Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Someone Who'll Watch Over Me
Manufacture des Abbesses  (Paris)  avril 2018

Comédie dramatique de Frank McGuinness, mise en scène de Patricia Kessler, avec Damian McCann, Leslie Clack et Jerry Di Giacomo.

Ecrite en 1992 par le dramaturge irlandais Frank McGuinness, "Someone Who'll Watch Over Me" aborde un thème très contemporain, celui des Occidentaux enlevés et détenus par des groupes de combattants rebelles dans des pays en guerre.

Il s'agit pour eux de faire connaître leurs causes et, en général, d’obtenir des rançons des gouvernements de leurs prisonniers pour envisager de libérer ceux-ci.

Ici, l'action se passe à Beyrouth et Frank McGuinness a pris pour modèle l'enlèvement de l'écrivain irlandais Brian Keenan de 1986 à 1990 par le "Djihad islamique". Dans "An Evil Cradling", Keenan a raconté sa très longue séquestration et comment il a tenu pendant cette épreuve grâce à l'amitié qu'il avait nouée avec un autre otage.

Si Frank McGuinness situe clairement "Someone Who'll Watch Over Me" au Liban, il a voulu universaliser son propos et n'a pas oublié qu'il était issu d'un pays ravagé lui aussi par un conflit où les enlèvements ont été une arme employée par les groupes armés protestants et catholiques.

Sa pièce n'expose pas crûment les souffrances des trois hommes attachés par une chaîne à un agglo et croupissant à même le sol avec seulement une couverture et une ration d'eau. Certes, le lieu représenté est sordide, mais, tout au moins dans la mise en scène sans artifice de Patricia Kessler, il est éclairé "normalement".

Les trois personnages ne se plaignent d'ailleurs pas, sauf quand ils sont à bout de nerfs ou que la peur de mourir surgit, faisant craquer le mur étanche qu'ils essaient de bâtir contre la barbarie en parlant de choses et d'autres, en mimant par exemple des scènes de films, des soirées au pub ou des parties de tennis.

Dès le début, le prisonnier américain, arrivé là en premier expose le théorème de base : ne jamais pleurer, ne jamais montrer aux geôliers qu'on pleure. Au contraire, il faut rire, être gai, se maintenir en forme, lutter sans cesse contre l'abattement et peut-être pire contre l'ennui par une solidarité sans failles entre eux. Bien sûr, il est normal de se chamailler parfois, mais, et chanter des chansons de leurs pays respectifs aura son importance pour y parvenir, il faut rester à l'unisson dans cette humanité qui leur est niée dans ce cagibi où ils sont enchaînés.

Ainsi un docteur étasunien (Jerry Di Giacomo), un journaliste irlandais (Damian McCann) et un professeur anglais (Leslie Clark) vont devenir une entité moralement bien supérieure à un trio au départ hétéroclite et n'ayant en commun qu'un compagnonnage d'infortune.

L'écriture de Frank McGuinness est parfaite pour faire comprendre au spectateur qu'au lieu de s'enfoncer hors de leur condition humaine, comme cela devrait être le cas, ils sont, au contraire, capables d'exalter et de transcender au maximum cette compréhension mutuelle qui les maintient dans le rang des hommes et fait d'eux, dans ces circonstances particulières, de véritables héros même s'ils se passeraient bien de ce vocable.

Jouée en anglais sans être surtitrée, la pièce de Frank McGuinness est vraiment à la portée d'un auditeur maîtrisant moyennement la langue de Shakespeare. L'auteur fait tenir à ses personnages des propos assez simples à comprendre et surtout le trio d'acteurs sait faire vivre les nuances d'un texte où l'émotion est à chaque tournant d'une phrase puisque chacun se raconte et va puiser dans ses souvenirs des moments oubliés ou jamais contés.

Evidemment, en choisissant de ne jamais montrer le "off" constitué des ravisseurs, de ne jamais faire en sorte que leurs victimes ne les évoquent pas beaucoup et ne les personnalisent jamais, Frank McGuinness ne crée pas une tension dramatique "primaire".

Pareillement, on ne sait rien des contacts qu'ils ont ou pas avec leurs proches ou leurs gouvernements. On suppose qu'ils sont très limités quand Michael, Adam et Edward s'amusent à écrire des lettres imaginaires. Enfin, à l'inverse de ce que ferait sans doute un auteur français, Frank McGuinness ne se permet aucune trivialité, aucune allusion sexuelle : sa geôle n'est pas une chambrée...

On laissera au spectateur la découverte de la résolution de cette pièce qui, mine de rien, fait partager vraiment la captivité de trois reclus et cela sans jamais être ennuyeuse, même si on ne perçoit pas totalement toutes les subtilités de la langue anglaise. En sortant, on aura une pensée pour tous ses captifs de hasard qui auront pris corps grâce à ce beau moment de théâtre qu'est "Someone Who'll Watch Over Me".

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 29 mars 2020 : On continue à s'égayer le cerveau

On attaque la troisième semaine de confinement. On ne va pas baisser les bras, et nous vous proposons encore un joli contenu histoire de s'oxygéner le cerveau comme on peut. C'est parti.

Du côté de la musique :
"44" de François Puyalto
"Yene mircha" de Hailu Mergia
"Le silence et l'eau" de Jean-Baptiste Soulard
"Gigaton" de Pearl Jam
"Metal band" de Bernard Minet
"Connection loss" de Caesaria
"The black days session #1" de Daniel Roméo
"Sixième sens" de Faut Qu'ça Guinche
Péroké, Coco Bans, Al Qasar, quelques clips pour lutter contre l'ennui du confinement
"Alterations" de Robin McKelle
"Love of life" de Vincent Courtois, Robin Fincker et Daniel Erdmann
"No return" de We are Birds
et toujours :
"La course" de Bon Voyage Organisation
"Où ça en est ?" de Ceylon
"Blossom" de Coralie Royer
"Brothers of string" de Duplessy & the Violins of the World
"Atomised single" de Gogo penguin
"Onkalo" de Julie Campiche Quartet
"Single carry me home" de Kokoroko
"The pain, the blood and the sword" de Lion's Law
"Five for five" de Michael Fine
"Mon étrangère" de Valentin Vander

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

en diffusion sur le net :
une comédie contemporaine avec la captation de la création originelle de "Art"
du boulevard avec :
le streaming de "Fleur de cactus"
le streaming de "Jo"
un classique revisité avec la captation de "Peer Gynt"
une évocation de l'univers de Lewis Caroll avec la captation de "Lewis versus Alice"
dans la rubrique "Au Théâtre ce soir" :
"Peau de vache"
avec Sophie Desmarets
et "La Puce à l'oreille" avec Louis de Funès
une gourmandise pour fan addict avec Fabrice Luchini en vidéo dans "Le point sur Robert"
et des spectales à voir ou a revoir en DVD :
"Le Paradoxe amoureux"
"Dieu habite Dusseldorf"
"ABC D'airs"

Expositions :

en toute tranquillité mais musicales avec sur le Musée de la Sacem :
"L'Opérette" de son Age d'or à la Belle Epoque au regain d'engouement avec sa réactivation par des compagnies contemporaines tels "Azor" et "La Grande duchesse de Gerolstein"
et celle dédiée à son roi "Jacques Offenbach"
au Musée de la Monnaie de Paris :
la visite virtuelle des collections permanentes et la visite de sa dernière exposition en date "Kiki Smith"
et passer les frontières avec la visite virtuelle des collections du Musée Guggenheim de New York

Cinéma :

Ciné-Club at home avec :
"Blue Velvet" de David Lynch
"Casanova" de Federico Fellini
"Les 39 marches" d'Alfred Hitchock
le téléfilm "Paris Best" de Philippe Lioret
et des films récents sortis en DVD :
"Les Eblouis" de Sarah Suco
"Alice et le maire" de Nicolas Pariser
"Noura" de Hinde Boujemaa

Lecture avec :

"Banditi" de Antoine Albertini
"Champ de tir" de Linwood Barclay
"Chasseurs et collectionneurs" de Matt Suddain
"Les cents derniers jours d'Hitler" de Jean Lopez
"Les plumes du pouvoir" de Michaël Moreau
"Nefertari dream" de Xavier-Marie Bonnot
et toujours :
"Confession téméraire" de Anita Pittoni
"L'âne mort" de Chawki Amari
"L'archipel des larmes" de Camilla Grebe
"Riposte" de David Albertyn
"Temps noirs" de Thomas Mullen
"Toute la violence des hommes" de Paul Colize
"Une île sur la Volga" de Iwan Lépingle

Froggeek's Delight :

"Shadow, le cloud computing", retour d'expérience de l'utisation d'un PC dans les nuages
Une sélection de jeux pour moins vous ennuyer pendant le confinement et plus tard
"Call of Cthulhu" sur Switch, PS4, Xbox One et PC
"Call of Duty Modern warfare" sur PS4, XboxOne, PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=