Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce L'appel
Fanny Wallendorf  (Editions Finitude)  janvier 2019

Et merde. C’est ce que je me suis dit pendant plusieurs années à l’approche de ce cours consistant à sauter sur un matelas placé derrière un élastique tendu en hauteur. L’exercice d’une stupidité évidente consistait d’abord à "trouver son pied d’appel", que je n’ai jamais trouvé, suscitant les ricanements mal camouflés de mon prof de sport, dont le métier consistait à s’asseoir sur une chaise de bois et donner des ordres grotesques (courir sans être poursuivi, lancer des bâtons dans le gazon, sauter à cloche-pied et j’en passe…) à la masse de collégiens dont je faisais partie.

Je savais bien que cette manière de sauter en hauteur avait en son temps été la géniale trouvaille d’un jeune athlète peu doué pour le saut en hauteur, mais à part la liesse fugace éprouvée à la réception sur le moelleux du matelas (dont il fallait dégager fissa) je n’ai jamais compris l’intérêt de ce sport. Alors que Fanny Wallendorf lui rend presque hommage dans son premier roman L’appel.

Tombée par hasard sur le cliché du visage en gros plan de Dick Fosbury, avant le saut qui le sacrera champion olympique de saut en hauteur à Mexico en 1968, l’auteure succomba à l’intensité du regard du jeune athlète et décida d’y consacrer son premier roman. Non, il ne s’agit pas d’une biographie, d’ailleurs, le sport n’est pas le sujet central à proprement parler de L’appel¸ mais bien d’une véritable aventure humaine faite de rêves et d’obstination. Touchant.

Car oui, c’est bien grâce à ce Dick que j’eus la chance de pouvoir essayer de sauter en hauteur après une course en demi-cercle, suivie d’une impulsion et d’une incompréhensible rotation, puis d’un atterrissage dans le moelleux d’un matelas, sur le dos. Auparavant, le saut était effectué en ciseaux, carrément casse-gueule. Et ridicule.

Fanny Wallendorf baptise son héros Richard, et c’est le lent et courageux déploiement de sa vocation qui fait le fil du roman. De ses échecs, il a sur le bout les orteils ce quelque chose qui ne se laisse pas attraper facilement, cette intuition qu’il peut y arriver, mais pas comme ça. Il court, persuadé que c’est dans la course que se trouve la solution à ses échecs. Il n’est pas capable d’effacer ces fichus 1,62m. Minable.

Et pourtant, il continue de poursuivre cette chimère qui lui dicte d’essayer autre chose. Un énergumène du saut en hauteur a créé le saut ventral, grâce auquel il bat des records. Ce petit détail ouvre la porte de l’inconscient de Richard, forcé de contourner un arbre en rallongeant sa course avant le saut, il effectue une rotation et ressent le feu de la trouvaille : c’est ça, il sent la force de l’impulsion, il retente, encore et encore, et réussit. Dépassement.

L’appel est le récit d’un parcours sportif atypique, d’un artiste qui a du bien souvent faire face aux préjugés et aux idées préconçues, et ce n’est qu’en écoutant son Jiminy Cricket intérieur qu’il se trouva. Son objectif était bien de réaliser sa prouesse, de repousser ses limites, et non de devenir une légende, ce qu’il devint malgré tout. A l’instinct.

De quoi rendre le sport poétique.

 

Nathalie Bachelerie         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco

• Edition du 2020-08-09 :
Retour de service - John le Carré
Un océan, deux mers, trois continents - Wilfried N'Sondé

• Edition du 2020-08-02 :
Nous avons les mains rouges - Jean Meckert
 

• Archives :
Il était deux fois - Franck Thilliez
La goûteuse d'Hitler - Rosella Postorino
Summer mélodie - David Nicholls
Fleishman a des ennuis - Taffy Brodesser-Akner
Bruno Piszczorowicz - Interview
La nuit d'avant - Wendy Walker
La Chine d'en bas - Liao Yiwu
Oeuvres Complètes II - Roberto Bolano
Isabelle, l'après-midi - Douglas Kennedy
Les ombres de la toile - Chris Brookmyre
Un été norvégien - Einar Már Gudmundsson
Be my guest - Priya Basil
Les jours brûlants - Laurence Peyrin
La faiblesse du maillon - Eric Halphen
De Gaulle sous le casque - Henri de Wailly
Une immense sensation de calme - Laurine Roux
Mauvaise graine - Nicolas Jaillet
Le jour où Kennedy n'est pas mort - R. J. Ellory
L'iguane de Mona - Michaël Uras
MotherCloud - Rob Hart
Et les vivants autour - Barbara Abel
Trahison - Lilja Sigurdardóttir
Fanny Chassain-Pichon - Interview
De Wagner à Hitler - Fanny Chassain-Pichon
L'enfer commence avec elle - John O'Hara
BeatleStones - Yves Delmas & Charles Gancel
La géographie, reine des batailles - Philippe Boulanger
L'obscur - Philippe Testa
Trouver l'enfant / La fille aux papillons - René Denfeld
Washington Black - Esi Edugyan
- les derniers articles (11)
- les derniers expos (31)
- les derniers films (2)
- les derniers interviews (28)
- les derniers livres (2025)
- les derniers spectacles (1)
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=