Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Miracle
Egle Vertelyte  (mai 2018) 

Réalisé par Egle Vertelyte. Lituanie. Comédie dramatique. 1h31 (Sortie le 9 mai 2018). Avec Egle Mikulionyte, Vyto Ruginis, Andrius Bialobzeskis, Daniel Olbrychski, Valerijus Jevsejevas, Vera Stasenia, Valentinas Krulikovskis et Jelena Kirejeva.

A l'exception de quelques dessins animées, et de la figure un peu rébarbative de Sharunas Bartas, on ne sait pas grand-chose du cinéma lituanien.

"Miracle" d'Egle Vertelyte a comme premier mérite de donner la parole à une femme réalisatrice et comme second de la laisser décrire le quotidien d'une communauté paysanne lituanienne pour qui l'époque communiste ne semble pas totalement révolue en 1992.

D'entrée, on pourra faire un petit parallèle entre la Lituanie d'Egle Vertelyte et la Finlande fantasmée d'Aki Kaurismaki. Dans les deux cas, les personnages vivent leur petite vie quotidienne sans beaucoup s'amuser ni parler, avec un penchant assez généralisé pour la consommation d'alcool.

En plus, l'actrice principale, que l'on découvre en train d'enterrer un cochon, a quelque chose de l'actrice fétiche de Kaurismaki, l'immense Kati Outinen. Et cette parenté, qui la pousse elle aussi à intérioriser toutes les peines et les souffrances que sa vie loin d'être drôle de directrice d'une porcherie lui infligent, n'est pas innocente.

En effet, il faut peu de temps pour comprendre qu'Egle Mikulionyte est une actrice de niveau international. Dans son rôle d'Irena, elle est pratiquement de chaque plan et est capable de multiplier à l'envi ses différents registres de jeu.

A la femme responsable d'une ferme d'un autre temps économique, d'une coopérative qui s'écroule sous l'effet de la mondialisation et de l'hostilité générale des paysans, succède une épouse malheureuse qui se régénère, puis se transforme en femme mûre désirable quand surgit l'improbable Bernardas, le Lituanien revenu des États-Unis pour transformer ou plutôt raser sa ferme...

Il faut dire un mot de Vyto Ruginis, l'acteur américano-lituanien qui interprète Bernardas, l'homme à la grosse Chevrolet décapotable. C'est un acteur que l'on connaît bien et que l'on a vu faire des seconds rôles dans des films ou des séries.

Sa présence, ici, c'est aussi l'arrivée du cinéma post-communiste en Lituanie. Comme son personnage qui va hardiment massacrer l'univers d'Irena, c'est à un cinéma grand-public et non plus à quelques productions art et essai que le cinéma lituanien s'ouvre avec "Miracle" d'Egle Vertelyte.

Ce qu'elle propose avec ce premier film, c'est en quelque sorte la "naissance d'une nation cinématographique". Situant son œuvre en 1992, elle raconte avec une grande simplicité et un ton grinçant comment s'est opérée la mutation vers ce qu'on ose appeler l'économie de marché tant l'on devine que l'après ferme d'état va conduire à d'autres désastres.

Si l'on s'attache au récit purement factuel, "Miracle" n'en est pas un puisque Irena, regénérée par le passage tempétueux de Bernardas, va en vivre des conséquences finalement heureuses et parfaitement explicables.

Sauf,si l'on estime que ce qui est miraculeux c'est qu'une responsable de la société d'avant, qui accomplissait son devoir avec ardeur et honnêteté sous les feux conceptuels du matérialisme athée, puisse retrouver un chemin oublié, celui de l'Église. Que celle-ci soit représentée par le grand acteur polonais, cher à Wajda, Daniel Olbrychski, ajoute du sel à la démonstration.

"Miracle" d'Egle Vertelyte est ainsi un film dense, une parabole, pleine de cochons et de Lituaniens à la fois alcooliques et croyants, dans laquelle l'éviction du voisin russe par le "milliardaire" américain qui revient en terrain conquis n'est peut-être pas qu'une bonne nouvelle.

On suivra désormais le travail d'Egle Vertelyte qui, on l'espère, poursuivra sa trajectoire historique vers la Lituanie d'aujourd'hui. Qu'est-ce que cet ancien pays annexé à l'Union Soviétique peut-il bien être devenu à l'ère de Trump et de Poutine ?

On attend donc son prochain film avec une impatience justifiée par son beau sens du récit et de l'Histoire.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 16 juin 2024 : Culture en danger ?

Alors que la France est virtuellement sans gouvernement, il y a de quoi, entre autres problèmes, s'inquiéter pour la culture. Quoi qu'il en soit on sera toujours là pour la rendre la plus accessible possible.
Pensez aussi à nous suivre sur nos réseaux sociaux.

Du côté de la musique :

"La marche des enfants" de BabX & la Maitrise populaire de l'Opéra-Comique
"Shalalalala" de Theo Hakola
"Time!" de Eels
rencontre avec Dendana, illustrée par une session de 2 titres
"Brahms, sonates pour clarinette et piano, trio pour cor" de Geoffroy Couteau
"Haydn, intégrale des trio avec flûte" de Jean Pierre Pinet & Les Curiosités Esthétiques
"Sun without the heat" de Leyla McCalla
"Meilleur erreur" de Meilleur Erreur
"Leaving you alone part 1" de The Desperate Sons
"IV" de Wildstreet
"Broadcast - Spell Blanket" c'est le 32ème épisode du Morceau Caché
er retrouvez les photos de Eric Ségelle de Hala Duett et L'Etrangleuse à La Cale
et toujours :
Rencontre avec Baptsite Dosdat autour de son album "Batist & The 73", agémenté d'une session
"The afternoon of our lives" de Olivier Rocabois
"Ciel, cendre et misère noire" de Houle
Alain Chamfort était au Point Ephémère
"Middle class luxury" de Beau Bandit
"As seasons changed" de Indigo Birds
"Jusqu'où s'évapore la musique" de Jérôme Lefebvre / FMR Ochestra
Lux, Jules & Jo et Hippocampe Fou dans un petit tour des clips de la semaine
"Upside down" de Manila Haze
"Volupté" de Marie Pons & Geoffrey Jubault
"Hey you" de Mazingo
"Réalité" de Moorea
"Bleu" de Olivier Triboulois
"Thalasso" de Soft Michel
"Rockmaker" de The Dandy Wharols

Au théâtre :

les nouveautés :

"La mécanique du coeur" au Théâtre Le Funambule Montmartre
"King Kong théorie" au Théâtre Silvia Montfort

"Du domaine des murmures" au Théâtre Le Lucernaire
"Hepta, le grand voyage du Petit Homme" au Théâtre Essaïon
"Pourquoi Camille ?" au Théâtre La Flèche (et bientôt Avignon)

et toujours :
"Les vagues" au Théâtre de La Tempête
"Molly ou l'Odyssée d'une Femme" au Théâtre Essaïon
"Dictionnaire amoureux de l'inutile" au Théâtre La Scala
"La contrainte" au Théâtre La Verrière de Lille
"Les possédés d'Illfurth" au Théâtre du Rond Point
"Les tournesols" au Théâtre Funambule Montmartre
"Un faux pas dans la vie d'Emma Picard" au Théâtre Essaïon

Cinéma avec :

"Six pieds sur terre" de Hakim Bensalah
"Nouveau monde" de Vincent Capello
et toujours :
"La Gardav" de Thomas et Dimitri Lemoine
"Heroico" de Davis Zonana
"Roqya" de Saïd Belktibia
"L'esprit Coubertin" de Jérémie Sein

Lecture avec :

"Joli mois de mai" de Alan Parks
"Se perdre ou disparaitre" de Kimi Cunningham Grant
"Vic Chestnutt, le calme et la fureur" de Thierry Jourdain
et toujours :
"La cité des mers" de Kate Mosse
"Merci la résistance !" par un Collectif d'auteurs
"Mon homme marié" de Madeleine Gray
"Rien de spécial" de Nicole Flattery
"Le temps des cerises" de Montserrat Roig
"Neuf mois" de Philippe Garnier
"De sable et d'acier" de Peter Caddick-Adams
"Je ne suis pas un héros" de Eric Ambler
"Après minuit" de Gillian McAllister

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=