Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce T-Rex - Chronique d'une vie de bureau ordinaire
Théâtre de la Contrescarpe  (Paris)  mai 2018

Seul en scène écrit et interprété par Alexandre Oppecini dans une mise en scène de Marie Guibourt.

Alexandre, un trentenaire cadre moyen propre sur lui au profil de gendre idéal, occupe, avec compétence mais sans grande velléité carriériste, un emploi de "gestionnaire backoffice settlement titres" dans une banque, plus compréhensiblement, la gestion des portefeuilles boursiers de clients importants.

Et relativement candide et crédule, il croît à son irrésistible ascension professionnelle corrélative à la "chute" de son supérieur hiérarchique qui vient de se suicider, quand lui est évoquée l'accession au statut managérial s'il réussit l'imminente migration informatique de son service.

Mais Alexandre est également un jeune homme fragile, un adulescent incapable de gérer le stress, quelle qu'en soit la source, qui le renvoie à un terrifiant et récurrent cauchemar d'enfance.

Car si selon la locution courante "le monde est une jungle", pour lui, lajungle est celle de l'ère des dinosaures dominée par un terrible carnassier, le tyrannosaure popularisé sous l'abréviation "T-Rex" dans la culture populaire, et notamment le cinéma avec le "Jurassic Park" de Steven Spielberg.

Ce qui éclaire la partition de "T-Rex", sous-titrée "Chronique d'une vie de bureau ordinaire", concoctée par Alexandre Oppecini avec un salvateur humour noir.

Celle-ci, nonobstant la récurrence des thèmes déclinés, dont ceux de l'univers impitoyable de l'entreprise, l'effet pervers de la méritocratie et le burn-out, se révèle comme une roborative pièce à tiroirs et, de surcroît, à inattendus rebondissements qui hybride, sur le mode du psychodrame rétrospectif, le seul en scène humoristique et la comédie satirique pour un comédien.

Quant aux scènes de bureau ordinaires, peu importe de savoir si le personnage, qui porte le même prénom que l'auteur-interprète, est ou non un double autofictionnel, elles sont d'autant plus édifiantes qu'illustrant l'analyse de l'organisation hiérarchique et les principes dégagés dans le fameux ouvrage satirico-humoristique "Le Principe de Peter" de Laurence J. Peter et Raymond Hull paru en 1970.

Dans une scénographie au minimalisme adéquat de Lucie Joliot et sous la direction efficace de Marie Guibourt, Alexandre Oppecini dispense, jusqu'au surprenant dénouement, une excellente prestation entre drame cathartique et jubilation tragi-comique.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=