Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Concrete Knives
Our Hearts  (Vietnam Records)  février 2018

Ces jeunes normands sortirent leur premier disque il y a de cela cinq ans. Sorti chez l’important label anglais Bella Union (Beach House, The Flaming Lips, M Ward, etc.), cet album, "tubesque" de bout en bout, fit fortement parler de lui et connu un succès significatif.

Cela pouvait laisser craindre que la suite de l’aventure ne soit que reproduction de formules, de recettes, que le deuxième album n’en soit justement pas un : qu’il se limite à l’écriture de quelques tubes taillés pour de la synchro ("c’est gonflé"). Il n’en est rien, heureusement.

Ce deuxième opus (chez Vietnam Records – Chevalrex, Pharaon de Winter, etc.) se déploie et sonne d’une façon à la fois plus subtile, plus riche et plus complexe que le précèdent, qu’il s’agisse des structures des morceaux, des rythmiques, des arrangements ou encore du mixage.

Les morceaux semblent marqués par davantage de souplesse, de respiration et d’ampleur. L’entrée en matière est prometteuse (très loin de l’envolée tubo-punkette du morceau "Bornholmer" de leur album précédent). Message reçu !

Introduction à l’ambiance synthé analogique, puis batterie, les saxophones détonnent et attirent l’oreille, le "morceau commence" batterie battant sur tous les temps (et l’irrépressible envie de danser, à chaque fois), guitare comme on les connaît puis à mi-morceau changement d’ambiance.

Je ne vais pas décrire ainsi tous les morceaux ! Seulement souligner l’envie, ici perceptible, de ne pas commencer le disque par une certaine facilité. Les énergiques saxophones du trio Infernale Momus (duo saxophone et batterie) comme celui du souvent génial Thomas de Pourquery, n’y sont pas pour rien. Certains titres, d’ailleurs, raviraient ceux qui tiennent VKNG (projet électro pop de Thomas de Pourquery et de Maxime Delpierre) en haute estime.

Moins accrocheur (ce n’est pas un défaut) mais plus varié, plus complexe et plus inattendu (du moins pour la première moitié de l’album), ce disque est construit en trois temps : un premier moment ("Bring the Fire" / "Our Hearts") riche, rythmé, musicalement ouvert et assez dense ; puis vient une accalmie en demi-teinte aux morceaux plus mélancoliques ("Gone" / "Sometimes") qui laisse place à un final énergique dont le long et entêtant "On The Pavement".

Dans le premier extrait "The Lights", coloré d’harmonies orientales (tout come "Gone" ou "On the Pavement") s’immisce un saxophone free : c’est plutôt ambitieux pour un single ! D’autres morceaux ("Our Hearts", "The Quiet Ones") sont – mais sans que jamais cela ne soit appuyé et joue de la référence – empreints d’afro beat (le titre "Africanize" de leur premier opus annonçait déjà la couleur, quoi que de façon plus marquée).

Bien sûr, l’efficace base rythmique basse / batterie fonctionne à plein et les guitares telles que les fans de Concrete Knives les apprécient sont bien présentes.

En un mot, en comparaison à leur premier album Be your own king, Our Hearts est un disque plus ambitieux, moins immédiat, plus ambitieux aussi parce que moins immédiat, mais qui, à regrets, ne tient pas tout à fait ses promesses. En effet, ce qui dès les premières secondes du disque était annoncé et qui se présentait comme une voie à déployer, semble retomber à mi-disque. Exemple ? L’apport des saxophones disparait.

Hypothèse explicative : peut-être que ce disque se veut être un voyage (d’où les trois moments) comme un parcours cohérent parmi plusieurs univers. Mais alors l’ensemble est trop court (35 minutes) pour, sur ce point, convaincre tout à fait.

La déception n’est que très légère. On reste curieux et à l’écoute.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Concrete Knives en concert au Festival Beauregard #3 (édition 2011) - Samedi
Concrete Knives en concert au Festival Rock en Seine 2011 - Programmation du dimanche
Concrete Knives en concert au Festival Rock en Seine 2011 (dimanche 28 août 2011)
Concrete Knives en concert au Festival Crazy Week !!! #4 (édition 2013) - vendredi
Concrete Knives en concert au Festival Fnac Live #3 (édition 2013) - Samedi
Concrete Knives en concert au Festival La Route du Rock #23 (Samedi 17 août 2013)
Concrete Knives en concert au Festival Beauregard #10 (édition 2018) - Lundi 9 juillet

En savoir plus :
Le site officiel de Concrete Knives
Le Bandcamp de Concrete Knives
Le Soundcloud de Concrete Knives
Le Facebook de Concrete Knives


Francois Montjosieu         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 26 janvier 2020 : Les rois des galettes

En cette fin de période de galettes à tout va, on vous parle surtout de celles en vinyles avec de la bonne musique dessus mais pas que : théâtre, littérature, cinéma, expos sont aussi au programme. C'est parti.

Du côté de la musique :

"Pesson, Abrahamsen & Strasnoy : Piano concertos" de Alexandre Tharaud
"Paris Beyrouth" de Cyril Mokaiesh
"Water is wet" de Theo Hakola
"Musique de chambre" de Le Noiseur
"Les identités remarquables" de Tristen
Interview avec No One Is Innocent à Saint Lô
Theo Lawrence et Mr Bosseigne au Fil
"La légende de Nacilia" de Nacilia
"C'est quoi ton nom ?" de Blankass
"Il est où le bonheur" 9ème émission de Listen in Bed
"Swin, A Benny Godman story" de Pierre Génisson, BBC concert Orchestra et Keith Lockhart
et toujours :
"Late night music" de Abel Orion
"Jaimalé" de Andriamad
"Everything else has gone wrong" de Bombay Bicycle Club
"Fire" de Burkingyouth
"Délie (Object de plus haute vertu d'après l'oeuvre de Maurice Scève)" de Emmanuel Tugny
"Dolci Affeti" de Ensemble Consonance & François Bazola
"Music is our mistress" de Grand Impérial Orchestra
"Vinyle, suite no 2" de Listen in Bed, émission numéro 8 à écouter
"Who are the girls ?" de Nova Twins
"When Oki meets Doki" de Okidoki

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Deux euros vingt" au Théâtre Rive Gauche
"Vive la Vie" au Théâtre Gaité-Montparnasse
"Mon Isménie" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"La Paix dans le monde" à la Manufacture des Abbesses
"Un Tramway nommé Désir" au Théâtre La Scène Parisienne
"Trop de jaune" au Studio Hébertot
"Oh ! Maman" au Théâtre La Scène Parisienne
"Le fantôme d'Aziyadé" au Théâtre Le Lucernaire
"Le hasard merveilleux" au Théâtre de la Contrescarpe
"Attention les Apaches !" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Norma Djinn" au Théâtre Montmartre-Galabru
"Blond and Blond and Blond - Hømåj à la chønson française" au Café de la Danse
les reprises :
"Tanguy Pastureau" au Théâtre de la Renaissance
"Close"
"Elisabeth Buffet - Obsolescence programmée" au Théâtre du Marais
"Le comte de Monte-Cristo" au Théâtre Essaion
"L'Analphabète" à l'Artistic Théâtre
"La Diva divague" au Théâtre de Dix heures
et la chronique des autres spectacles à l'affiche

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour "Kiki Smith à la Monnaie de Paris

Cinéma avec :

"Botero" de Don Millar
"Mission Yéti" de Pierre Gréco et Nancy Florence
et la chronique des films sortis en janvier

Lecture avec :

"Le ciel à bout portant" de Jorge Franco
"Le prix de la démocratie" de Julia Cagé
"Les champs de la Shoah" de Marie Moutier Bitan
"Les rues bleues" de Julien Thèves
"Trois jours d'amour et de colère" de Edward Docx
et toujours :
"De Gaulle, portrait d'un soldat en politique" de Jean Paul Cointet
"Et toujours les forêts" de Sandrine Collette
"Lake Success" de Gary Shteyngart
"Nul si découvert" de Valérian Guillaume
"Sauf que c'étaient des enfants" de Gabrielle Tuloup
"Sugar run" de Mesha Maren
"Victime 55" de James Delargy

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 26 janvier 2020 : Les rois des galettes
- 19 janvier 2020 : de De Gaulle à Rocard
- 12 janvier 2020 : Pas de soldes sur Froggy's
- 5 janvier 2020 : 360 jours avant 2021
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=