Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Kingdom Come : Delivrance
Microsoft Windows - PlayStation 4 - Xbox One  (Warhorse Studios)  février 2018

Un jeu de rôle historique flirtant avec la simulation

Oyez, oyez, braves gens du village de Froggy's Delight, laissez-moi vous narrer l'histoire du jeune Henri de Skalice, fils de forgeron, qui va partir à l'aventure afin de venger l'assassinat de son père et de sa mère.

Mais qu’est donc Kingdom Come : Deliverance ?

Ce jeu, développé par Warhorse Studios, est un jeu de rôle historique reprenant l'histoire de la Bohême. l'empereur Charles IV étant mort, son fils Venceslas prend alors le pouvoir. Ce dernier préférant la luxure au pouvoir, délaisse son rôle et son peuple, ce qui n'est pas du goût du pape et des nobles de la région. Se forme alors une alliance contre le roi Venceslas afin de le destituer de son rôle. Sigismond le Roux, demi-frère de Venceslas, profita de cette période sombre pour prendre le pouvoir en faisant enlever ce dernier, avec l'appui de différents nobles de la région de Bohême. La Bohême sans roi est alors abandonnée dans le chaos et Sigismond tente de s'accaparer petit à petit le territoire et ses richesses en semant la peur et le chaos au sein du royaume.

Et que devons-nous faire dans tout ceci ?

Nous incarnons Henry, fils d'un forgeron, qui aime passer son temps à la taverne avec ses amis, et profiter de la vie sans vraiment penser au lendemain. Son but est de découvrir du pays, participer à l'action. Il ne sait pas encore qu'il sera bientôt au c'ur de l'action.

Le village d'Henry se fait attaquer et ses parents assassinés lors de la prise de son village qui était jusqu'alors si paisible.

Henry fit la promesse à son père et au seigneur des lieux de protéger l'épée qu'ils avaient forgée pour le seigneur du village.

l'histoire d'Henry commence alors et vous devrez vous enfuir pour sauver votre vie, et vous réfugiez dans le village voisin. Vous n'aurez en tête qu'à enterrer et venger vos parents, ainsi que de restituer l'épée à votre seigneur comme vous l'avez promis. l'histoire ne fera alors que commencer.

Mais alors ce Kingdom Come : Deliverance, qu'a-t-il de différent par rapport aux autres jeux de rôle ?

c'est une vaste question. En général, quand on parle de jeux de rôle, on pense dragon, magie, sorcellerie, chevalier, etc. Ici, rien de tout cela, vous êtes le fils d'un forgeron et à l'époque, le fils d'un forgeron n'est qu'un gueux, un paysan et un paysan ne sait, ni lire, ni écrire, ni se battre?

Vous devrez alors tout apprendre, vous serez ici dans une vraie simulation de vie au Moyen-Âge. Il vous faudra vous rendre dans différents lieux où vous apprendrez à crocheter des serrures et croyez-moi, quand on parle de crocheter une serrure, on est proche de la vérité, il m'a fallu environ 1h30 pour arriver à sortir du premier village car je n'arrivais pas à crocheter la serrure du coffre qui contenait l'armure de chevalier nécessaire pour passer la porte du château.

Vous devez ensuite apprendre à vous battre à main nues, puis à l'épée, ou encore tirer à l'arc. Puis en vous rendant à un certain endroit de la carte, vous pourrez apprendre à lire pour déchiffrer les différents ouvrages trouvés ici et là.

Histoire de rendre les choses encore plus simples, vous devrez gérer votre alimentation, votre santé, votre apparence. Car oui si vous êtes sale, on refusera de vous parler. Si vous êtes recouvert de sang, les personnages vous éviteront et les quêtes seront alors impossible à obtenir.

Il vous faudra parfois faire preuve d'humilité pour ne pas choquer les nobles des villages. Ne pas transporter des objets volés en ville ou vous faire prendre en train de voler, si vous ne souhaitez pas finir quelques jours en prison. Il est possible également de finir alcoolique, ce qui vous donnera quelque bonus mais surtout énormément de malus. Et j'en passe pour ne pas vous spoiler le jeu. Bref, tout est pensé pour être une simulation et pas seulement un simple jeu de rôle. La fiche du personnage est très complète sans être complexe à prendre en main. Il suffit de s'y mettre et de bien lire les descriptions.

Le jeu peut effrayer par ces points au premier abord, car nous sommes de plus en plus habitués à ce qu'on nous mâche le travail au lieu de faire en sorte que nous nous impliquions vraiment dans le jeu et c'est ce qui fait toute la finesse du gameplay de ce Kingdom Come : Deliverance. Afin de coller au plus près à une simulation, les développeurs ont fait en sorte qu'il soit possible de résoudre les différentes quêtes de plusieurs manières, plus ou moins directes. Par exemple, vous pouvez tenter de discuter avec les protagonistes pour les influencer, ou bien les attaquer frontalement, ou furtivement. Vous pouvez également décider de les étourdir en vous faufilant dans leur dos sans qu'ils ne s'en aperçoivent et ainsi leur dérober l'objet tant convoiter.

Et techniquement qu'en est-il ?

Le jeu est très beau et très riche quant aux environnements et aux villages, la carte est gigantesque et j'ai passé des heures en forêt à chasser à l'arc le lapin, le cerf, la biche, le sanglier?

Il y a toujours quelque chose à faire, et le jeu n'est pas à rusher mais à apprécier en prenant son temps. Tel un Skyrim, vous prendrez plaisir à arpenter les différents lieux afin de découvrir des camps de bandits, des jardins de forêt, des caches, etc.

En revanche, bien que le jeu soit très beau concernant les environnements, on ne peut pas dire que l'animation des personnages soit ce qui se fait de mieux. Les cinématiques sont très belles mais lorsqu'il s'agit d'interactions, il y a souvent des soucis de positionnement de caméra, ou bien des dialogues non traduits en français dans le texte alors que les sous-titres sont bien présents.

La synchronisation labiale n'est pas toujours au rendez-vous mais les doubleurs ont fait un excellent travail et parle en français très soutenu ce qui est agréable en jeu. Malgré les différents bugs, qui sont corrigés au fur et à mesure à l'aide de patch, le jeu est tout simplement une petite perle vidéoludique qui mérite amplement d'être jouée.

Conclusion

Si vous aimez les jeux de rôles et que vous aimez vous investir dans un jeu car oui, il faudra vous investir, ne serait-ce que pour apprendre à crocheter des serrures, voler dans les poches des personnages, lire, vous battre, tirer à l'arc, cuisiner, créer des potions d'apothicaires, etc. Alors oui, vous aimerez ce jeu.

Avec une durée de vie importante, vous en aurez vraiment pour votre argent et si vous aimez parcourir le monde, apprendre des faits historiques alors la Bohême vous ouvre les bras, qu'attendez-vous pour commencer votre voyage ?

 

En savoir plus :
Le site officiel de Kingdom Come : Delivrance
Le Facebook de Kingdom Come : Delivrance


Ezaechiel         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 12 juillet 2020 : Un air d'été

On entre dans la saison des vacances, pour vous comme pour nos chroniqueurs. Vous nous retrouverez tout l'été quand même avec des éditions web plus légères et toujours notre Froggy's TV bien sûr avec La Mare Aux Grenouilles et plein d'autres émissions. c'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

La Mare Aux Grenouilles #6, sommaire et replay
"Noshtta" de L'Eclair
"Moderne love" de Toybloid
  "Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet
"INTENTA experimental & electronic music from Switzerland 1981-93" par divers artistes
"Jimmy Cobb" mix #19 de Listen In Bed
"Chausson le littéraire" de Musica Nigella & Takenori Nemoto
"Alessandro Scarlatti, il Martirio di Santa Teodosia" de Thibault Noally & l'Ensemble Les Accents"
et donc La Mare Aux Grenouilles numéro #5 avec la liste de ce qui a été abordé et le replay.

Au théâtre :

en salle :
"Littoral" au Théâtre de la Colline
"Karine Dubernet - Souris pas" au Point Virgule
et dans un fauteuil de salon :
des créations :
"Yvonne princesse de Bourgogne" par Jacques Vincey
"Lucrèce Borgia" par Lucie Berelowitsch
"La Dernière neige" de et par Didider Bezace
"Pinocchio" de Joël Pommerat
"Soulever la politique" de Denis Guénoun
"Je marche dans la nuit par un chemin mauvais" de et par Ahmed Madani
Au théâtre ce soir :
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"Le Tombeur" de Robert Lamoureux
"Une cloche en or" de Sim
du boulevard :
"Si c'était à refaire" de Laurent Ruquier
"Face à face" de Francis Joffo
du côté des humoristes :
"Bernard Mabille sur mesure"
"Christophe Alévêque est est Super Rebelle... et candidat libre !"
et finir l'Opéra :
avec du lyrique :
"Le Balcon" de Peter Eotvos par Damien Bigourdan
"Orlando furioso" de Antonio Vivaldi par Diego Fasolis
"La Flûte enchantée" de Mozart par Romeo Castellucci
et du ballet avec deux créations étonnantes : "Raymonda" de Marius Petipa et "Allegria" de Kader Atto

Expositions :

les expositions en "real life" à ne pas manquer :
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Les Contes étranges de N.H. Jacobsen" au Musée Bourdelle
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma at home avec :
le cinéma contemporain
"A woman at war " de Benedikt Erlingsson
"Lulu" de Uwe Janson 
"L'Apotre" de Cheyenne Carron
"La tendresse" de Marion Hänsel
"Crawl" de Herve Lasgouttes
"Nesma" de Homeïda Behi
le cinéma culte des années 1920 :
"Le cuirassé Potemkine" de Sergueï Eisenstein
"Nosferatu le vampire" de Friedrich Wilhelm Murnau
"Le Cabinet du docteur Caligari" de Robert Wiene
"Les Deux Orphelines" de D.W. Griffith
et l'entre deux avec les années 1970 :
"Mado"de Claude Sautet
"La Traque" de Serge Leroy
"La femme du dimanche" de Luigi Comencini
et retour au 2ème millénaire avec de l'action :
"Lara Croft : Tomb Raider, le berceau de la vie" de Jan De Bont
"Blade Trinty" de David S. Goyer
avant de conclure en romance avec : "Un havre de paix  de Lasse Hallström

Lecture avec :

"La Chine d'en bas" de Liao Yiwu
"La nuit d'avant" de Wendy Walker
"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 12 juillet 2020 : Un air d'été
- 5 juillet 2020 : Un avant goût de vacances
- La Mare Aux Grenouilles #05
- 28 juin 2020 : Nouvelle Vague ?
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=