Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Tutto Ponti - Gio Ponti archi-designer
Musée des Arts Décoratifs  (Paris)  octobre 2018

Le Musée des Arts Décoratifs présente la première rétrospective en France consacrée à l'architecte et designer italien Gio Ponti considéré comme l'un des acteurs majeurs de l'architecture novatrice de l'après-guerre, l'inventeur de la discipline de l'architecture d'intérieur et fondateur de la célèbre et pérenne revue Domus.

Pour "Tutto Ponti - Gio Ponti archi-designer" Les commissaires Olivier Gabet et Dominique Forest, respectivement directeur et conservatrice en chef du département moderne et contemporain dudit musée, Sophie Bouilhet-Dumas, du Studio Bouilhet-Dumas, Salvatore Licitra, directeur de Gio Ponti Archives, et Chiara Spangaro, historienne d'art, ont sélectionné plus de quatre centaines de pièces pour retracer six décennies d'une prolifique carrière pluridisciplinaire.

Elle est scénographié par l’Agence Wilmotte & Associés avec la collaboration du graphiste Italo Lupi qui érige l'espace muséal, en l'occurrence la Grande nef du musée, en monument dédié avec une cimaise qui reprend les fenêtres hexagonales de la façade de la cathédrale de Tarente érigée dans les années 1960.

Gio Ponti : entre tradition et modernité, de l'artisanat d'art au design industriel et de l’infiniment petit à à l’infiniment grand.

Avec une sélection de 500 pièces, dont de nombreuses inédites, et selon la configuration de l'espace muséal, la monstration se développe en trois volets en commençant donc par le choeur de la Grande Nef avec les dessins, maquettes, photographies et films d'époque afférents aux grandes édifications architecturales de Gio Ponti et un panorama de sa publication Domus destinée à la promotion et la diffusion du désign italien.

Soient une centaine dans plus d'une dizaine de pays dont la moitié dans sa ville natale de Milan où il édifie avec le Tour Pirelli le premier gratte-ciel italien et le projet non retenu présenté pour le réaménagement des Halles de Paris, qui attestent de son style syncrétique.

Pour ces bâtiments qui vont du style néo-palladien de l'Université de Padoue au Novecento revisité pour l’immeuble Borletti puis au moderniste rationaliste des années 1930 dont Gio Ponti conçoit également un mobilier fonctionnel sur mesure.

En matière d'architecture d'intérieur, son dogme se décline en deux fondamentaux - un art de vivre et une conception de design total qui se traduisent par la légèreté des volumes et de la finesse de la ligne en sculptant la lumière et en osant la couleur.

Il le déploie tant les bâtiments de prestige tel le Palazzo del Bo, siège de l'Université de Padoue, dans lequel des fresques d'inspiration néo-classiques voisinent avec le mobilier moderne, que des hôtels de luxe comme le Parco dei Principi à Sorrente et les demeures privées d'exception à l'instar de la célèbre Villa Planchart à Caracas.

Ainsi la Galerie Rivoli est-elle ordonnée en "period-rooms" avec la reconstitution de quelques uns des réalisations emblématiques du style Ponti qui investit tout l'espace du sol au plafond avec parfois des points d'orgue coloré tels les variations sur le bleu, le fameux "Bleu Ponti", sa couleur fétiche.

Ce bleu s'inspire d'une des couleurs qui, avec le jaune, caractérise la majolique dont le décor était peint sur un émail bleu, la faïence de l'époque de la Renaissance, source d'inspiration récurrente de Gio Ponti.

Celle-ci se retrouve dans le domaine des arts appliqués dans lequel s'est illustré Gio Ponti considéré comme "le Parrain du design italien", peut-être moins connu du grand public que ses cadets, compatriotes et homologues, "le pape de l'anti-design" Ettore Sottsass avec son audace graphique et "le créateur de rêves" Piero Forsanetti avec son baroque décoratif

La galerie côté Tuileries est consacrée aux arts appliqués avec les créations ressortant au design "Made in Italy" du fonctionnel au décoratif avec objets d'art, mobilier, luminaires et arts de la table qui, là encore, attestent d'un éclectisme stylistique.

D'une part, le néo-classissisme sous influence de la Renaissance italienne ("Urne "La passagietta archeologica", "La mano della fattucchiera", l'assiette "Donatella", "La Conversazione Classica", "Vaso delle donne e della architteture").

D'autre part, l'épure art déco avec la théière "Aero", la machine à café aérodynamique "La Cornuta" ou les formes confectionnées pour l'orfèvre Lino Sabattini

Gio Ponti a régulièrement travaillé avec les artisans d'excellence de son temps, Venini, le maître du verre à Murano, la grande maison parisienne Christofle et la manufacture de porcelaine Richard Ginori dont il a assuré la direction artistique auxquels il a apporté le souffle d'une modernité qui résonne encore avec les aspirations et goûts contemporains.

Le visiteur passionné pourra utilement consulter le site officiel Gio Ponti Archives qui permet également d'acquérir certaines pièces rééditées.

 

En savoir plus :

Le site officiel du Musée des Arts Décoratifs

Crédits photos : MM
avec l'aimable autorisation du Musée des Arts Décoratifs


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 24 mai 2020 : Culture pour tous !

Toujours pas de festival, de théâtre, de concert, et autres ouvertures de lieux de réjouissances diverses sinon quelques passe droits pour les amis de Manu. En espérant que tout rentre dans l'ordre et que l'on retrouve le plaisir du spectacle vivant bientôt. Soyez prudents, sortez couverts et restez curieux !

Du côté de la musique :

Interview de Roman Rappak autour de son nouveau projet Miro Shot
"Par défaut" de Antoine Hénaut
"Three old words" de Eldad Zitrin
"Night dreamer direct to disc sessions" de Gary Bartz & Maisha
"Mareld" de Isabel Sörling
"Miroir" de Jean Daufresne & Mathilde NGuyen
"Self made man" de Larkin Poe
"Notre dame, cathédrale d'émotions" de Maitrise Notre Dame de Paris
"Enchantée" de Marie Oppert
"Miroirs" de Quintet Bumbac
et toujours :
"Chante-nuit" de Facteurs Chevaux
"9 songs" de Pierre
"Sex education" de Ezra Furman
"Cage meet Satie" de Anne de Fornel et Jay Gottlieb
Interview de Batist & the 73' réalisé à l'occasion de son live Twitch dont des extraits accompagnent cette entretien
"Hundred fifty roses" de Dune & Crayon
"F.A. Cult" de Hermetic Delight
"Love is everywhere" de Laurent Bardainne & Tigre d'Eau Douce
"Hum-Ma" de Les Enfants d'Icare
"Spirals" de Sébastien Forrestier

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"Frida jambe de bois" de Pascal Rinaldi en vidéo
le diptyque Arne Lygre mis en scène par Stéphane Braunschweig :
"Je disparais" en vidéo
"Rien de moi" en vidéo
des comédies :
"Alors on s'aime"
"L'Appel de Londres"
"Hier est un autre jour"
du divertissement :
"On ne choisit pas sa famille"
"Double mixte"
du vaudeville avec "Le Système Ribadier"
du côté des humoristes :
"François Rollin - Colères"
"La Teuf des Chevaliers du fiel"
"Franck Duboscq - Il était une fois"
Au Théâtre ce soir :
"Le canard à l'orange"
"Le prête-nom"
"Deux hommes dans une valise"
des classiques par la Comédie française :
"Le Petit-Maître corrigé" de Marivaux
"Cyrano de Bergerac" d"Edmond Rostand
et aller à l'opéra pour :
"Fortunio" d'André Messager
"Falstaff" de Verdi

Expositions avec :

les visites commentées par les commissaires d'expositions qui se sont tenues au Musée Jacquemart-André :
"Hammershøi, le maître de la peinture danoise" en vidéo
et "La collection Alana - Chefs-d'oeuvre de la peinture italienne"
partir en province pour découvrir en images le Musée d'Art Moderne et Contemporain de Strasbourg
et le Musée des Beaux-Arts de Nancy
puis en Europe en Espagne le Musée national Thyssen-Bornemisza à Madrid
en Allemagne au Städel Museum à Francfort
ailleurs au Brésil à la Pinacothèque de Sao Paulo
et au Japon au Ohara Museum of Art à Kurashiki
avant de revenir dans l'Hexagone pour une déambulation virtuelle dans le Petit Palais

Cinéma at home avec :

du drame : "Aime ton père" de Jacob Berger
de l'espionnage : "Les Ennemis" d'Edouard Molinaro
du thriller : "The Unseen" de Geoff Redknap
du thriller fantastique avec "La Neuvième Porte" de Roman Polanski
du divertissement :
"Cassos" de Philippe Carrèse
"Promotion canapé" de Didier Kaminka
"Les Frères Pétard" de Hervé Palud
de glorieux péplums italiens avec Steve Reeves :
"Les Travaux d'Hercule' de Pietro Francisci en VO
"La Bataille de Marathon" de Jacques Tourneur, Mario Bava et Bruno Vailati en VF
du western :
"L'Homme aux colts d'or" d'Edward Dmytryk
"Chino" de John Sturges
au Ciné Club, du cinéma français des années 30 :
"Mister Flow" de Robert Siodmak
"La Banque Némo" de Marguerite Viel
"Les amours de minuit" d'Augusto Genina et Marc Allégret
"Ces messieurs de la santé" de Pierre Colombier
et des films récents en DVD :
"Deux" de Filippo Meneghetti
"Les Eblouis" de Sarah Suco
"La Dernière vie de Simon" de Léo Karmann

Lecture avec :

"J'aurais pu devenir millionnaire, j'ai choisi d'être vagabond" de Alexis Jenni
"Les Beatles" de Frédéric Granier
"Washington Black" de Esi Edugyan
et toujours :
"Là où chantent les écrevisses" de Delia Owens
"Les lumières de Tel Aviv" de Alexandra Schwartzbrod
"Faites moi plaisir" de Mary Gaitskill
"La chaîne" de Adrian McKinty
"Incident au fond de la galaxie" de Etgar Keret

Froggeek's Delight :

Des lives jeux vidéo (mais aussi des concerts) tout au long de la semaine sur la chaine Twitch. Rejoignez la chaine et cliquez sur SUIVRE pour ne rien rater de nos diffusions.

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=