Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Dani Terreur
Les portes du Paradis  (A(t)home)  octobre 2018

Il a le cœur qui cavale et la dégaine d’un adolescent parfaitement conscient du pouvoir de séduction qui l’habite. Autodidacte, Dani Terreur irradie d’une nonchalance non feinte entre pop et électro sur Les portes du Paradis, son premier album.

"J’vois plus le monde, j’sens plus la terre, si j’m’écoute ce soir j’vais partir à l’envers" ("Les anonymes"), un rythme caribéen s’agrémente d’une basse nostalgique, comme un frisson sur une plage échauffée. Un minimoog et une guitare sont les éléments de base de ses compositions.

Créations plus personnelles que tout ce qu’il a pu faire dans ses anciens groupes, Dani Terreur plonge dans l’onirisme nécessaire à l’évasion. Les Portes du Paradis est un état second, un univers parallèle aux ingratitudes quotidiennes, où le beau côtoie le savoureux et le mérite n’est pas qu’un concept. Un paradis quoi…

"J’ai l’impression soleil levant collé sur la rétine, l’étoile s’écoule juste devant, dans le creux de la ville, j’ai l’odeur de la dernière danse, scotchée dans les narines" ("Etoile du Kashmir"). Spleen fragile et bulles sensibles, les airs sont limite aphrodisiaques, ils envoûtent littéralement les sens. Au même titre que certains souvenirs ont parfois le réalisme du présent, l’album se situe entre passé et présent, intemporel et futuriste, délicat et parfumé comme un salon de thé oriental.

Un duo avec Alice et Moi : "J’ai l’odeur de ta peau qui fait déborder mon cœur un peu trop" ("Bébé c’est l’enfer"), des accents asiatiques pour "un très beau souvenir, les larmes qui roulent sur les plis de ta bouche entrouverte, c’était une promesse d’avenir de venir t’embrasser" ("Un beau souvenir"), des tonalités boule à facette sur "L’aventure", faisant saccader les mandibules cervicales.

Musicien solaire et chanteur flamboyant, Dani Terreur est un souffle démoniaque flirtant méchamment avec les érotismes crépusculaires. Ça détache du marasme et ça détourne des auto-flagellations, Les Portes du Paradis a le psychédélisme des saints et l’électro des mécréants. Sucré-salé.

 

En savoir plus :
Le Bandcamp de Dani Terreur
Le Soundcloud de Dani Terreur
Le Facebook de Dani Terreur


Nathalie Bachelerie         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 22 septembre 2019 : Fin d'été

Fin d'été c'est le titre du nouvel album de Samir Barris, on vous en parle en ces premiers jours d'automne, tout comme les autres sorties musicales, littéraires, théâtrales, cinématographiques et muséales qui ont retenu notre attention cette semaine. C'est parti !

Du côté de la musique :

"Corpse flower" de Mike Patton & Jean Claude Vannier
Rencontre avec Joseph Fisher autour de "Chemin Vert", assortie d'une session acoustique à découvrir ici
"Prokofiev : Visions fugitives" de Florian Noack
"The basement tapes" de Mister Moonlight
"The uncompleted works volume 1, 2 & 3" de Nantucket Nurse
"Là-Haut" de Gérald Genty
"Ilel" de Hildebrandt
"Buxton palace hotel" de Studio Electrophonique
"Vian" par Debout sur le Zinc
"Impressions d'Afrique" de Quatuor Béia & Moriba Koita
"Fin d'été" de Samir Barris
et toujours :
"Schlagenheim" de Black Midi
"Tokyo dreams" de Dpt Store
"Terry Riley : Sun rising" de Kronos Quartet
"Diabolique" de l'Epée
"Mer(s) : Elgar, Chausson & Joncières" de Marie-Nicole Lemieux
"Like in 1968" de Moddi
"Voodoo queen" de One Rusty Band
"Moon" de Violet Arnold

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"L'Autre monde ou les Etats et Empires de la Lune" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Le Misanthrope" à l'Espace Cardin
"L'Animal imaginaire" au Théâtre de la Colline
"Data Mossoul" au Théâtre de la Colline
"Danser à la Lughnasa" au Théâtre 13/Jardin
"Le Frigo" au Théâtre de la Tempête
"A deux heures du matin" au Théâtre L'Atalante
"La Veuve Champagne" au Théâtre de la Huchette
"Le Square" au Lavoir Moderne Parisien
"Jo" au Théâtre du Gymnase
"Jean-Marie Galey - Ma Comédie française" au Lavoir Moderne Parisien
"Ah ! Félix" à l'Eglise Sainte-Eustache
"Le Voyage musical des Soeurs Papilles" à la Comédie des 3 Bornes
"Lucie Carbone - Badaboum" à la Comédie des 3 Bornes
"Casse-toi diva" au Théâtre La Croisée des Chemins
"Nora Hamzawi" au Théâtre du Rond-Point
des reprises
"Letzlove - Portrait(s) Foucault" aux Plateaux Sauvages
"One night with Holly Woodlawn" aux Plateaux Sauvages
"Diva sur Divan" à la Comédie Bastille
"La Liste de mes envies" au Théâtre Lepic
et la chronique des spectacles à l'affiche en septembre

Expositions avec :

"Mondrian figuratif" au Musée Marmottan-Monet
"L'Age d'or de la peinture anglaise - De Reynolds à Turner" au Musée du Luxembourg

Cinéma avec :

"Ne croyez surtout pas que je hurle" de Franck Beauvais
Oldies but Goodies avec "Marie pour mémoire" de Philippe Garrel

et la chronique des films à l'affiche en septembre

Lecture avec :

"Barbarossa : 1941. La guerre absolue" de Jean Lopez & Lasha Otkhmezuri
"Bête noire" de Anthony Neil Smith
"Dictionnaire égoiste de la littérature mondiale" de Charles Dantzig
"Gaeska" de Elrikur Orn Norddahl
"Les refuges" de Jérôme Loubry
"Liquide inflammable" de Robert Bryndza
et toujours :
"Ici seulement nous sommes uniques" de Christine Avel
"Les altruistes" de Andrew Ridker
"Les yeux fumés" de Nathalie Sauvagnac
"Un autre tambour" de William Melvin Kelley
"Un mariage américain" de Tayari Jones
"Week end à New York" de Benjamin Markovits

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=