Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Someone Who'll Watch Over Me
Manufacture des Abbesses  (Paris)  avril 2018

Comédie dramatique de Frank McGuinness, mise en scène de Patricia Kessler, avec Damian McCann, Leslie Clack et Jerry Di Giacomo.

Ecrite en 1992 par le dramaturge irlandais Frank McGuinness, "Someone Who'll Watch Over Me" aborde un thème très contemporain, celui des Occidentaux enlevés et détenus par des groupes de combattants rebelles dans des pays en guerre.

Il s'agit pour eux de faire connaître leurs causes et, en général, d’obtenir des rançons des gouvernements de leurs prisonniers pour envisager de libérer ceux-ci.

Ici, l'action se passe à Beyrouth et Frank McGuinness a pris pour modèle l'enlèvement de l'écrivain irlandais Brian Keenan de 1986 à 1990 par le "Djihad islamique". Dans "An Evil Cradling", Keenan a raconté sa très longue séquestration et comment il a tenu pendant cette épreuve grâce à l'amitié qu'il avait nouée avec un autre otage.

Si Frank McGuinness situe clairement "Someone Who'll Watch Over Me" au Liban, il a voulu universaliser son propos et n'a pas oublié qu'il était issu d'un pays ravagé lui aussi par un conflit où les enlèvements ont été une arme employée par les groupes armés protestants et catholiques.

Sa pièce n'expose pas crûment les souffrances des trois hommes attachés par une chaîne à un agglo et croupissant à même le sol avec seulement une couverture et une ration d'eau. Certes, le lieu représenté est sordide, mais, tout au moins dans la mise en scène sans artifice de Patricia Kessler, il est éclairé "normalement".

Les trois personnages ne se plaignent d'ailleurs pas, sauf quand ils sont à bout de nerfs ou que la peur de mourir surgit, faisant craquer le mur étanche qu'ils essaient de bâtir contre la barbarie en parlant de choses et d'autres, en mimant par exemple des scènes de films, des soirées au pub ou des parties de tennis.

Dès le début, le prisonnier américain, arrivé là en premier expose le théorème de base : ne jamais pleurer, ne jamais montrer aux geôliers qu'on pleure. Au contraire, il faut rire, être gai, se maintenir en forme, lutter sans cesse contre l'abattement et peut-être pire contre l'ennui par une solidarité sans failles entre eux. Bien sûr, il est normal de se chamailler parfois, mais, et chanter des chansons de leurs pays respectifs aura son importance pour y parvenir, il faut rester à l'unisson dans cette humanité qui leur est niée dans ce cagibi où ils sont enchaînés.

Ainsi un docteur étasunien (Jerry Di Giacomo), un journaliste irlandais (Damian McCann) et un professeur anglais (Leslie Clark) vont devenir une entité moralement bien supérieure à un trio au départ hétéroclite et n'ayant en commun qu'un compagnonnage d'infortune.

L'écriture de Frank McGuinness est parfaite pour faire comprendre au spectateur qu'au lieu de s'enfoncer hors de leur condition humaine, comme cela devrait être le cas, ils sont, au contraire, capables d'exalter et de transcender au maximum cette compréhension mutuelle qui les maintient dans le rang des hommes et fait d'eux, dans ces circonstances particulières, de véritables héros même s'ils se passeraient bien de ce vocable.

Jouée en anglais sans être surtitrée, la pièce de Frank McGuinness est vraiment à la portée d'un auditeur maîtrisant moyennement la langue de Shakespeare. L'auteur fait tenir à ses personnages des propos assez simples à comprendre et surtout le trio d'acteurs sait faire vivre les nuances d'un texte où l'émotion est à chaque tournant d'une phrase puisque chacun se raconte et va puiser dans ses souvenirs des moments oubliés ou jamais contés.

Evidemment, en choisissant de ne jamais montrer le "off" constitué des ravisseurs, de ne jamais faire en sorte que leurs victimes ne les évoquent pas beaucoup et ne les personnalisent jamais, Frank McGuinness ne crée pas une tension dramatique "primaire".

Pareillement, on ne sait rien des contacts qu'ils ont ou pas avec leurs proches ou leurs gouvernements. On suppose qu'ils sont très limités quand Michael, Adam et Edward s'amusent à écrire des lettres imaginaires. Enfin, à l'inverse de ce que ferait sans doute un auteur français, Frank McGuinness ne se permet aucune trivialité, aucune allusion sexuelle : sa geôle n'est pas une chambrée...

On laissera au spectateur la découverte de la résolution de cette pièce qui, mine de rien, fait partager vraiment la captivité de trois reclus et cela sans jamais être ennuyeuse, même si on ne perçoit pas totalement toutes les subtilités de la langue anglaise. En sortant, on aura une pensée pour tous ses captifs de hasard qui auront pris corps grâce à ce beau moment de théâtre qu'est "Someone Who'll Watch Over Me".

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 12 juillet 2020 : Un air d'été

On entre dans la saison des vacances, pour vous comme pour nos chroniqueurs. Vous nous retrouverez tout l'été quand même avec des éditions web plus légères et toujours notre Froggy's TV bien sûr avec La Mare Aux Grenouilles et plein d'autres émissions. c'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

La Mare Aux Grenouilles #6, sommaire et replay
"Noshtta" de L'Eclair
"Moderne love" de Toybloid
  "Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet
"INTENTA experimental & electronic music from Switzerland 1981-93" par divers artistes
"Jimmy Cobb" mix #19 de Listen In Bed
"Chausson le littéraire" de Musica Nigella & Takenori Nemoto
"Alessandro Scarlatti, il Martirio di Santa Teodosia" de Thibault Noally & l'Ensemble Les Accents"
et donc La Mare Aux Grenouilles numéro #5 avec la liste de ce qui a été abordé et le replay.

Au théâtre :

en salle :
"Littoral" au Théâtre de la Colline
"Karine Dubernet - Souris pas" au Point Virgule
et dans un fauteuil de salon :
des créations :
"Yvonne princesse de Bourgogne" par Jacques Vincey
"Lucrèce Borgia" par Lucie Berelowitsch
"La Dernière neige" de et par Didider Bezace
"Pinocchio" de Joël Pommerat
"Soulever la politique" de Denis Guénoun
"Je marche dans la nuit par un chemin mauvais" de et par Ahmed Madani
Au théâtre ce soir :
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"Le Tombeur" de Robert Lamoureux
"Une cloche en or" de Sim
du boulevard :
"Si c'était à refaire" de Laurent Ruquier
"Face à face" de Francis Joffo
du côté des humoristes :
"Bernard Mabille sur mesure"
"Christophe Alévêque est est Super Rebelle... et candidat libre !"
et finir l'Opéra :
avec du lyrique :
"Le Balcon" de Peter Eotvos par Damien Bigourdan
"Orlando furioso" de Antonio Vivaldi par Diego Fasolis
"La Flûte enchantée" de Mozart par Romeo Castellucci
et du ballet avec deux créations étonnantes : "Raymonda" de Marius Petipa et "Allegria" de Kader Atto

Expositions :

les expositions en "real life" à ne pas manquer :
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Les Contes étranges de N.H. Jacobsen" au Musée Bourdelle
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma at home avec :
le cinéma contemporain
"A woman at war " de Benedikt Erlingsson
"Lulu" de Uwe Janson 
"L'Apotre" de Cheyenne Carron
"La tendresse" de Marion Hänsel
"Crawl" de Herve Lasgouttes
"Nesma" de Homeïda Behi
le cinéma culte des années 1920 :
"Le cuirassé Potemkine" de Sergueï Eisenstein
"Nosferatu le vampire" de Friedrich Wilhelm Murnau
"Le Cabinet du docteur Caligari" de Robert Wiene
"Les Deux Orphelines" de D.W. Griffith
et l'entre deux avec les années 1970 :
"Mado"de Claude Sautet
"La Traque" de Serge Leroy
"La femme du dimanche" de Luigi Comencini
et retour au 2ème millénaire avec de l'action :
"Lara Croft : Tomb Raider, le berceau de la vie" de Jan De Bont
"Blade Trinty" de David S. Goyer
avant de conclure en romance avec : "Un havre de paix  de Lasse Hallström

Lecture avec :

"La Chine d'en bas" de Liao Yiwu
"La nuit d'avant" de Wendy Walker
"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=