Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La Callas oubliée
Théâtre Essaion  (Paris)  février 2018

Comédie dramatique de Dario Fo et Franca Rame, mise en scène de Massimiliano Verardi, avec France Renard, Philippe Pierrard et Aurélien Gouas.

On connaît tout de Maria Callas, mais on ignorait que son sort avait intéressé Dario Fo, Prix Nobel de littérature et grand espiègle du théâtre italien.

En fait, le texte est signé Dario Fo et Franca Rame, la compagne du dramaturge morte en 2013, et il constitue leur ultime collaboration. On comprend dès lors que le destin tragique de la diva la plus célèbre du siècle passé avait une résonance pour le couple, que cette lente descente d'une étoile vers un crépuscule morbide avait un sens pour Dario et Francesca et sans doute bien des correspondances.

Ce qui fixe surtout l'attention de Dario Fo, c'est le personnage du mari-pygmalion de Maria, le fameux Giovanni Meneghini, industriel enrichi par le commerce des briques qui fit la carrière de son épouse en se transformant en son impresario.

Gros bonhomme cultivé et bonasse, c'est en succédant au père de Maria pour gérer sa carrière qu'il en devînt l'amant et bientôt le mari. C'est lui qui a façonné Maria, a mis sur les rails d'un succès incommensurable la jeune américano-grecque trop grosse.

En enchaînant les saynètes clés de la vie de la chanteuse qui fit frissonner tous les mélomanes de la seconde moitié du vingtième siècle, "La Callas oubliée" montre le rôle de Meneghini dans la fabrication de la grande tragédienne lyrique.

Pourtant, si on ne savait pas la passion du couple Fo pour La Callas, on ne devinerait jamais que ce texte renseigné et très "wikipédia" est signé de leurs mains. Ce n'est pas faire offense au comique devenu maître du théâtre que son texte sur Callas ne restera pas dans les annales.

Peut-être aussi que la mise en scène de Massimiliano Verardi est trop sage et ne pousse pas assez vers l'excès les présupposés de Fo qui insiste assez souvent sur le physique difficile de Maria qui, pendant "l'ère Meneghini", fait preuve de boulimie et n'a rien à envier aux rondeurs du briquetier. Il aurait été amusant de suivre le combat du couple pour perdre presque cinquante kilos et d'expliquer comment ce régime spartiate a rendu fragile Maria Callas et l'a conduite aux portes de la folie.

Ayant évacué cela, "La Callas oubliée" navigue en terrain trop connu, même si les comédiens ont l'abattage suffisant pour suppléer au manque d'originalité du propos. Sans sa voix ni son physique, France Renard est cependant convaincante dans la peau de Maria.

Philippe Pierrard joue son père et Meneghini avec l'ampleur nécessaire à qui veut protéger pareille oiseau aux ailes de géant. Il sait se muer en homme brisé par la passion qui s'éloigne et faire surgir de son personnage des torrents d'émotion.

Quant au troisième homme, Aurélien Gouas, tour à tour narrateur et visage empruntant les traits des nombreux êtres qui ont défilé dans la vie de Callas, il sonne toujours juste malgré sa propension à lancer des blagues qui tombent à plat.

On n'oubliera pas de signaler que les dessins projetés sur une toile suspendu au mur derrière la scène sont aussi de Dari Fo et qu'ils vont convaincre qu'il ne s'agit pas d'une toquade le temps d'une pièce. Oui, incontestablement Dario Fo aimait vraiment Callas.

"La Callas oubliée" vaut le déplacement si l'on veut connaître toutes les facettes d'une œuvre théâtrale majeure et si l'on veut assister à un spectacle de qualité défendu par un trio percutant.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 25 février 2024 : Quoi de neuf cette semaine ?

De la musque, du théâtre, de la littérature, de la bonne humeur et du replay au programme cette semaine sur Froggy's Delight que ce soit ici, sur Twitch ou sur Youtube. Comme disent les jeunes, suivez-nous et mettez des pouces bleus ! .

Du côté de la musique:

"Session de rattrapage 3", nouvel épisode de notre podcast Le Morceau Caché
quoi de neuf du côté de Caesaria, Archi Deep, Chester Remington, Dirty Fonzy
"She Reaches Out to She" de Chelsea Wolfe
"Victoire de la musique" de Cotonete
"Back to the wall" de Grand March
"Please, wait" de Maxwell Farrington & Le SuperHomard
"La reine du secourisme" de Nicolas Jules
"On the spot" de Philippe Soirat
"#puzzled" de Pierre-François Blanchard
"Goodbye black dog" de PURRS
"Print, Secrets for you" de Sylvain Cathala
"Witchorious" de Witchorious
et toujours :
"Brahms le Tzigane" du Choeur de Chambre Mélisme(s), Colette Diard & Bankal Trio
"Folklores" de Dumka
"Songes" de Elodie Vignon
"Et il y avait" de Geins't Naït, Laurent Petitgrand & Scanner
"Caravan party II" de Johan Farjot & Friends
"Hors-piste" de Le Pied de la Pompe
"Pop sauvage" de Métro Verlaine
"Bright" de Soulmate
"Family and friends" de The Twin Souls
"Haydn all stars (Haydn, Ravel, Fontyn, Brahms)" de Trio Ernest

Au théâtre

les nouveautés :

"A qui elle s'abandonne" au Théâtre La Flèche
"Les quatres soeurs March" au Théâtre du Ranelagh
"Mémoire(s)" au Théâtre Le Funambule Montmartre
"N'importe où hors du monde" au Théâtre Le Guichet Montparnasse
"Quand je serai un homme" au Théâtre Essaïon
"Le petit Prince" à La Scala
"Frida Kahlo" à La Scala
"Les petits chevaux, une histoire d'enfants des lebensborn" à La Reine Blanche
et toujours :
"Burn baby burn" au Petit Théâtre du Gymnase Marie Bell
"Looking for Jaurès" au Théâtre Essaïon
"L'addition" au Théâtre Sylvia Monfort
"Tout le monde il est Jean Yanne" Au Théâtre Le Funambule Montmartre
"Les Travailleurs de la mer" au" au Théâtre Le Lucernaire
"Ds Ombres et des Armes" à La Manufacture des Abbesses
"Les Caroline" au Théâtre Les Enfants du Paradis
et les autres spectacles à l'affiche

Du cinéma avec :

 "Universal Theory" de Timm Kroger
"Elaha" de Milena Aboyan

Lecture avec :

"La vie précieuse" de Yrsa Daley-Ward
"Le bureau des prémonitions" de Sam Knight
"Histoire politique de l'antisémitsme en France" Sous la direction d'Alexandre Bande, Pierre-Jerome Biscarat et Rudy Reichstadt
"Disparue à cette adresse" de Linwood Barclay
"Metropolis" de Ben Wilson
et toujours :
"Archives de la joie" et "Le vent léger" de Jean-François Beauchemin
"Le diable sur mon épaule" de Gabino Iglesias
Morceaux choisis de la masterclass de Christophe Blain à Angoulême
"Camille s'en va" de Thomas Flahaut
"Le fantôme de Suzuko" de Vincent Brault
"Melody" de Martin Suter
"tempo" de Martin Dumont

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=