Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce 23 rue Couperin
Théâtre Athénée-Louis Jouvet  (Paris)  mai 2018

Epopée poético-musicale écrite et mise en scène par Karim Bel Kacem, avec Fahmi Guerbâa et Karim Bel Kacem accompagnés par les musiciens Alain Franco, Aurélie Entringer, Serge Vuille, Flavio Virzi et Michael Schmid de l'Ensemble Ictus dirigé par Alain Franco.

Il y a toujours eu des musiciens dans la vie de Karim Bel Kacem : Messager, Mozart, César Franck, Debussy, Gounot.. Il faut dire qu'il s'agissait du nom des rues de son quartier d'enfance. Beaucoup d'oiseaux aussi puisque tout le monde surnommait sa cité amiennoise "le Pigeonnier". Et puis, également, du bruit, de la fureur... Car dans ces huit barres qui le formaient, le volcan social couvait, loin d'être éteint, et a fini par exposer...

C'est ce qu'il va raconter dans ce "23 rue Couperin"... En trois volets dans un bout à bout dialectique qui va fournir de quoi nourrir un théâtre total, tout autant documentaire que surréel.

Au début, un paysage de tours dans l'obscurité, avec quelques lumières ouvrant le champ à la pyrotechnie. Puis, alors qu'une voix plaintive de banlieusard jure à sa maman bien des choses, l'écroulement attendu des immeubles met à bas des centaines de Kapla. C'est la phase de la cité : elle bruit, elle crie, elle se débat et tombe... malgré la voix chevrotante d'André Malraux qui promettait jadis un radieux avenir gaulliste...

Alors la musique tente sa chance. Les plaques de rue prennent enfin leur sens musical et l'Ensemble Ictus, capable de tout jouer du classique aux musiques de films, sous la direction musicale de son pianiste Alain Franco vient adoucir les mœurs, donne l'illusion d'améliorer les choses. Aurélie Entringer (Alto), Serge Vuille (Percussions), Flavio Virzi (Guitare) et Michael Schmid (Flûte) sont à leur meilleur. Mais cela suffit-il ?

Ils s'esquivent un à un et c'est le retour au chaos qui triomphe avec passage de pigeons Cette fois-ci, ce n'est pas le murmure collectif, dans une pénombre encombrée de sirènes de police. C'est le cri déchirant d'un homme alors que les pigeons-pléonasmes hantent les ruines de la cité en feu. Il a tout de l'homme muré dans son désespoir. L'instant est pathétique. La fatalité ira jusqu'au bout. Il faut s'y préparer.

Commencé comme un constat, "23 rue Couperin" s'achève en parabole. La structure inventée par Karim Bel Kacem pour conter son enfance est certes rigide, mais elle laisse s'écouler de la vie entre ses pores. Fahmi Guerbâa incarne Yacine, l'humain des Cités, un humain au bord du néant, cabossé et en quête d'amour. Un programme qui nécessite plus qu'une pièce d'une heure.

"23 rue Couperin" de Karim Bel Kacem dit la banlieue, celle d'une ville moyenne française. Il cherche à dépasser le "brut de décoffrage" que l'on attend d'un tel sujet. L'empilement de moments très différents peut dérouter ou paraître factice. Qu'importe. Un sentiment passe. Un sentiment qui prend forme au-delà de la compassion ou de l'incompréhension.

Ce que peut le théâtre sur ce qui est montré, c'est à la fois infime et beaucoup. Une lumière qui s'allume, c'est un peu d'obscurité qui s'éloigne. Quelqu'un de plus qui écoute Yacine, c'est peut-être un jour la possibilité qu'il ne se jette pas dans le vide et qu'il n'ait pas besoin d'aller à l'extrême pour être applaudi. C'est l'utopie du théâtre sur la vie.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 01 avril 2024 : Mieux vaut en rire !

Edition du 1er avril, certes, mais cette édition est garantie sans blague idiote et/ou de mauvais goût. Voici donc le programme de notre sélection culturelle de la semaine. Ajoutons à cela nos chaines Youtube et Twitch et la semaine sera bien remplie.

Du côté de la musique :

"Our decisions" de Frustration
"L'amour c'est chiant" de Vanessa Philippe
"Jaffa blossom" de Mohamed Najem
petit focus sur Lisatyd et Fishtalk
"Maurice Ravel, Complete works for solo piano" de Keigo Mukawa
"No friends no pain" de Johnnie Carwash
"Nous célébrer" de Esparto
"Don't be boring" de Dynamite Shakers
"Castèls dins la luna" de CXK

"Session de rattrapage #5", 26eme épisode de notre podcast Le Morceau Caché
et toujours :
"Dans ta direction" de Camille Benatre
"Elevator angels" de CocoRosie
"Belluaires" de Ecr.Linf
"Queenside Castle" de Iamverydumb
"Five to the floor" de Jean Marc Millière / Sonic Winter
"Invincible shield" de Judas Priest
"All is dust" de Karkara
"Jeu" de Louise Jallu
"Berg, Brahms, Schumann, Poulenc" de Michel Portal & Michel Dalberto
quelques clips avec Bad Juice, Watertank, Intrusive Thoughts, The Darts, Mélys

Au théâtre

les nouveautés :

"Punk.e.s" Au Théâtre La Scala
"Hedwig and the angry inch" au théâtre La Scala
"Je voudrais pas crever avant d'avoir connu" au Théâtre Essaïon
"Les crabes" au Théâtre La Scala

et toujours :
"Gosse de riche" au Théâtre Athénée Louis Jouvet
"L'abolition des privilèges" au Théâtre 13
"Lisbeth's" au Théâtre de la Manufacture des Abbesses
"Music hall Colette" au Théâtre Tristan Bernard
"Pauline & Carton" au Théâtre La Scala
"Rebota rebota y en tu cara explota" au Théâtre de la Bastille
"Une vie" au Théâtre Le Guichet Montparnasse
"Le papier peint jaune" au Théâtre de La Reine Blanche
des reprises :
"Macbeth" au Théâtre Essaion
"Le chef d'oeuvre inconnu" au Théâtre Essaion
"Darius" au Théâtre Le Lucernaire
"Rimbaud cavalcades" au Théâtre Essaion
"La peur" au Théâtre La Scala

Du cinéma avec :

"Yurt" de Nehir Tuna
"Le squelette de Madame Morales" de Rogelio A. Gonzalez

et toujours :
"L'innondation" de Igor Miniaev
"Laissez-moi" de Maxime Rappaz
"Le jeu de la Reine" de Karim Ainouz
"El Bola" de Achero Manas qui ressort en salle
"Blue giant" de Yuzuru Tachikawa
"Alice (1988)" de Jan Svankmajer
 "Universal Theory" de Timm Kroger
"Elaha" de Milena Aboyan

Lecture avec :

"L'absence selon Camille" de Benjamin Fogel
"Sub Pop, des losers à la conquête du monde" de Jonathan Lopez

"Au nord de la frontière" de R.J. Ellory
"Anna 0" de Matthew Blake
"La sainte paix" de André Marois
"Récifs" de Romesh Gunesekera

et toujours :
"L'été d'avant" de Lisa Gardner
"Mirror bay" de Catriona Ward
"Le masque de Dimitrios" de Eric Ambler
"La vie précieuse" de Yrsa Daley-Ward
"Le bureau des prémonitions" de Sam Knight
"Histoire politique de l'antisémitsme en France" Sous la direction d'Alexandre Bande, Pierre-Jerome Biscarat et Rudy Reichstadt
"Disparue à cette adresse" de Linwood Barclay
"Metropolis" de Ben Wilson

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 12 mai 2024 : Après les ponts vient la pluie
- 05 mai 2024 : Profitons des ponts pour lire, écouter, visiter, applaudir...
- 28 avril 2024 : Une sélection hebdomadaire fraiche comme le printemps
- 21 avril 2024 : Des beaux disques, des beaux spectacles, une belle semaine
           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=