Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Seule la nuit tombe dans ses bras
Philippe Annocque  (Quidam éditeur)  août 2018

Je continue avec grand plaisir la découverte du catalogue de Quidam éditeur après La Confession et Taqawan, chroniqués récemment sur le site. Une fois n’est pas coutume, c’est encore un drôle de bouquin que nous propose cet éditeur avec Seule la nuit tombe dans ses bras de Philippe Annocque.

Philippe Annocque est l’auteur d’une dizaine de livres qui lui ressemblent sans pour autant se ressembler entre eux. Avec son dernier ouvrage, il est question de relations amoureuses virtuellement sur les réseaux sociaux sans contact physiques. Une histoire d’amour donc ? Oui, sûrement, mais pas comme celles que l’on peut avoir l’habitude de lire.

Herbert est un écrivain, marié et père de famille. Coline a plusieurs centaines de kilomètres, est une enseignante mariée et mère de famille aussi. Chacun a sa petite vie, aime son conjoint et ne connaît pas de problèmes particuliers dans son couple. Ces ceux-là vont se rencontrer sur internet, apprendre à se connaître, se découvrir, tout ça par écrans interposés. Rapidement, des sentiments vont s’installer, sans pour autant avoir de contacts physiques. Leur amour n’est pour autant pas virtuel, ils font l’amour, se caressent, toujours à distance, par écrans interposés.

Le livre nous raconte donc leur rencontre, l’évolution de leur histoire, sous la forme romancée classique mais aussi au travers de dialogues avec leurs échanges sur les réseaux sociaux. Le livre se lit donc très bien, très rapidement, avec plaisir car il nous interroge sur la réalité des sentiments qui peuvent exister entre deux personnes qui n’ont aucun contact physique. Ces relations amoureuses et ce type de rencontres sont aujourd’hui très nombreuses. A l’ère du numérique, avec les réseaux sociaux qui nous envahissent, avec des sites spécialisés pour mettre en contact célibataires et personnes déjà en couple, Philippe Annocque nous propose donc un livre drôle et réfléchi sur ces nouvelles relations amoureuses.

Et en même temps, au gré des 140 pages qui constituent le livre, l’auteur nous montre comment il peut être difficile de mener une double vie, familiale d’un côté et virtuelle de l’autre. Les échanges deviennent compliqués, notamment au moment des vacances. Sauf que, leur relation n’est pas tout à fait virtuelle et le livre nous le prouve. Des sentiments existent et c’est la distance au final qui représente le principal obstacle à la consolidation de leur relation. Mais en même temps, cette distance leur permet aussi de mener de front leur double vie.

Le livre nous montre aussi que ce qui les excitaient au départ, à savoir leurs échanges érotiques sur ordinateur, les frustrent assez vite. La présence semble importante et le manque de contact se fait sentir.

Et au final se pose la question principale du livre. Coucher par écrit est-il tromper ? Car Herbert et Coline ne couchent pas. On pourrait donc penser qu’ils ne trompent pas. Mais le livre nous montre le poids des mots, leur importance. En les lisant, une vraie relation apparaît et l’on peine à croire que l’on puisse considérer qu’il n’y a pas d’adultère dans leur relation.

Petit livre sans prétention, Seule la nuit tombe dans ses bras s’avère donc être une jolie surprise qui devrait avoir toute sa place dans cette rentrée littéraire.

 

En savoir plus :
Le blog de Philippe Annocque
Le Facebook de Philippe Annocque


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 7 mars 2021 : Mars et ca repart... peut être

Pas de nouvelles très réjouissantes du côté de la culture en ce mois de mars, veille de printemps. Rien sur les salles de spectacles, les musées et les cinémas de rares évocations de la réouverture des restaurants à midi "quand on pourra". Bref, pas de quoi se réjouir. Voici en tout cas notre sélection culturelle pour tenir le coup en attendant.
on commence par le replay de la MAG #22

Du côté de la musique :

"Collapsed in Sunbeams" de Arlo Parks
"Ma folie" de Bast Ferry
"Paradise" de Da Capo
"It's OK" de Fantomes
"L'effet waouh des zones côtières" de Institut
"Something joyful" de Jonathan Orland Quartet
"Haydn : Stabat mater, Symphonies N° 84 & 86" de Le Concert de la Loge & Julien Chauvin
"No black violins" le mix 15 de Listen In Bed à écouter à volonté
"Liberté" de Sego Len
"Où tout a commencé" de Tristesse Club
et toujours :
"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones

Au théâtre dans son salon :

"Le Gros, la Vache et le Mainate" de Pierre Guillois
"Intrigue et Amour" de Yves Beaunesne
"13 à table" de Marc-Gilbert Sauvageon
"Thé à la menthe ou t'es citron" de Patrick Haudecoeur
"J'étais dans ma maison et j'attendais que la pluie vienne" de Jean-Luc Lagarce
"Faut-il laisser les vieux pères manger seuls aux comptoirs des bars ?" de Carole Thibaut
"Eric-Antoine Montreux tout !" au Festival de Montreux

Expositions :

en virtuel :
"Vasarely - Le partage des formes" au Centre Pompidou
"Picasso poète" au Musée national Picasso
"Jean" à la Cité des sciences et de l'industrie
"Comme un parfum d'aventure" au Mac Lyon
"Omar Ba - Anomalies" à la Galerie Templon
"Les aventuriers des mers" à l'Institut du Monde Arabe

Cinéma :

at home :
"Exotica" d'Atom Egoyan
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Biens Aimés" de Christophe Honoré
"Dans les champs de bataille" de Danielle Arbid
"Eastern Plays de Kamen Kalev
"Mon frère s'appelle Robert et c'est un idiot" de Philip Gröning

Lecture avec :

"Que ma mort soit une fête" de Cristian Alarcon
"Normal people" de Sally Rooney
"Middlewest" de Skottie Young & Jorge Corona
"L'hôtel de verre" de Emily St.John Mandel
"De Staline à Hitler" de Robert Coulondre
et toujours :
"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 7 mars 2021 : Mars et ca repart... peut être
- 28 février 2021 : Vaccin contre la morosité
- 21 février 2021 : et le chiffre du jour est 21
- 14 février 2021 : Nos Victoires de la musique
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=