Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce She Owl
Interview (version française)  (Atout Livre BD, Paris)  jeudi 25 janvier 2018

Ce n'est pas une sensation de déjà-vu : nous rencontrons She Owl dans une belle librairie dans le 12ème arrondissement à Paris, la dernière interview avec Froggy's Delight date d'il y a trois ans.

A l'occasion de la sortie de leur dernier EP The Drifters, en streaming sur leur site, on se retrouve avec ce duo folk / ambient, couple de multi-instrumentistes, parti de Turin et qui ne s'est jamais arrêté, en passant par San Franciso, Paris et Lipsia.

En tournée, pas que pour les concerts, Jolanda et Damien sont deux musiciens de vie, deux personnes qui ont choisi la musique comme une mission, comme un style de vie, une vocation spirituelle et artistique.

Plus qu'une interview, cela a été le plaisir d'une discussion entre amis italiens qui parlent du pays qu'ils ont quitté, de musique, de films, et du fait que peut-être ces nomades de la musique ont trouvé cette fois-ci leurs racines dans un voyage infini...

Votre voyage a commencé en 2013, en 2015 Froggy's Delight était là pour découvrir votre musique et on se retrouve pour votre nouveau EP The Drifters. Comment est né votre projet ? Et pendant ce temps, qu'avez-vous fait ?

Demian Endian : Tout a commencé en 2013 à San Francisco. On était là-bas pour rendre visite à des amis et aussi pour trouver un pays d'adoption car on ne se sentait pas trop "italiens" en tant que musiciens et on y a trouvé un batteur, un guitariste, un contrebassiste et un ingénieur du son factotum avec lequel on a décidé d'enregistrer un album (ndlr : She Owl).

Jolanda Moletta : On cherchait un pays où prendre racine, et San Francisco l'a été, on a trouvé notre "famille musicale" et George S. Rosenthal est devenu aujourd'hui notre producteur. Il a eu un rôle décisionnel dans cet EP.

Quel est votre processus de composition ?

Demian Endian : Tout part de nos voyages, de nos expériences personelles, et de morceaux qui sont déjà dans nos têtes. Quand on les extrait, on essaie d'être le plus délicat possible, on veut juste que le morceau sort de nous avec n'importe quel instrument.

Jolanda Moletta : Moi je travaille de façon très visuelle, c'est comme si j'avais un film dans ma tête, je vois des images et j'essaie de les traduire en musique. J'écris la bande originale de ce film qui peut être une histoire, un voyage dans un train, à travers un désert. En réalité, je rêve de travailler avec des réalisateurs un jour car notre musique se prête très bien au cinéma. J'aimerais bien travailler sur des B.O., ou même faire de notre musique des B.O.

Qui est l'auteur des paroles ?

Jolanda Moletta : J'écris les paroles, et la musique, la structure du morceau, et en suite je lui laisse écouter. Il est mon premier auditeur.

Demian Endian : Et à partir de ce moment là, cela devient une espèce de ping-pong, on se lance la balle jusqu'à ce que l'on se sent prêt à le jouer en live.

Jolanda Moletta : Pour nous, le public est fondamental. Quand on enregistre dans le studio, on le fait sur la base des retours qu'on a eu en concert. C'est comme ça que l'on sait déjà clairement ce qu'on veut.

Tu me parlais des visions : qu'est-ce qui vous donne des visions ? Quelles sont vos inspirations ?

Demian Endian : Le voyage ! Je dirais aussi de se comparer à ses propres limites en tant que citoyen d'un monde occidental et essayer de s'en sortir ou de le transformer. Pour l'instant, on n'a pas de réponse mais on est en train d'y travailler (rires). L'inspiration vient aussi beaucoup des livres, là on est en train de jouer dans une librairie où il y a plein de BDs, je dis Miyazaki, un de nos réalisateurs préférés. Côté musique, je dis : Nina Simone, Nick Cave.

Jolanda Moletta : Bat For Lashes, My Brightest Diamonds...

Demian Endian : En Allemagne, on a découvert Bohren & der Club of Gore.

Jolanda Moletta : Et vu que leur musique a des airs de l'oeuvre d'Angelo Badalamenti, je mets également David Lynch dans nos inspirations et... Wim Wenders aussi !

Demian Endian : Moi j'adore Spike Jonze... "Dans la peau de John Malkovich"... En réalité, quand on s'inspire de quelqu'un, il ne faut jamais reproduire ce que fait l'autre mais être nous-mêmes. Notre but, c'est d'avoir des gens qui viennent nous écouter et qui, à la fin du concert, nous disent : "J'ai beaucoup aimé, je veux être moi-même !"

Vous êtes italiens, qu'est-ce que vous pensez de la nouvelle scène indé italienne ?

Jolanda Moletta : N'étant plus en Italie, on ne connaît pas trop la scène italienne actuelle. Si on ne lit pas de presse italienne indé, c'est difficile d'être à jour. On aime bien un groupe italien qui habite en Allemagne, The Somnambulist, ils font un rock / prog très intéressant.

Demian Endian : Par rapport à la scène italienne, j'aimerais bien faire une réflexion. J'ai remarqué plusiers fois que les italiens ne se lancent jamais dans des projets s'ils n'ont pas d'abord un retour. Cela est dû au fait que l'Italie est un pays qui n'a jamais investi dans la recherche.

Jolanda Moletta : C'est pour ça que tous les musiciens italiens qui font quelque chose d'intéressant habitent à l'étranger. J'ai écouté les Be Forest mais je ne les connais pas trop bien. Je suis sûre qu'il y a plein de groupes qui sont très intéressants mais qui manquent de hype qui marche en Italie.

On revient sur le voyage. Dans toutes vos interviews ou chroniques, on parle de vos voyages. Vous venez de Turin, la ville de Marlene Kuntz (ndlr : groupe culte du rock italien), où habitez-vous en ce moment ? Où est-ce que vous vous sentez chez vous ?

Demian Endian : Tu sais, en 2015, on a joué à Paris à L'Alimentation Générale et un mois après, Marlene Kuntz et Calibro 35 ont joué là-bas. A New York, on avait joué au Zebulon et quelques mois après, Jovanotti a joué là-bas. Disons que c'était comme joué en première partie de ces groupes.

Jolanda Moletta : Notre ville de coeur est San Francisco. On peut dire que c'est notre maison à nous. L'Allemagne est un pays cool où habiter mais on n'y habite pas depuis suffisamment longtemps pour dire qu'on se sent chez nous là-bas.

Par rapport à l'Italie, je dois dire qu'on s'est enfui de l'Italie... L'année dernière, sur cinquante concerts, on a joué que trois fois en Italie : Livorne, Florence et Bologne. La seule capitale européenne où l'on n'a jamais joué est Rome... Il y a dix ans, on jouait déjà à l'étranger et on voyait la différence entre les autres pays par rapport aux difficultés de jouer en Italie.

Demian Endian : L'Italie a été pour nous un peu comme une maman chat qui a rejetté ses chatons... (rires)

Et qu'est-ce que vous pensez de la scène française ?

Demian Endian : On a eu des retours de la part de quelques amis français et le fait est qu'il y a beaucoup de projets faits par des musiciens qui sont plutôt concentrés par avoir un bon retour et donc il n'y a pas un vrai amalgame musical. Apparemment, c'est très à la mode de chanter en français...

Jolanda Moletta : Pour te dire, notre groupe français préféré est... un groupe australien ! (rires) C'est Heligoland, ils sont produits par Robin Guthrie de Cocteau Twins. Sinon on aime bien le projet de Dalva, un musicien qui est sur le même label français que nous. Il faut dire que l'on n'a jamais vraiment exploré la scène française... c'est peut-être parce que quand tu es musicien, tu n'as pas suffisamment d'argent pour faire les concerts (rires)...

Et à ce propos, je suis curieuse de savoir si dans la vie vous êtes musiciens à temps plein ou si vous faites autre chose à côté...

Jolanda Moletta : Oui, on est musiciens à temps plein, c'est pour cela que l'on a quitté Paris... C'était beaucoup trop cher de vivre ici en tant que musiciens.

Demian Endian : Si demain je devais faire le pizzaïolo, je ferais ça ! (rires) Mais il faut avouer que la décadence de l'ex Allemagne de l'Est, ça inspire beaucoup... Tu sais, tous ces petits studios d'enregistrement au sol poussiéreux, mal entretenus, très... Einstürzende Neubauten !

Pour finir, conseillez-nous trois groupes ou trois albums à écouter absolument !

Demian Endian : L'album que tout le monde doit écouter à mon avis, c'est "Mind Bomb" de The The. Si tu cherches dans Google "The The", tu vas galérer pour les trouver à cause de leur nom, c'est pour ça qu'ils ne sont pas trop connus (rires).

Jolanda Moletta : Toute l'oeuvre de Nina Simone, My Brightest Diamonds, Heligoland.

Demian Endian : Bat For Lashes, Jeff Buckley.

Jolanda Moletta : Ah oui... "Grace" est vraiment l'album à écouter sur une île déserte.

Demian Endian : Je vous conseille aussi Gus Ring, un suédois qui a sorti un album qui s'appelle "Hypnosis". On est amis et on peut dire que l'année dernière, son album a été notre B.O.

Merci beaucoup pour votre disponibilité !

She Owl : Grazie mille !

Retrouvez She Owl
en Froggy's Session
pour 3 titres en cliquant ici !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Animal Eye de She Owl
La chronique de l'album Drifters EP de She Owl
L'interview de She Owl (vendredi 10 avril 2015)
L'interview de She Owl (jeudi 25 janvier 2018)

En savoir plus :
Le site officiel de She Owl
Le Bandcamp de She Owl
Le Soundcloud de She Owl
Le Facebook de She Owl

Crédits photos : Thomy Keat (retrouvez toute la série sur Taste Of Indie)


Paola Simeone         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 19 août 2018 : Place aux livres

C'est bientôt la rentrée, et donc la rentrée littéraire, voici déjà quelques chroniques pour terminer agréablement l'été avec également une sélection de spectacles de l'été et bien entendu du cinéma, de la musique et des expositions !

Lecture avec :

"Cette maison est la tienne" de Fatima Farheen Mirza
"Empreintes de crabe" de Patrice Nganang
"L'habitude des bêtes" de Lise Tremblay
"Sergent papa" de Marc Citti
"Tous les hommes désirent naturellement savoir" de Nina Bouraoui
et toujours :
"Forêt obscure" de Nicolas Krauss
"Les grandes épopées qui ont fait la science" de Fabienne Chauvière
"Rien de plus grand" de Malin Personn Giolito

Au théâtre :

un incontournable :
"Le Gros diamant du Prince Ludwig" au Théâtre Le Palace
un nouvau venu :
"Hypo" au Théâtre de la Contrescarpe
les inoxydables :
"Les Faux British" au Théâtre Saint-Georges
"Dernier coup de ciseaux" au Théâtre des Mathurins
les outsiders :
"Dîner de famille" au Théâtre d'Edgar
"Iliade" au Théâtre Le Lucernaire
"Oui !" au Café de la Gare
"Tinder Surprise" au Théâtre d'Edgar
"Speakeasy" au Palais des Glaces
"Chance" au Théâtre La Bruyère

Expositions avec :

dernière ligne droite pour :
"Van Dongen et le bateau-Lavoir" au Musée de Montmartre
"Margiela - Les Années Hermès" au Musée des Arts Décoratifs
"Parfums de Chine - La culture de l'encens au temps des Empereurs" au Musée Cernushi

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Silent Voice" de Naoko Yamada
"La Belle" de Arunas Zebrunias
et la chronique des autres sorties d'août

Du côté de la musique :

"When the earth was flat" de Quiet Dan
"A quality of mercy" de RVG
Sélection d'albums blues avec Sue Foley, Ian Siegal, Fred Chapelier et Archie lee Hooker
et toujours :
"Schtick" de Danny Goffey
"Prokofiev for two" de Martha Argerich & Sergei Babayan
"South by west" de Pampa Folks
"Press rewind" de Devil Jo & the Blackdoormen
"Bonsoir shérif" de Keith Koona
"Home" de Kian Soltani & Aaron Pilsan
"La green box" de La Green Box
"Modernéanderthal" de Le Pied de la Pompe
"Art autoroutier" de Nuage Fou

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 19 août 2018 : Place aux livres
- 12 août 2018 : Léger comme une brise d'été
- 5 août 2018 : Pensez à vous hydrater les neurones
- 29 juillet 2018 : Pensez à vous hydrater...
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=