Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Premières solitudes
Claire Simon  novembre 2018

Réalisé par Claire Simon. France. Documentaire. 1h40 (Sortie le 14 novembre 2018).

Premières solitudes. Réalisé par Claire Simon. Documentaire. France. Sortie le 14 novembre 2018. Le matin, ils arrivent au lycée. Les baskets aux pieds, le téléphone à la main, les écouteurs dans les oreilles. Ils rentrent dans le bâtiment par petites grappes.

On les voit de haut. Qui sont-ils, tous ces adolescents réunis, le temps de quelques années, entre les mêmes murs ? Cette question, quelques élèves du cours de cinéma du lycée Romain-Rolland d’Ivry se la posent entre eux, filmés par la caméra de Claire Simon qui a monté avec eux ce projet d’introspection collective.

Les élèves se mettent en scène, souvent deux à deux, dans des décors choisis, sans doute, par leurs soins. Le grand espace un peu triste du lycée qui leur est si familier devient peu à peu un espace intime, où ils s’approprient un bout de couloir, un carré de pelouse. La caméra et la discussion créent ces petites zones de sécurité où la parole se déploie.

On est loin, dans "Premières solitudes", des images traditionnelles ou alarmistes autour des lycéens. Il n’y a pas ici de type ou de clichés, simplement des jeunes gens qui apprennent à dire leurs craintes et leurs espoirs.

Chacun a sa manière de raconter son histoire. La parole est souvent fluide ; elle déborde parfois, à l’image de Hugo qui s’effondre en parlant de la relation difficile qu’il entretient avec un père distant. Ces histoires sont souvent lourdes, et les parents en sont le centre : divorces compliqués, impossibilité à communiquer, adoption. La première interrogatrice du film est l’infirmière scolaire, à qui une jeune élève vient confier ses difficultés ; plus tard dans le film, elle rend visite à son père sur son lieu de travail, un père avec lequel elle avoue avoir du mal à partager.

Et pourtant, le sourire de son papa, tout fier de voir sa fille, dit également l’amour, même muet, qui existe entre ces deux-là. Mais les figures d’adulte existent surtout au travers des récits, et les parents demeurent dans la grande majorité des cas sans visage.

Ce sont souvent des récits de manque. Les adolescents apprennent à se débrouiller tout seul, à créer un monde pour pallier l’absence. Il y a une grande nostalgie chez ces tout jeunes gens, le souvenir des moments de bonheur imprimés sur les photographies, bien rangées dans les albums de famille, le souvenir de liens faciles, évidents avec leurs parents, le temps des vacances ou d’un Noël. Ils ne savent plus très bien comment les renouer, ces liens, face à des adultes qui semblent souvent débordés par leur propre vie.

Pourtant, devant toutes ces histoires si intimes, ces confessions, on ne ressent jamais d’impression d’intrusion. Le spectateur ne se sent pas de trop, pas voyeur. Peut-être est-ce dû au fait que ce soit les adolescents qui s’interrogent entre eux. On voit rarement, au cinéma, la bienveillance, la compassion qui peut exister entre les adolescents.

Dans "Premières solitudes", tous ces jeunes gens prouvent qu’ils savent merveilleusement écouter, laisser parler. Sans se départir de leur humour, parfois mal à l’aise devant ce qu’ils découvrent les uns des autres, ils forment à chaque fois un auditoire attentif. Le spectateur se sent comme eux, respectueux de la parole parfois difficile, ému aux larmes devant cette tendresse.

Les élèves se rassemblent par groupe de plus en plus nombreux, créant de nouvelles dynamiques de parole. Peu à peu, le film s’éloigne du lycée pour conquérir la ville, Ivry d’abord, puis Paris. La parole peut naître partout, au fond d’un bus ou dans le Marais. Des amitiés réelles sont nouées, qui se poursuivent au-delà des murs du lycée.

Claire Simon filme souvent ces adolescents en mouvement : elle conserve les prises où on les voit parcourir le lycée ou les rues de Paris, les escaliers qu’on dévale en riant, les instants de grâce comme cette danse Bollywood qu’une jeune fille exécute avant de l’apprendre, vers la fin du film, à ses amies.

Même si le passé occupe une large place dans ce récit, le spectateur n’oublie jamais qu’il se trouve face à des êtres en train de se faire, en train d’aller, avec plus ou moins de peur, vers leur avenir. Des expériences de leur passé, ils tentent de tirer les leçons, de comprendre ce que signifie aimer, éduquer. Quoiqu’il en soit, ces enfants parfois trop vite grandis avancent avec résolution.

 

Anne Sivan         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 1er juin 2020 : Retour à la réalité

Le monde d'après ne sera sans doute pas mieux que celui d'avant. Ces 2 mois de répit n'auront sans doute servi qu'à amplifier les frustrations en tout genre. Sans prétendre y remédier voic de quoi vous détendre un peu avec notre sélection culturelle de la semaine.

vous pouvez également revoir notre première émission "La mare aux grenouilles" sur la Froggy's TV. Suivez la chaine pour ne pas rater émissions et concerts en direct.

Du côté de la musique :

"Nunataq" de Alexandre Herer
"Vodou Alé" de Chouk Bwa & The Angstromers
"Wallsdown" de Enzo Carniel
Interview de Jo Wedin et Jean Felzine à l'occasion de leur concert sur la Froggy's TV
"Pictures of century" de Lane
"Lullaby (mix #15)" nouvelle émission de Listen In Bed à écouter
"Introssessions" de Minhsai
"Guinea music all stars" de Moh! Kouyaté
"Parcelle brillante" de Orwell
"Evocacion" de Quatuor Eclisses
"Is this natural" de Tazieff
"EP 2" de The Reed Conservation Society
et toujours :
Interview de Roman Rappak autour de son nouveau projet Miro Shot
"Par défaut" de Antoine Hénaut
"Three old words" de Eldad Zitrin
"Night dreamer direct to disc sessions" de Gary Bartz & Maisha
"Mareld" de Isabel Sörling
"Miroir" de Jean Daufresne & Mathilde NGuyen
"Self made man" de Larkin Poe
"Notre dame, cathédrale d'émotions" de Maitrise Notre Dame de Paris
"Enchantée" de Marie Oppert
"Miroirs" de Quintet Bumbac

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

les créations contemporaines :
"Le Mardi à Monoprix" de Emmanuel Darley
"Lucide" de Rafael Spregelburd
"Le Royaume des animaux" de Roland Schimmelpfennig
"Délivre-toi de mes désirs" de María Velasco
"L'étudiante et Monsieur Henri" de Yvan Calbérac
de la comédie signée Pierre Palmade:
"Ma soeur est un chic type" de Pierre Palmade
"Pièce montée" de Pierre Palmade
"10 ans de mariage" de Alil Vardar
Au Théâtre ce soir :
"On dînera au lit" de Marc Camoletti
"Le canard à l'orange" de William Douglas Home
"L'Or et la Paille" de Barillet et Grédy
les classiques par la Comédie française :
"L'Avare" de Molière
"Les Rustres" de Goldoni
du côté des humoristes :
un spécial Christophe Alévêque à l'occasion de son inédit 2020 "Le trou noir"
avec
"Christophe Alévêque - Super rebelle... et candidat libre"
"Christophe Alévêque revient bien sûr"

"Christophe Alévêque - Debout"
et du théâtre lyrique revisité:
"Le Postillon de Lonjumeau" d'Adolphe Adam par Michel Fau
"Turandot" de Puccini par Robert Wilson
et de la caricature joyeuse avec "The Opera Locos"

Expositions :

découvrir la visite en ligne d'expositions virtuelles annulées :
"Giorgio de Chirico. La peinture métaphysique" au Musée de l'Orangerie
"Pompéi" au Grand Palais
et "Plein air, de Corot à Monet" au Musée des Impressionnismes de Giverny
s'évader en un clic en direction de la province :
à Nice pour une visite virtuelle du Musée Magnin et celle de l'exposition "Soulages, la puissance créatrice" à la Galerie Lympia
de l'Europe :
en Espagne vers le Musée Carmen Thyssen à Málaga
et en Allemagne avec la visite des 3 niveaux de la Kunsthalle de Brême
et plus loin encore aux Etats-Unis vers le Musée Isabella Stewart Gardner à Boston
et le Musée d'Art de Caroline du Nord à Raleigh
avant le retour sur Paris pour découvrir les éléments décoratifs de L’Opéra national de Paris

Cinéma at home avec :

de l'action :
"Code 211" de York Alec Shackleton
"Duels" de Keith Parmer
de la comédie : "Le boulet" de Alain Berbérian et Frédéric Forestier
du drame :
"Marion, 13 ans pour toujours" de Bourlem Guerdjou
"Happy Sweden" de Ruben Östlund
de la romance :
"Coup de foudre à Jaïpur" de Arnauld Mercadier
"Marions-nous !" de Mary Agnes Donoghue
du thriller :
"The Watcher" de Joe Charbanic
"Résurrection" de Russell Mulcahy
du fantastique : "Godzilla" de Masao Tamai
les années 40 au Ciné-Club :
"Boule de suif" de Christian Jaque
"Le carrefour des enfants perdus" de Léo Joannon
et un clin d'oeil au début du cinéma avec "Le Voyage dans la Lune" de Georges Méliès

Lecture avec :

"BeatleStones" de Yves Demas & Charles Gancel
"L'obscur" de Phlippe Testa
"La géographie, reine des batailles" de Philippe Boulanger
"Trouver l'enfant / La fille aux papillons" de René Denfeld
et toujours :
"J'aurais pu devenir millionnaire, j'ai choisi d'être vagabond" de Alexis Jenni
"Les Beatles" de Frédéric Granier
"Washington Black" de Esi Edugyan

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=