Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce De si tendres liens
Théâtre Le Lucernaire  (Paris)  août 2018

Comédie dramatique de Loleh Bellon, mise en scène de Laurence Renn Penel, avec Christiane Cohendy et Clotilde Mollet.

En brefs tableaux se racontent les rapports d’une mère et d’une fille sur toute une vie. "De si tendres liens" évoque le temps qui passe et les différentes étapes de l’existence dans ce rapport si particulier qui unit mère et fille.

Le spectateur suit des moments de vie de Jeanne (Clotilde Mollet), fille unique de parents séparés alors que sa mère Charlotte (Christiane Cohendy) a 25 ans. Solitude et absence, souvenirs discordants, rancoeurs et incompréhensions se mêlent et s’accumulent au fil des années pour rejaillir plus tard.

Mais demeure par-dessus tout un amour indéfectible réciproque. Puis la vie se chargera d’inverser les rôles. C’est la fille qui prendra soin de la mère, la rassurera comme elle-même le faisait quand elle était petite.

Laurence Renn Penel propose de la pièce de Loleh Bellon une version à la fois onirique et poétique où le public partage à chaque instant le quotidien de ces deux femmes.

Avec des nuances délicates, "De si tendres liens" touche en chacun de nous ce qu’il y a de plus intime lié à l’enfance. Des souvenirs de Greta Garbo et de trains couchettes deviennent alors universels.

Dans la scénographie ajourée de Thierry Grand, finement éclairée par Philippe Morancé, des panneaux tantôt opaques ou translucides déployés comme un papillon, avec le soutien de la musique délicate de Frédéric Gastard, Laurence Renn Penel propose une mise en scène tout en douceur.

Celle-ci maintient la fluidité de ce superbe duo où les deux comédiennes, avec grâce et légèreté, passent en un clin d’œil d’une époque à une autre et dessinent peu à peu l’évolution de ce rapport mère-fille dont la courbe va peu à peu s’inverser.

Clotilde Mollet, comédienne si singulière aux multiples visages, est l’enfant puis la jeune fille et la femme avec la même facilité. De même pour Christiane Cohendy au jeu toujours vrai et puissant qui incarne la mère avec une grâce infinie pour en montrer toute sa fragilité.

Deux comédiennes en osmose parfaite dont chaque inflexion se réfléchit dans l’œil de l’autre. Deux alpinistes encordées pour une escalade des plus vertigineuses. Un travail de dentellières pour deux virtuoses au sommet de leur art qui composent avec maestria un bijou d’émotion et de tendresse.

 

Nicolas Arnstam         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=