Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce The Sunday Drivers - Mudflow
Elysée Montmartre  (Paris)  13 octobre 2005

C'est dans un Elysée Montmartre amputé de moitié par de grands rideaux que se produit se soir l'attraction festivalière du moment : le groupe ibérique au nom anglais The Sunday Drivers.

Mais pour commencer la soirée, le rock est invité par la pop. Depuis quelques temps, tout ce qui est rock nous vient de Belgique. Et pour ne pas contredire ce nouvel adage, c'est Mudflow qui ouvre la soirée.

Après avoir joué cet été à Paris Plage, le groupe bruxellois a migré vers Pigalle pour assurer la première partie des Sunday Drivers, avec son rock énervé et assez sombre. Associant le visuel, des images défilent derrière le groupe allant, suivant la chanson, d'un remake de "Le cercle" à un film tendance road movie. La musique est accrocheuse et les décibels déferlent rageusement à travers les enceintes.

Pendant l'entracte, la demie salle finit doucement de se remplir mais le risque de suffocation par compression thoracique semble écarté pour ce soir. Sûrement faute à une date trop rapprochée de leur dernière venue en France (lors du festival Rock en Seine) et au passage radio d'un unique single, le concert de ce soir de The Sunday Drivers n'a pas rameuté le public escompté. Qu'importe, cela donne une ambiance de show case, et l'atmosphère n'en est que plus conviviale.

Le groupe arrive sur scène et enchaîne tout de suite par "I ain't down", morceau rythmé où le groupe dispense toute son énergie.

Heureux d'être là, le groupe fait passer sa bonne humeur. On est en plein 60' avec "Can't you see" et ses vocalises d'intro à la Beach Boys et son refrain à la Beatles.

Alors que "Tears and Years" lorgne du côté country, "Only in the dark days" lance le mouvement psychédélique avec orgue Hammond en prime.

Lyndon, seul non espagnol du groupe, accompagne en alternant, clavier guitare acoustique ou pedal steel ce qui accentue parfois le côté folk-country à la limite de la caricature.

Ça pourrait paraître un peu too much par moment mais on a du mal à leur en vouloir tant ils apportent leur fraîcheur.

Le chanteur répète plusieurs fois leur bonheur d'être en France pour leur première tournée ici et dans un français bien meilleur que mon espagnol donne dans le "C'est comme un rêve! ".

Puis dès les premières notes du très attendu et entendu "Oh my mind", le public s'anime pour le morceau emblématique du groupe, qui même si l'on a frôlé l'overdose radiophonique a toujours un effet certain.

Pratiquement tout leur album A little heart attacks y passe, avec cependant une excursion du côté de leur premier opus, non édité en France, avec le morceau "Time, Time, Time". Présentant leur prochain single en terme de chanson romantique, sur l'amour impossible, le groupe déroule son "Love, Our Love". Quelques briquets isolés tentent un éclairage timide et le public se laisse entraîner par la ballade.

Le dernier morceau de l'album, "Little heart attacks", aux guitares alanguies est également le dernier du concert (tout du moins avant rappel).

Le "Lalala", déjà présent sur l'album est repris à capella par le public pour la plus grande joie du groupe.

Le rappel sera l'occasion, pour Jéro, le guitariste chanteur, de présenter sa théorie de "la chanson que l'on n'écoute jamais sur un album". Pour le leur il s'agirait de "Dark does die" qu'il entame dans une version toujours entièrement acoustique.

Le groupe le rejoint ensuite pour l'ultime morceau, une reprise de "Your time is gonna come" de Led Zeppelin, qui dans un registre plus enjoué peut supporter sans complexe la comparaison.

Alors que la salle commence déjà à se vider, un ultime rappel ramène le groupe sur scène pour un salut collégial.

Le concert est à l'image de leur musique, simple et mélodique, mais irrésistiblement sympathique et entraînant.

Playlist du concert

1-I Ain't down
2-Can't you see
3-Hate yourself
4-Tears and Years
5- Love, our love
6-Only in the dark days
7-Often
8- Time ,Time ,Time
9-On my mind
10-Little heart attack
11-Dark does die
12-Your time is gonna come

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Little Heart Attacks de The Sunday Drivers
La chronique de l'album Tiny Telephone de The Sunday Drivers
The Sunday Drivers en concert au Festival Les Transmusicales de Rennes 2004 (vendredi)
The Sunday Drivers en concert au Festival Art Rock 2005 (Vendredi)
The Sunday Drivers en concert à l'Ubu (10 octobre 2005)
The Sunday Drivers en concert au Poste à Galène (21 octobre 2005)
The Sunday Drivers en concert au Festival International de Benicassim 2006 (jeudi)
The Sunday Drivers en concert à La Maroquinerie (28 novembre 2007)
The Sunday Drivers en concert au Festival International de Benicàssim #16 (samedi 17 juillet 2010)
L'interview de The Sunday Drivers (15 mars 2005)
L'interview de The Sunday Drivers (13 octobre 2005)
L'interview de The Sunday Drivers (21 mars 2007)

Crédits photos : JyL


Big Ben         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 13 juin 2021 : Culture à gogo

Avant la pause estivale (toute relative), on ne chôme pas sur Froggy's Delight. Avant d'attaquer le sommaire de la semaine, voici le replay de la Mare Aux Grenouilles #29 mais aussi celui de l'interview de Half Bob et Raymonde Howard pour leur Bd-Disque "the Year Loop Broke". Merci de votre soutien !

Du côté de la musique :

Rencontre avec Alice Animal à l'occasion de son CONCERT (oui oui) au Festival Poly'sons de Montbrison
"Since 1966" de Jean Philippe Fanfant
"Sentimental" de Johnny Mafia
"Nowhere land" de Karkara
"Peache of mine " de Laura Prince
"Dominique Pagani 5/5 et La Ritournelle" de Listen In Bed
"Cyclotimic songs" de Marc Sarrazy & Laurent Rochelle
"Kaboom" de Michel Meis 4tet feat. Theo Ceccaldi
"Secret place" de Noé Clerc Trio
"Gerry (music inspired by the motion picture)" de Ô Lake
"Countdown" de Simon Moullier
"Sous la peau" de Versari
et toujours :
"Cavalcade" de Black Midi
"Years in marble" de Raoul Vignal
"Damnatio Memoriae" de Syd Kvlt
"(n) Traverse Vol. 1" de Warren Walker
"Schubert, Symphonie N°5 & Haydn, Symphonie N°99" de Concentus Musicus Wien & Stefan Gottfried
"After the rain" de Indolore
"Dominique Pagani 4/5", avant dernier volet thématique de Listen in Bed
"Amore, disamore" de Olivier Longre
"Oslo tropique" de Oslo Tropique

Au théâtre :

les nouveautés :
"Tout le monde ne peut pas être orphelin" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Et c’est un sentiment qu’il faut déjà que nous combattions je crois" au Théâtre Paris-Villette
"Pelléas et Mélisande" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Powder Her Face" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Aux poings" au Théâtre de la Tempête
"Je suis le vent" au Théâtre de la Bastille
"La Veilleuse, cabaret holographique" au Centquatre
les reprises :
"Soeurs" au Théâtre de la Colline
"Un Poyo rojo" au Théâtre du Rond-Point
"Sherlock Holmes et le mystère de la vallée de Boscombe" au Grand Point Virgule
"Matthieu Penchinat - Que fuis-je ?" au Théâtre du Marais

Expositions :

les nouveautés :
"Dans les têtes de Stéphane Blanquet" à la Halle Saint-Pierre
"Victor Hugo - Dessins - Dans l'intimité du génie" à la Maison de Victor Hugo
"Augustin Rouart - La peinture en héritage" au Petit Palais
déjà à l'affiche :
"L'Empire des sens de Boucher à Greuze" au Musée Cognacq-Jay
"Pierres précieuses" au Muséeum national d'Histoire naturelle
"Elles font l'abstraction" au Centre Pompidou
"Peintres femmes, 1780-1830 - Naissance d'un combat" au Musée du Luxembourg
"Moriyama – Tomatsu : Tokyo "à la Maison Européenne de la Photographie
"Tempêtes et Naufrages - De Vernet à Courbet " au Musée de la Vie romantique
"Edition Limitée - Vollard, Petiet et l’estampe de maîtres" au Petit Palais
"Divas - D'Oum Kalthoum à Dalida" à l'Institut du Monde Arabe
"L'Heure bleue de Peder Severin Krøyer " au Musée Marmottan
"Dali, l'énigme sans fin" à l'Atelier des Lumières
"Gaudi, architecte de l'imaginaire" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
"Médecin de nuit" d'Elie Wajeman
"Seize printemps" de Suzanne Lindon
"Josée, le tigre et les poissons" de Kotaro Tamura
"Il n'y aura plus de nuit" d'Eléonore Weber
Ciné en Bref avec :
"The Father" de Florent Zeller
"Adieu les cons" d'Albert Dupontel
"Promising Young Woman" d'Emerald Fennell
"ADN" de MAïwenn
"L'Etreinte" de Ludovic Bergery
"Garçon chiffon" de Nicolas Maury

Lecture avec :

"De la guerre" de Jean Lopez
"Hamnet" de Maggie O Farrell
"Les heures furieuses" de Casey Cep
et toujours :
"Minuit à Atlanta" de Thomas Mullen
"Les pièces manquantes" de Manon Gauthier
"Le roman des damnés" de Eric Branca
"La fille à la porte" de Veronica Raimo

Du côté des jeux vidéos :

Des streams tous les jours à 21H sur la chaine twitch de Froggy's Delight.

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 13 juin 2021 : Culture à gogo
- 6 juin 2021 : Sous le soleil, à peu près.
- 30 mai 2021 : enfin libre ?
- 23 mai 2021 : Tout le monde dehors
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=