Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce L'Evénement
Théâtre Antoine  (Paris)  mars 2018

Monologue dramatique conçu et interprété par Françoise Gillard d'après le récit éponyme de Annie Ernaux.

Publié en 2000, "L'Événement" est désormais considéré comme l'un des textes les plus forts d'Annie Ernaux. Une fois encore, son écriture simple, "blanche", directe, sans afféteries même dans sa froideur et sa simplicité, fait mouche.

Aux portes de la soixantaine, la romancière produit un récit quasi clinique sur un des moments les plus importants de sa vie : son avortement alors qu'elle était étudiante. On le sait depuis "La Place" ou "La Honte", Annie Ernaux est la première d'une famille ouvrière, dont le père s'est "élevé" en devenant un tout petit commerçant, à franchir la barrière d'airain, celle de la culture, celle qui lui donne la clé - une clé douloureuse, elle ne cesse de le clamer - pour entrer dans une autre classe sociale, celle qui sait, celle qui dirige.

Mais, alors que tout semble la conduire à des études brillantes, elle tombe enceinte d'un étudiant bordelais en sciences politiques... Ne pouvant ni ne voulant garder l'enfant, elle est renvoyée pour s'en séparer dans le monde d'avant. Elle, l'étudiante, va avorter clandestinement dans des conditions sordides, comme une fille de son âge qui travaille en usine.

Il faut se rappeler qu'à l'époque, avorter était encore un crime et que si l'on n'avait pas les moyens d'aller avorter dans des pays voisins plus tolérants, on était condamné à faire appel à une "faiseuse d'anges". Annie Ernaux décrit tout cela avec une précision sans effets qui glacera mais qui est tempéré par une capacité étonnante d'auto-analyse.

Assise sur une chaise disposée à l'envers, le buste appuyé contre son dossier, Françoise Gillard fait mieux qu'une lecture de ce chef-d'oeuvre. Elle l’interprète sans notes, d'une voix de presque petite fille qui murît peu à peu au gré du déroulement inexorable de cet "Événement" douloureux.

Elle sait faire passer l'émotion qu'Annie n'étale jamais dans son récit, se permettant seulement d'employer les mots qu'il faut employer, de ne jamais se complaire dans l'euphémisme et le non-dit.

Quand aura eu lieu "l'expulsion" dans une scène qui ne laisse pas indifférent, Françoise Gillard se contentera d'ôter le dossier de sa chaise et de se lever. Dans cet épure de mise en scène conçue avec la collaboration de Denis Podalydès, dont on entendra à un moment la voix chaude, les étapes - on pourrait presque écrire les "stations" - de ce parcours tristement "initiatique", tout se joue pour le destin de la jeune Annie en enlevant et en remettant son pull en mohair vert.

Dès son entrée, Françoise Gillard captive son auditoire. En quelques répliques, même si on ne l'avait jamais vue sur scène, on sera persuadé que la jeune sociétaire de la Comédie française va vite devenir une actrice majeure. Sa fragilité supposée cache quelqu'un de très déterminée qui, en outre, trouve le ton juste pour que sa version transcende un texte déjà admirable en soi.

C'est là la grâce d'une grande interprète comme Françoise Gillard : trouver le moyen d'aller encore plus loin avec un texte dont n'importe quel comédien talentueux pourrait s'emparer avec succès. Ce qu'elle apporte à la prose d'Annie Ernaux est sans prix. Elle la rend tout bonnement évidente.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 01 avril 2024 : Mieux vaut en rire !

Edition du 1er avril, certes, mais cette édition est garantie sans blague idiote et/ou de mauvais goût. Voici donc le programme de notre sélection culturelle de la semaine. Ajoutons à cela nos chaines Youtube et Twitch et la semaine sera bien remplie.

Du côté de la musique :

"Our decisions" de Frustration
"L'amour c'est chiant" de Vanessa Philippe
"Jaffa blossom" de Mohamed Najem
petit focus sur Lisatyd et Fishtalk
"Maurice Ravel, Complete works for solo piano" de Keigo Mukawa
"No friends no pain" de Johnnie Carwash
"Nous célébrer" de Esparto
"Don't be boring" de Dynamite Shakers
"Castèls dins la luna" de CXK

"Session de rattrapage #5", 26eme épisode de notre podcast Le Morceau Caché
et toujours :
"Dans ta direction" de Camille Benatre
"Elevator angels" de CocoRosie
"Belluaires" de Ecr.Linf
"Queenside Castle" de Iamverydumb
"Five to the floor" de Jean Marc Millière / Sonic Winter
"Invincible shield" de Judas Priest
"All is dust" de Karkara
"Jeu" de Louise Jallu
"Berg, Brahms, Schumann, Poulenc" de Michel Portal & Michel Dalberto
quelques clips avec Bad Juice, Watertank, Intrusive Thoughts, The Darts, Mélys

Au théâtre

les nouveautés :

"Punk.e.s" Au Théâtre La Scala
"Hedwig and the angry inch" au théâtre La Scala
"Je voudrais pas crever avant d'avoir connu" au Théâtre Essaïon
"Les crabes" au Théâtre La Scala

et toujours :
"Gosse de riche" au Théâtre Athénée Louis Jouvet
"L'abolition des privilèges" au Théâtre 13
"Lisbeth's" au Théâtre de la Manufacture des Abbesses
"Music hall Colette" au Théâtre Tristan Bernard
"Pauline & Carton" au Théâtre La Scala
"Rebota rebota y en tu cara explota" au Théâtre de la Bastille
"Une vie" au Théâtre Le Guichet Montparnasse
"Le papier peint jaune" au Théâtre de La Reine Blanche
des reprises :
"Macbeth" au Théâtre Essaion
"Le chef d'oeuvre inconnu" au Théâtre Essaion
"Darius" au Théâtre Le Lucernaire
"Rimbaud cavalcades" au Théâtre Essaion
"La peur" au Théâtre La Scala

Du cinéma avec :

"Yurt" de Nehir Tuna
"Le squelette de Madame Morales" de Rogelio A. Gonzalez

et toujours :
"L'innondation" de Igor Miniaev
"Laissez-moi" de Maxime Rappaz
"Le jeu de la Reine" de Karim Ainouz
"El Bola" de Achero Manas qui ressort en salle
"Blue giant" de Yuzuru Tachikawa
"Alice (1988)" de Jan Svankmajer
 "Universal Theory" de Timm Kroger
"Elaha" de Milena Aboyan

Lecture avec :

"L'absence selon Camille" de Benjamin Fogel
"Sub Pop, des losers à la conquête du monde" de Jonathan Lopez

"Au nord de la frontière" de R.J. Ellory
"Anna 0" de Matthew Blake
"La sainte paix" de André Marois
"Récifs" de Romesh Gunesekera

et toujours :
"L'été d'avant" de Lisa Gardner
"Mirror bay" de Catriona Ward
"Le masque de Dimitrios" de Eric Ambler
"La vie précieuse" de Yrsa Daley-Ward
"Le bureau des prémonitions" de Sam Knight
"Histoire politique de l'antisémitsme en France" Sous la direction d'Alexandre Bande, Pierre-Jerome Biscarat et Rudy Reichstadt
"Disparue à cette adresse" de Linwood Barclay
"Metropolis" de Ben Wilson

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 19 mai 2024 : Le plein de news avant l'été
- 12 mai 2024 : Après les ponts vient la pluie
- 05 mai 2024 : Profitons des ponts pour lire, écouter, visiter, applaudir...
- 28 avril 2024 : Une sélection hebdomadaire fraiche comme le printemps
           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=