Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce L'amour debout
Michaël Dacheux  janvier 2019

Réalisé par Michaël Dacheux. France. Drame. 1h23 (Sortie 30 janvier 2019). Avec Paul Delbreil, Adèle Csech, Samuel Fasse, Jean-Christophe Marti, Thibaut Destouches, Shirley Mirande, Pascal Cervo et Françoise Lebrun.

Ces temps-ci, le cinéma français donne de bonnes nouvelles. Après "Un violent désir de bonheur" de Clément Schneider, "Ma vie avec James Dean" de Dominique Choisy, voilà "L'amour debout" de Michaël Dacheux qui s'inscrit clairement dans les pas d'Eric Rohmer, même s'il se met cinéphiliquement plutôt dans ceux de Jean Eustache.

On dit et on maintient Eric Rohmer comme référence de son premier film parce qu'on y découvre le même plaisir à filmer Paris et un Paris très personnel, la même envie de faire un film dans lequel, si on est attentif, on apprend des choses (et ce n'est pas un hasard si Léa est guide dans Paris et si Tristan, le logeur de Martin, fait des expériences au Palais de la Découverte) et le même goût pour les personnalités aussi singulières en tant que personnages qu'en tant que personnes (comme Jicé, Jean-Christophe Marti le compositeur lunaire à la sauce boulézienne)

A la différence de Rohmer, Michaël Dacheux ne recherche pas des héros forcément "beaux". A l'ère des selfies et du numérique où tout le monde n'hésite pas à "partager" ses photos, l'esthétique rohmérienne est peut-être la seule chose qui ne fait plus recette.

Les "rohmériennes" de Michael Dacheux sont franchement quelconques, mais, en contrepartie sont moins naïves et moins bavardes. N'empêche qu'Alicia, la "coloc" de Léa est un vrai personnage digne de "la" Rosette de Rohmer et qui prend, peu à peu, scène après scène où elle apparaît, de la consistance et de la drôlerie.

Bien évidemment, il n'aurait pas été question que Martin quitte Léa pour un garçon dans le cinéma d'Eric Rohmer, ni qu'il montre ses attributs. Mais il faut bien qu'il y ait des preuves dans le cinéma de 2018 que les temps ont un peu changé depuis "Le Genou de Claire" ou même "La Maman et la putain", film emblématique d'un réalisateur pré-quadragénaire qu'on sent vraiment heureux d'avoir pu embarquer François Lebrun dans son premier long-métrage.

Ce que "L'amour debout" de Michaël Dacheux partage avec ses grands devanciers qu'il considère sans doute comme ses maîtres, c'est une énorme bienveillance avec tous ses personnages.

Aucun n'est jamais négligé ni humilié dans un plan indigne. Au contraire, tous ont leur chance. Ainsi, Bastien, le beau garçon qui tend les bras à Martin et lui ouvre les portes de l'homosexualité, initie une très jolie scène qui se termine dans un bar gay.

Pareillement les amis de Martin qui ne pourraient être là que pour faire avancer l'action finissent par revenir. Dacheux réussit particulièrement bien les scènes conviviales où les uns et les autres se retrouvent à des degrés de connaissances diverses et qui aboutissent finalement à des tablées où il fait bon être et où l'on a l'air de bien manger et en agréable compagnie.

Avant de laisser chacun découvrir cette agréable ambiance que "L'amour debout" de Michaël Dacheux génère, il faudrait peut-être rappeler qu'à l'origine le film raconte la séparation de Léa et Martin et qu'on les suit, chacun de leur côté, dans l'après de leur douloureuse séparation. C'est donc un joli conte sur la vie qui suit un amour défait qui est tout sauf une défaite.

Qu'on se le dise : on est bien dans ce film qu'il faut éviter de rater surtout si l'on aime Eustache et Rohmer, et qu'on espère être le premier film d'une longue série d'oeuvres qui auront la même simplicité, la même sincérité et le même appétit de filmer avec curiosité des gens qui le méritent.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 07 juillet 2024 : La culture, pour toujours

Les grenouilles prennent la route d'Avignon et nous vous livrerons nos chroniques quasiment au jour le jour exceptionnelement ! En attendant, voici le programme de la semaine. Pensez aussi à nous suivre sur nos réseaux sociaux.

Du côté de la musique :

"Les chants de l'aurore" de Alcest
quelques clips à découvrir : Dropdead Chaos, MATW, For the Hackers, Elias Dris, CXK
Festival Chauffer la Noirceur #32, nous y serons avec Gogol Bordello, Glauque, Mike Love et quelques autres
"Shame" de Venice Bliss
et toujours :
"Locust land" de Bill MacKay
"Flash-back" de de Laurène Heistroffer Durantel
"Hommage à Nadia Boulanger" de Lola Descours
"All things shining" de Oh Hiroshima
"Deutche theatre Berlin trilogy" de PC Nackt et Nico van Wersch
"Le seum" de Resto Basket
"Times" de Seppuku
des festivals à venir : U Rock Party #3, Cooksound #13, La Guinguette Sonore #7
quelques clips : BEBLY - Lofofora - Chien Méchant - Wendy Pot - Cloud House - JMF Band
on termine la saison du Morceau Caché par "Émission 33 - Alt-J, The Dream, analyse par Alt-J"

Au théâtre :

Spéciale Avignon :
"Normal" à La Scala Provence
"Le poids des fourmis" au Théâtre La Manufacture
"Les enchanteurs" au Théâtre des Gémeaux
"Cyborg Experiments #1" au Théâtre La Factory
"Cet amour qui manque à tout amour" au Théâtre Chapau Rouge
"Rêveries" au Présence Pasteur, salle Jacques Fornier
"160 000 enfants" au Théâtre des Lilas
"Anne Chrsitine et Philippe" au Tiers lieu La Respelid'/Carmel
"Blanc de blanc" au Théâtre Transversal
"Classement sans suite" au Théâtre La Luna
et également toutes les chroniques par théâtre :
Le récapitulatif des tous les spectacles d'Avignon chroniqués chez Froggy

Cinéma avec :

Saravah" de Pierre Barouh
"La récréation de juillet" de Pablo Cotten et Joseph Rozé

"El profesor" de Marie Alché & Benjamin Naishtat

"Six pieds sur terre" de Hakim Bensalah
"Nouveau monde" de Vincent Capello
et toujours :
"La Gardav" de Thomas et Dimitri Lemoine
"Heroico" de Davis Zonana
"Roqya" de Saïd Belktibia
"L'esprit Coubertin" de Jérémie Sein

Expos avec "Résistance" de l'artiste Ukrainien Pinhas Fishel, Pavillon Davioud

Lecture avec :

Nos polars de l'été :
"7m2" de Jussi Adler Olsen
"La meute" de Olivier Bal
"Les effacées" de Bernard Minier
"Norferville" de Franck Thilliez
et toujours :
"Délivrées" de Delilah S. Dawson
"Un autre eden" de James Lee Burke
"Joli mois de mai" de Alan Parks
"Se perdre ou disparaitre" de Kimi Cunningham Grant
"Vic Chestnutt, le calme et la fureur" de Thierry Jourdain
"La cité des mers" de Kate Mosse
"Merci la résistance !" par un Collectif d'auteurs
"Mon homme marié" de Madeleine Gray
"Rien de spécial" de Nicole Flattery
"Le temps des cerises" de Montserrat Roig
"Neuf mois" de Philippe Garnier
"De sable et d'acier" de Peter Caddick-Adams
"Je ne suis pas un héros" de Eric Ambler
"Après minuit" de Gillian McAllister

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=