Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce BlauBird
Rising, la fin de la tristesse  (Elles & O / Differ-Ant)  septembre 2018

Un oiseau bleu prend son envol, tel une rampante chenille accède à la grâce d’un papillon, Laure et Olivier Slabiak sont BlauBird, entre lyrisme et trip-folk réconfortante, l’album s’intitule (à point nommé) Rising, la fin de la tristesse.

Les accords ont la grâce fragile d’une valse improvisée sur un champ de ruines, les rythmes sont les battements du temps au-delà des larmes, de ce temps qui passe et affine les rudes contours tristesse en un vague à l’âme et des souvenirs tendres. En français souvent, en anglais parfois, en yiddish un peu. Intense.

A toi l’affligé, toi dont les revers accablent l’existence, dont les tristes imprévus pavent le chemin, à toi l’accablé de chagrin, voit BlauBird faire scintiller les flots de ton âme éplorée, écoute sa voix murmurer la douceur de la mélancolie et transfigurer ta peine en myriades de souvenirs enchantés. La nostalgie habite chaque titre de l’album, inclinant l’auditeur vers le cristal des pensées errantes. Onirique.

Bouleversante complainte à ce qui n’est pas "et toi tu n’es pas là, parfois je crois je pleure j’aimerai que tu sois là, que tu sois tout à moi, que tu sois contre moi, j’aimerai être dans tes bras, mais toi tu n’es pas là, non toi tu n’es pas là, et je dois je dois faire sans toi" ("L’absence"), terrible ressenti que celui du rien qui fait mal.

On s’abandonne volontiers aux dix titres de l’album, dix mélopées dont une mise en musique de Victor Hugo "à l’heure où blanchit la campagne, je sais que tu m’attends" ("Demain, dès l’aube"). Rising est construit des brumes de rêves et de poussières de poésie, l’album annonce sans équivoque La fin de la tristesse, de ce qu’il reste quand le deuil est assimilé, quelques soupirs et ces silences lointains.

D’un romantisme drapé de deuil et d’espoir, BlauBird réussit à nous transposer dans un réel habité par les transformations des corps et des cœurs. Et non, l’album ne file pas le bourdon, il évade les pensées vers des infinis immobiles et donne de furieuses envies de pâtisseries régressives.

 

En savoir plus :
Le site officiel de Laure Slabiak
Le Bandcamp de BlauBird
Le Soundcloud de BlauBird
Le Facebook de BlauBird


Nathalie Bachelerie         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco

Abonnez vous à la Newsletter pour recevoir, outre les mises à jour en avant première, des infos de première importance et peut être des choses dont vous n'avez même pas encore imaginé l'existence et l'impact sur votre vie... et nous non plus.

se désabonner, changer son mail ... c'est ici!


» Contacter un membre ou toute
   l'équipe (cliquez ici)


Afficher les chroniques d'un membre :

Liste des chroniques... Cécile B.B.
Liste des chroniques... David
Liste des chroniques... Didier Richard
Liste des chroniques... Fred
Liste des chroniques... Julien P.
Liste des chroniques... LaBat’
Liste des chroniques... Laurent Coudol
Liste des chroniques... Le Noise (Jérôme Gillet)
Liste des chroniques... Margotte
Liste des chroniques... MM
Liste des chroniques... Monsieur Var
Liste des chroniques... Nathalie Bachelerie
Liste des chroniques... Nicolas Arnstam
Liste des chroniques... Paola Simeone
Liste des chroniques... Philippe Person
Liste des chroniques... Rickeu
Liste des chroniques... Séb.T

 

Les articles de ce site sont la propriété de froggydelight.com et de leurs auteurs.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=