un des fondamentaux de la réflexion théâtrale de Emma Dante et que "Bestie di scena" s'inscrit dans le même registre que la pièce-manifeste "Tragédie" créée en 2012 par le chorégraphe Olivier Dubois.

Emma Dante a donc élaboré ce qu'elle nomme un "pressurage de théâtre" dépourvu de tout, même de texte et d'histoire, "un zéro absolu qui doit faire face au vide de l’existence" qui explore l'essence de l'acteur telle qu'elle la conçoit.

Sont ainsi brassés, entre autres, les thématiques de l'acte sacrificiel de l'acteur et de la micro-communauté que forment les acteurs sur scène, un groupe d'imbéciles, selon Emma Dante, qui déposent au sol leurs vêtements comme dans un geste d'offrande au public et de renonciation absolue, à tout sentiment de honte et tout jugement, avec celle de l'évolution à rebours, de l'homme au singe jusqu'à la désolation.

Et la nudité, celle de la naissance et du temps des origines, s'accompagne d'une innocence mentale de laquelle se joue un "deus ex machina" invisible en les soumettant à des épreuves cognitives à partir d'objets tombés du ciel qui se développent en tableaux aussi graves que cocasses.

Le spectateur se trouve également immergé dans cette performance chorale menée par des officiants investis par laquelle Emma Dante, qui se dit taiseuse, ne tend pas à réinterpréter le monde mais à percevoir l'homme dans sa contemporanéité saturée d'images et de bruits.

Evidemment point de demi-mesure entre laudateurs et détracteurs.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 9 février 2020 : On se calme et on se cultive

C'est reparti pour une sélection culturelle hebdomadaire très riche et variée avec plein de musique, de livres, d'expos, de cinéma et de théâtre pour chasser la morosité ambiante. En route pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"I become a beast" de Caesaria
"Hopetown" de Claudial Solal et Benoit Delbecq
"L'îlot" de Cyril Adda, à retrouver aussi en session
"Granados Goyescas" de Jean Philippe Colard
"On both sides of the atlantic" de Jon Bouteiller
"Lovers" de Kid Francescoli
"Ooh Hah" le mix numéro 10 de Listen in Bed
"Show no mercy" de Loki Lonestar
"Cailloux & météores" de Mira Cétii
"Simido" de Moonlight Benjamin
et toujours :
"A fuck toute, a love tout" de Rodrigue
"Sentinelle" de Superbravo
"Juillet" de En Attendant Ana
"Brahms : Fantasien, 116, Intermezzi, 117 & Klavierstucke OP 118" de Hortense Cartier Bresson
"Ce qui demeure" de Jean Louis Bergère
Philippe Katerine était au Fil de Saint Etienne avec Eveno
"Prévert parade" de André Minvielle et Papanosh
"Everything begins" de BO
"Bretagne[S]" de Ensemble Gustave
"The underground secession" de Feu Robertson
"Whosampled.com Part 2", le nouveau mix de Listen in Bed
"Paradais" de Tito Candela

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Supervision" au Théâtre 14
"Un amour de jeunesse" au Théâtre de la Renaissance
"A la recherche du temps perdu" au Théâtre de la Contrescarpe
"Mots d'Elles" au Théâtre Essaion
"Félix Radu - Les mots s'improsent" au Théâtre des Mathurins
"Eva Rami - T'es Toi !" au Théâtre de la Hucehtte
"Faire semblant d'être normaux" au Théâtre Les Déchargeurs
"Viel chante Barbara" au Théâtre Essaion
"Macbeth" au Théâtre Essaion
des reprises :
"Aux rats des pâquerettes" au Théâtre Pixel
"Jean-François Derec - Le jour où j'ai appris que j'étais juif" au Théâtre L'Archipel
et la chronique des spectacles à l'affiche

Expositions avec :

"Les Contes étranges de N.H. Jacobsen" au Musée Bourdelle
la dernière ligne droite pour :
"L'âge d'or de la peinture anglaise" au Musée du Luxembourg
"Sculptures infinies, des collections de moulages à l'ère digitale" aux Beaux Arts de Paris

Cinéma avec :

"Un divan à Tunis" de Manele Labidi
"Deux" de Filippo Meneghetti
et la chronique des films sortis en janvier

Lecture avec :

"Alt life" de Joseph Falzon & Thomas Cadène
"Ce qui est nommé reste en vie" de Claire Fercak
"Dévorer les ténèbres" de Richard Lloyd Parry
"Il est juste que les forts soient frappés" de Thibault Bérard
"L'homme qui n'est jamais mort" de Olivier Margot
"La chute" de Jacques Ravenne
"Le livre de Sarah" de Scoot McClanahan
et toujours :
"Basse naissance" de Kerry Hudson
"Comment le roi à perdu la tête" de Ville Ranta
"Et Mara ferma les yeux" de Denis Jeambar
"La cité de feu" de Kate Mosse
"La septième croix" de Anna Seghers
"Les sables de l'empereur" de Mia Couto

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 5 avril 2020 : sous le soleil... mais pas vraiment
- 29 mars 2020 : On continue à s'égayer le cerveau
- 22 mars 2020 : Homeworks
- 15 mars 2020 : La culture sans bouillon de culture
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=