Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Louise Weber dite La Goulue
Théâtre Essaion  (Paris)  juin 2018

Biopic théâtro-musical conçu Delphine Gustau interprété par Delphine Grandsart accompagnée par Matthieu Michard à l’accordéon dans une mise en scène de Delphine Grandsart et Delphine Gustau.

A la Belle Epoque, Montmartre, de la Butte à Pigalle, constituait le lieu de tous les plaisirs plébéiens où,par ailleurs, venaient s'encanailler princes et bourgeois et de nombreuses figures de femmes artistes de caf'conc sont passées à la postérité telle Louise Weber dite La Goulue, la Reine du Moulin Rouge immortalisée notamment par Toulouse-Lautrec.

Delphine Gustau a entrepris de narrer le destin singulier de cette fille du peuple, blanchisseuse et modèle pour les peintres du Bateau Lavoir, qui, après son apogée en danseuse de cancan, sombre dans l'oubli en se reconvertissant dompteuse se produisant dans les fêtes foraines puis, chiffonnière aux puces de Saint-Ouen, dans la misère.

Et elle a choisi de dérouler ce biopic sous forme d'une rétrospective à rebours, de la déchéance de la vieillesse mais toujours avec la "picole" pour le clore par le portrait de la fillette délurée qui aimait jouer de ses gambettes au bal public de l'Élysée Montmartre.

Entre les deux se confrontent "la légende et la viande" d'une femme de tempérament libertaire qui assume ses danses "culottées" et sa cuisse légère et qui, si elle sait bien marchander ses charmes auprès des "messieurs", les hommes de sa vie ne lui font guère de cadeaux.

L'opus se déroule en tableaux narratifs ponctués de quelques chansons naturalistes puisées dans le répertoire d'Aristide Bruand ("A Saint-Ouen") et Yvette Guilbert ("Quand on vous aime comme ça") ou originales, telle "Moi j’suis pas trop heureuse", écrites par Delphine Gustau et mises en musique par l'accordéoniste Matthieu Michard qui assure l'accompagnement sur scène.

Sous les belles lumières de Jacques Rouveyrollis, il est porté par Delphine Grandsart qui négocie bien les différents registres, de l'émotion mélodramatique à la paillardise.

Si elle n'a pas le physique de La Goulue décrite par Octave Mirbeau comme "une assez belle grosse fille, épaisse, colorée", elle en incarne cependant parfaitement, avec abattage, gouaille et une roborative grivoiserie "la brutalité radieuse" soulignée par celui-ci.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco

Abonnez vous à la Newsletter pour recevoir, outre les mises à jour en avant première, des infos de première importance et peut être des choses dont vous n'avez même pas encore imaginé l'existence et l'impact sur votre vie... et nous non plus.

se désabonner, changer son mail ... c'est ici!


» Contacter un membre ou toute
   l'équipe (cliquez ici)


Afficher les chroniques d'un membre :

Liste des chroniques... Cécile B.B.
Liste des chroniques... David
Liste des chroniques... Didier Richard
Liste des chroniques... Fred
Liste des chroniques... Jean-Louis Zuccolini
Liste des chroniques... Julien P.
Liste des chroniques... LaBat’
Liste des chroniques... Laurent Coudol
Liste des chroniques... Le Noise (Jérôme Gillet)
Liste des chroniques... Margotte
Liste des chroniques... MM
Liste des chroniques... Monsieur Var
Liste des chroniques... Nathalie Bachelerie
Liste des chroniques... Nicolas Arnstam
Liste des chroniques... Paola Simeone
Liste des chroniques... Philippe Person
Liste des chroniques... Rickeu
Liste des chroniques... Séb.T

 

Les articles de ce site sont la propriété de froggydelight.com et de leurs auteurs.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=