Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Rien d'humain
Théâtre Le Funambule-Montmartre  (Paris)  septembre 2018

Comédie dramatique de Marie Ndiaye, mise en scène de Lucie Dusapin, avec Jimmy Roure, Hannah Bieche et Julia Roger.

La jeune Compagnie Poussière n'a pas opté pour la facilité en choisissant la partition "Rien d'humain" de Marie Ndiaye.

Car bien qu'écrite dans le cadre d'une commande pour la scène sur le thème des fantômes auquel renvoie le titre, et traitant du thème dramatique de la relation de pouvoir aggravée par un traumatisme de l'enfance, celle-ci s'avère a-théârale.

Non seulement par la forme qui ressort davantage à la polyphonie de voix quasi-woolfienne mais également par le style avec les récurrences scripturales de l'auteure qui tiennent tant à son goût des circonvolutions mentales qu'à son choix esthétique d'hybridation du réalisme et de l'étrangeté.

En l'espèce, la situation est quasi pinterienne avec une jeune femme qui refuse de restituer l'appartement mis à sa disposition par son amie d'enfance qui, après un long séjour à l'étranger et une situation financière obérée souhaite le récupérer.

Mais Marie Ndiaye aborde une configuration particulière et complexe de l'amitié d'enfance, dont rend déjà compte les prénoms des deux protagonistes Bella et Djamila, qui entraîne un règlement de comptes arc-bouté simultanément sur l'antagonisme de classes, la maison comme lieu de l'identité, la fonction de la figure paternelle et le rapport de domination qui se concrétise par une charité perverse et une ingratitude haineuse.

Car il ne s'agit pas d'une amitié d'élection. Bella, la petite fille riche, est devenue la compagne de jeu de Djamila, la fille d'un ouvrier homme à tout faire, que son père a recueilli au foyer familial, et dont il a fait son héritière, ce qui a entraîné une interdépendance psychotique et surtout une commune névrose de dévalorisation. Non seulement par la forme qui ressort davantage à la polyphonie de voix quasi-woolfienne mais également par le style avec les récurrences scripturales de l'auteure qui tiennent tant à son goût des circonvolutions mentales qu'à son choix esthétique d'hybridation du réalisme et de l'étrangeté.

En l'espèce, la situation est quasi pinterienne avec une jeune femme qui refuse de restituer l'appartement mis à sa disposition par son amie d'enfance qui, après un long séjour à l'étranger et une situation financière obérée souhaite le récupérer.

A la mise en scène, avec quelques bribes de décor, Lucie Dusapin, une nouvelle venue à suivre, parvient à installer une atmosphère d'irréalité dans laquelle évoluent de jeunes comédiens investis pour interpréter de manière méritoire ce huis clos mental socio-politique et psycho-affectif sans résilience entre Julia Roger, la fausse bien-pensante, et Hannah Biech, la douloureuse vengeresse, tempéré par un personnage masculin "inoffensif" (Jimmy Roure) faisant office de médiateur.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 7 mars 2021 : Mars et ca repart... peut être

Pas de nouvelles très réjouissantes du côté de la culture en ce mois de mars, veille de printemps. Rien sur les salles de spectacles, les musées et les cinémas de rares évocations de la réouverture des restaurants à midi "quand on pourra". Bref, pas de quoi se réjouir. Voici en tout cas notre sélection culturelle pour tenir le coup en attendant.
on commence par le replay de la MAG #22

Du côté de la musique :

"Collapsed in Sunbeams" de Arlo Parks
"Ma folie" de Bast Ferry
"Paradise" de Da Capo
"It's OK" de Fantomes
"L'effet waouh des zones côtières" de Institut
"Something joyful" de Jonathan Orland Quartet
"Haydn : Stabat mater, Symphonies N° 84 & 86" de Le Concert de la Loge & Julien Chauvin
"No black violins" le mix 15 de Listen In Bed à écouter à volonté
"Liberté" de Sego Len
"Où tout a commencé" de Tristesse Club
et toujours :
"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones

Au théâtre dans son salon :

"Le Gros, la Vache et le Mainate" de Pierre Guillois
"Intrigue et Amour" de Yves Beaunesne
"13 à table" de Marc-Gilbert Sauvageon
"Thé à la menthe ou t'es citron" de Patrick Haudecoeur
"J'étais dans ma maison et j'attendais que la pluie vienne" de Jean-Luc Lagarce
"Faut-il laisser les vieux pères manger seuls aux comptoirs des bars ?" de Carole Thibaut
"Eric-Antoine Montreux tout !" au Festival de Montreux

Expositions :

en virtuel :
"Vasarely - Le partage des formes" au Centre Pompidou
"Picasso poète" au Musée national Picasso
"Jean" à la Cité des sciences et de l'industrie
"Comme un parfum d'aventure" au Mac Lyon
"Omar Ba - Anomalies" à la Galerie Templon
"Les aventuriers des mers" à l'Institut du Monde Arabe

Cinéma :

at home :
"Exotica" d'Atom Egoyan
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Biens Aimés" de Christophe Honoré
"Dans les champs de bataille" de Danielle Arbid
"Eastern Plays de Kamen Kalev
"Mon frère s'appelle Robert et c'est un idiot" de Philip Gröning

Lecture avec :

"Que ma mort soit une fête" de Cristian Alarcon
"Normal people" de Sally Rooney
"Middlewest" de Skottie Young & Jorge Corona
"L'hôtel de verre" de Emily St.John Mandel
"De Staline à Hitler" de Robert Coulondre
et toujours :
"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 7 mars 2021 : Mars et ca repart... peut être
- 28 février 2021 : Vaccin contre la morosité
- 21 février 2021 : et le chiffre du jour est 21
- 14 février 2021 : Nos Victoires de la musique
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=