Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Emma Solal
Interview  (Paris)  mercredi 10 octobre 2018

Rencontre avec Emma Solal à la suite de la sortie de son album L'Amour, et c'est tout, l'occasion d'une session Froggy's Delight.

Emma Solal, merci de nous accueillir chez toi pour cette session Froggy’s Delight. Pourrais-tu nous parler un peu de ton parcours et de tes influences ?

Emma Solal : Avec plaisir ! J’ai commencé avec un répertoire de chansons plutôt "jazzy". J’ai sorti un premier album qui s’appelle Robe du soir paru en 2012 : des compositions originales écrites en partie par moi-même, plus d’autres titres qui m’ont été offerts par des amis artistes. J’ai notamment travaillé avec Pierre Faa qui a réalisé et écrit plusieurs chansons sur ce premier disque ; une très belle et étroite collaboration. Ensuite pendant 3 ans, j’ai tourné avec un spectacle de reprises de Françoise Hardy en version jazzy, qui a donné lieu à un album également. Ce spectacle a été joué trois années de suite sur la scène du théâtre des déchargeurs à Paris. Ensuite, j’ai eu envie de changer de couleur musicale, avec des ambiances plus contemporaines et plus électro…

Tu parles du jazz qui est une musique exigeante. En tant qu’interprète, as-tu reçu des formations techniques ? Vocale par exemple ?

Emma Solal : Non, pas en jazz. Ma technique vocale vient essentiellement du classique. J’ai pris pas mal de cours de chant classique. J’ai chanté dans plusieurs chorales également...

Des chorales de gospel ?

Emma Solal : Non, des chorales classiques : Fauré, Poulenc, Mozart… Mais j’écoutais beaucoup de chanson et de jazz en parallèle, Ella Fitzgerald notamment…

Tu pianotes un petit peu ?

Emma Solal : Oui, on peut dire ça. Cependant, Pierre Faa m’a orientée vers un arrangeur qui avait à la fois la culture chanson et jazz. Une personne prof de bugle à Nancy. Je ne sais pas si tu vois ce que c’est que le bugle ?

Non, pas du tout, qu’est-ce que c’est ?

Emma Solal : C’est un instrument un peu comme une trompette.

Ah oui je vois alors, avec un son bien tradi, un peu "chasse à courre" ?

Emma Solal : Oui, c’est ça, un peu chasse à courre (rire)… Du coup, c’est lui qui avait arrangé mon premier album : Joël Ducourneau. A cette époque, j’écoutais pas mal Jeanne Moreau, de chansons italiennes, de jazz vocal mais aussi Keith Jarrett et des choses un peu plus contemporaines. En fait, mon premier album reflète vraiment ce que j’écoutais et ce que j’aimais à l’époque.

Je vois, de la chanson acoustique, avec des accords un peu jazzy ?

Emma Solal : Exactement !

Du coup, tu as entamé une transition si l’on peut dire, tu as eu envie de sonorités plus actuelles ?

Emma Solal : Absolument. Il y a environ deux ans, j’ai commencé à écouter d’autres musiques aux sonorités qui suivaient un peu la tendance. J’ai aussi eu envie d’un son plus pop, plus léger, tout en gardant une certaine exigence pour le texte, parce que ça j’y tiens ! Donc l’expression en français évidemment ! Cependant, j’avais vraiment envie de me frotter à un autre répertoire. Dans L’Amour et c’est tout, mon nouvel album, il n’y a que des claviers et pas d’acoustique du tout.

Pour ce nouveau projet, t’es-tu entourée d’un arrangeur ? Comment s’est passée la réalisation ?

Emma Solal : Nicolas Vidal a écrit et composé les trois-quarts des chansons de l’album. Puis il m’a fait écouter ce qu’il faisait avec Valentin Aubert et j’ai trouvé ça génial. J’ai vraiment eu très envie de travailler avec eux deux. Ils ont réalisé et arrangé mon album. Tout s’est fait de manière très fluide et très agréable.

Quelle est ta contribution créatrice dans le projet ?

Emma Solal : Je n’ai rien écrit, ni composé… Enfin si, un petit morceau de texte en italien. Mais la plupart des chansons m’ont été offertes par d’autres artistes comme Pierre Faa, Eric Chemouny, Nicolas Vidal, Constance Petrelli ou encore Jérémie Kisling…

Tu as toujours été plus interprète qu’auteur-compositeur ?

Emma Solal : Sur mon premier album, j’avais écrit trois chansons. J’espère que j’aurai l’occasion d’écrire davantage à l’avenir mais dernièrement, la vie étant ce qu’elle est et avec mes autres activités à côté, cela n’est pas si simple.

D’un autre côté, tu as plusieurs cordes à ton arc, tu as déjà travaillé le spectacle et ça, ce n’est pas donné à tout le monde, surtout dans la pop (et à la différence de la chanson traditionnelle) ?

Emma Solal : J’ai toujours aimé ça. Sur mon spectacle de Françoise Hardy, il y avait bien entendu de la mise en scène mais aussi des moments de lecture… J’adore vraiment le spectacle vivant et cette démarche plutôt littéraire. Je pense que les nouvelles chansons de cet album sont fidèles à cet esprit. Même si je ne les ai ni écrites ni composées, je les ressens au plus profond de moi.

Quand le disque est-il sorti ?

Emma Solal : Il est sorti récemment, le 28 septembre. Mon dernier concert, c’était à l’Hôtel Pigalle le 11 octobre dernier. Pour le moment, pas d’autres dates en vue, mais je recherche activement.

Dans la chanson que tu nous as interprétée tout à l’heure, il est question de Monica Vitti. Peux-tu nous préciser qui est Monica Vitti ?

Emma Solal : Elle est une grande actrice de la nouvelle vague italienne. Antonioni, La Notte, Delon… C’est une figure qui me plaît beaucoup, d’autant plus que j’ai des origines italiennes. J’ai vécu à Florence pendant 4 ans et passé beaucoup de temps en Italie étant plus jeune. Je passais tous mes étés en Toscane chez mes grands-parents pendant les vacances.

Et tu parles italien couramment ?

Emma Solal : Oui, oui (rire). Et donc Nicolas a su capter beaucoup de choses qui me sont très personnelles dans ses chansons.

Et puis tu nous as fait cette très sympathique reprise "Sarà perché que ti amo", standard des années 80, chanson de la grande époque de la variété italienne. Nous aussi, français qui avons été inondés de cette variété là à la fin des années 80, nous sommes forcément pleins de nostalgie à l’écoute de cette chanson. Pourquoi avoir choisi celle-là plutôt qu’une autre ?

Emma Solal : Premièrement, j’adore les duos, je trouve ça hyper efficace. Et puis là, on est vraiment dans la variété italienne très théâtrale, très forte. C’est aussi une chanson que j’écoutais plus jeune, en famille avec mes grands-parents, c’est un peu ma madeleine de Proust.

Des liens pour te retrouver ?

Emma Solal : Mon site, Deezer, Spotify pour les albums bien sûr. J’ai deux clips qui sont sortis, à voir sur YouTube : "L’Amour et c’est tout" ainsi que "Baisers illicites" réalisés tous deux par Christophe Leopold Lafond.

Merci Emma Solal.

Emma Solal : Merci à toi.

Retrouvez Emma Solal
en Froggy's Session
pour 3 titres en cliquant ici !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Messages personnels de Emma Solal

En savoir plus :
Le site officiel de Emma Solal
Le Bandcamp de Emma Solal
Le Soundcloud de Emma Solal
Le Facebook de Emma Solal

Crédits photos : Thomy Keat (retrouvez toute la série sur Taste Of Indie)


Cyril Adda         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 12 juillet 2020 : Un air d'été

On entre dans la saison des vacances, pour vous comme pour nos chroniqueurs. Vous nous retrouverez tout l'été quand même avec des éditions web plus légères et toujours notre Froggy's TV bien sûr avec La Mare Aux Grenouilles et plein d'autres émissions. c'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

La Mare Aux Grenouilles #6, sommaire et replay
"Noshtta" de L'Eclair
"Moderne love" de Toybloid
  "Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet
"INTENTA experimental & electronic music from Switzerland 1981-93" par divers artistes
"Jimmy Cobb" mix #19 de Listen In Bed
"Chausson le littéraire" de Musica Nigella & Takenori Nemoto
"Alessandro Scarlatti, il Martirio di Santa Teodosia" de Thibault Noally & l'Ensemble Les Accents"
et donc La Mare Aux Grenouilles numéro #5 avec la liste de ce qui a été abordé et le replay.

Au théâtre :

en salle :
"Littoral" au Théâtre de la Colline
"Karine Dubernet - Souris pas" au Point Virgule
et dans un fauteuil de salon :
des créations :
"Yvonne princesse de Bourgogne" par Jacques Vincey
"Lucrèce Borgia" par Lucie Berelowitsch
"La Dernière neige" de et par Didider Bezace
"Pinocchio" de Joël Pommerat
"Soulever la politique" de Denis Guénoun
"Je marche dans la nuit par un chemin mauvais" de et par Ahmed Madani
Au théâtre ce soir :
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"Le Tombeur" de Robert Lamoureux
"Une cloche en or" de Sim
du boulevard :
"Si c'était à refaire" de Laurent Ruquier
"Face à face" de Francis Joffo
du côté des humoristes :
"Bernard Mabille sur mesure"
"Christophe Alévêque est est Super Rebelle... et candidat libre !"
et finir l'Opéra :
avec du lyrique :
"Le Balcon" de Peter Eotvos par Damien Bigourdan
"Orlando furioso" de Antonio Vivaldi par Diego Fasolis
"La Flûte enchantée" de Mozart par Romeo Castellucci
et du ballet avec deux créations étonnantes : "Raymonda" de Marius Petipa et "Allegria" de Kader Atto

Expositions :

les expositions en "real life" à ne pas manquer :
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Les Contes étranges de N.H. Jacobsen" au Musée Bourdelle
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma at home avec :
le cinéma contemporain
"A woman at war " de Benedikt Erlingsson
"Lulu" de Uwe Janson 
"L'Apotre" de Cheyenne Carron
"La tendresse" de Marion Hänsel
"Crawl" de Herve Lasgouttes
"Nesma" de Homeïda Behi
le cinéma culte des années 1920 :
"Le cuirassé Potemkine" de Sergueï Eisenstein
"Nosferatu le vampire" de Friedrich Wilhelm Murnau
"Le Cabinet du docteur Caligari" de Robert Wiene
"Les Deux Orphelines" de D.W. Griffith
et l'entre deux avec les années 1970 :
"Mado"de Claude Sautet
"La Traque" de Serge Leroy
"La femme du dimanche" de Luigi Comencini
et retour au 2ème millénaire avec de l'action :
"Lara Croft : Tomb Raider, le berceau de la vie" de Jan De Bont
"Blade Trinty" de David S. Goyer
avant de conclure en romance avec : "Un havre de paix  de Lasse Hallström

Lecture avec :

"La Chine d'en bas" de Liao Yiwu
"La nuit d'avant" de Wendy Walker
"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 12 juillet 2020 : Un air d'été
- 5 juillet 2020 : Un avant goût de vacances
- La Mare Aux Grenouilles #05
- 28 juin 2020 : Nouvelle Vague ?
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=