Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce T-Rex - Chronique d'une vie de bureau ordinaire
Théâtre de la Contrescarpe  (Paris)  mai 2018

Seul en scène écrit et interprété par Alexandre Oppecini dans une mise en scène de Marie Guibourt.

Alexandre, un trentenaire cadre moyen propre sur lui au profil de gendre idéal, occupe, avec compétence mais sans grande velléité carriériste, un emploi de "gestionnaire backoffice settlement titres" dans une banque, plus compréhensiblement, la gestion des portefeuilles boursiers de clients importants.

Et relativement candide et crédule, il croît à son irrésistible ascension professionnelle corrélative à la "chute" de son supérieur hiérarchique qui vient de se suicider, quand lui est évoquée l'accession au statut managérial s'il réussit l'imminente migration informatique de son service.

Mais Alexandre est également un jeune homme fragile, un adulescent incapable de gérer le stress, quelle qu'en soit la source, qui le renvoie à un terrifiant et récurrent cauchemar d'enfance.

Car si selon la locution courante "le monde est une jungle", pour lui, lajungle est celle de l'ère des dinosaures dominée par un terrible carnassier, le tyrannosaure popularisé sous l'abréviation "T-Rex" dans la culture populaire, et notamment le cinéma avec le "Jurassic Park" de Steven Spielberg.

Ce qui éclaire la partition de "T-Rex", sous-titrée "Chronique d'une vie de bureau ordinaire", concoctée par Alexandre Oppecini avec un salvateur humour noir.

Celle-ci, nonobstant la récurrence des thèmes déclinés, dont ceux de l'univers impitoyable de l'entreprise, l'effet pervers de la méritocratie et le burn-out, se révèle comme une roborative pièce à tiroirs et, de surcroît, à inattendus rebondissements qui hybride, sur le mode du psychodrame rétrospectif, le seul en scène humoristique et la comédie satirique pour un comédien.

Quant aux scènes de bureau ordinaires, peu importe de savoir si le personnage, qui porte le même prénom que l'auteur-interprète, est ou non un double autofictionnel, elles sont d'autant plus édifiantes qu'illustrant l'analyse de l'organisation hiérarchique et les principes dégagés dans le fameux ouvrage satirico-humoristique "Le Principe de Peter" de Laurence J. Peter et Raymond Hull paru en 1970.

Dans une scénographie au minimalisme adéquat de Lucie Joliot et sous la direction efficace de Marie Guibourt, Alexandre Oppecini dispense, jusqu'au surprenant dénouement, une excellente prestation entre drame cathartique et jubilation tragi-comique.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 12 mai 2019 : Une liste de plus

A l'approche des élections européennes et ses innombrables listes qui ne présagent pas d'un bel avenir, on rajoute la nôtre, celle de la sélection culturelle de la semaine histoire de se changer les idées et se donner tout le plaisir que l'on mérite bien avec de la musique, des spectacles, des films, des livres et même des zombies à dégommer.

Du côté de la musique :

"Beatnik or not to be" de Elias Dris
"Dogrel" de Fontaines D.C.
"Dans le lieu du non-où" de L'Etrangleuse
"Leopold Mozart : Missa Solemnis" de Bayerische Kammerphilarmonie & Alessandro de Marchi
"Traversée" de Chrystelle Alour
"L'odysée remix" de Fred Pallem & Le Sacre du Tympan
Interview de Romain Humeau de Eiffel autour de "Stupor Machine" accompagnée d'un premier titre live, "Chasse Spleen"
présentation du Hellfest Open Air Festival #14
"Les cuivres sur le toit" de Paris Brass Quintet
Hublot EP" de Solal Roubine
"Home is everywhere EP" de Nara
et toujours :
"Foreign lines" de Erevan Tusk
"Seeing other people" de Foxygen
"2029" de Gontard!
"Chopin concertos for piano & string" de David Lively, Quatuor Cambini Paris et Thomas de Pierrefeu
"La poison" de La Poison
"Wasalala" de Madalitso Band
"Children of the slump" de Marble Arch
"Cesar Franck : Piano works quintet" de Michel Dalberto & Novus Quartet
"High strung" de Pamplemousse
"Live bullet song" de Tchewsky & Wood

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Un ennemi du peuple" au Théâtre national de l'Odéon
"Vues Lumière" au Théâtre de la Colline
"Fauves" au Théâtre de la Colline
"La Victoire en chantant" au Théâtre 13/Jardin
"Délivrés de famille" au Théâtre Le Funambule
"Deux femmes pour un fantôme" à l'Aktéon Théâtre
"Mon coeur pour un sonnet" au Théâtre Le Lucernaire
"Le Cabaret de Poussière fait le Zèbre" au Zèbre
Festival des Enfants de Molière à Dieppe
les reprises :
"Tout semblait immobile" au Théâtre de la Bastille
"Providence" au Théâtre Les Déchargeurs
"Aux Délices" au Lavoir Moderne Parisien
et la chronique des autres spectacles à l'affiche en mai

Cinéma avec :

"Versus" de François Valla
Oldies but Goodies avec :
la version restaurée de "Les Lois de l'hospitalité" de Buster Keaton et Jack Blysrone
"Drôles de cigognes !" de Hermina Tyrlova
et la chronique des autres sorties de mai

Lecture avec :

"A jeter sans ouvrir" de Viv Albertine
"Carnets clandestins" de Nicolas Giacobone
"Le sauvage" de Guillermo Arriaga
"Les carnets de guerre de Louis Barthas 1914-1918" de Fredman
"Toute une vie et un soir" de Anne Griffin
"War is boring" de David Axe & Matt Bors
et toujours :
"La bombe humaine" de Olivier Barruel
"La nuit ne dure pas" de Jules Gassot
"Le cri des corbeaux" de Matthieu Parcaroli
"Le jour de ma mort" de Jacques Expert
"Les feux" de Shohei Ooka
"Ombres sur la Tamise" de Michael Ondaatje
"Vraie folie" de Linwood Barclay

Froggeek's Delight :

"Day's Gone" sur PS4

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=