Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Parce que le le veux bien
Manufacture des Abbesses  (Paris)  décembre 2018

Monologue dramatique de Bernard Besserglik interprété par Christiane Corthay dans une mise en scène de Sylvain Corthay.

L'héritière du Groupe L'Oréal et première fortune de France, Liliane Bettencourt fut au coeur d'une affaire défrayant la chronique pendant une décennie qui démarre en 2007 avec la plainte portée par sa fille à l'encontre du photographe-écrivain François-Marie Banier qui, bénéficiant depuis vingt ans de ses largesses, venait d'être érigé par la nonagénaire comme son légataire universel.

Cet épiphénomène quasi anecdotique que constitue l'abus de faiblesse sur de riches personnes âgées qui, en l'espèce, s'est révélé comme un brin de laine qui dévida la pelote d'une saga politico-judiciaro-financière réunissant tous les ingrédients propices à inspirer les auteurs de théâtre, du boulevard avec "Parce que je la vole bien" de Laurent Ruquier à la tragédie familiale avec le "Bettencourt Boulevard" de Michel Vinaver.

Entre ces deux registres s'insère la partition à une voix de Bernard Besserglik, journaliste reconverti à l'écriture, qui, sous le titre "Parce que je le veux bien", présente sous forme de réponses à des interviews virtuelles, une judicieuse compilation des faits dans une version énoncée par la protagoniste centrale sans jamais citer un nom et évoquant subtilement, de manière conjecturale, sa part d'ombre.

Ainsi la milliardaire, momifiée oedipienne dans l'admiration de la toute puissante figure paternelle au passé trouble que n'a pas rompu le mariage avec un prince consort imposé aux moeurs contraires, découvre la vie avec un mignon du Tout Paris et bel ami maupassantien dont elle devient la mécène et auquel, par générosité, elle aime faire des cadeaux, car elle le peut bien et cela lui coûte si peu, qualité que partage le bénéficiaire puisque, selon elle, il a la générosité d'accepter ses cadeaux.

Dans une sobre scénographie de coin-salon impersonnel réalisé par Aurélien Maillé, et sous la direction attentive de Sylvain Corthay, une belle comédienne livre une prestation émérite qui ne cède jamais à la tentation du numéro d'acteur.

Christiane Corthay apporte une vraie humanité à une femme qui, sur le tard, s'est voulue - et crue libre - et qui, nonagénaire désemparée, à un crépuscule assombri par le ramollissement cérébral et les exactions de ses proches, porte un regard rétrospectif sur son destin de petite fille riche révélant, sur fond de liaisons dangereuses entre argent et politique, une personnalité complexe entre fragilité, naïveté et prosaïsme.

Du très beau travail.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=