Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Genèse et Médée
Théâtre L'Etoile du Nord  (Paris)  février 2019

Spectacle conçu à partir de textes-poèmes de Jean-Michel Rabeux interprété par Carlotta Sagna dans une mise en scène de Sylvie Reteuna.

La scène s’anime d’abord de petits bruits, chants d’oiseaux et autres animaux, sons de la nature. Sept cercles de lumières sur le mur du fond s’allument progressivement alors qu’émerge de l’obscurité une forme étrange.

La lumière (Jean-Claude Fonkenel) multicolore associée à l’ambiance sonore (Thierry Balasse et Eric Sterenfeld) plonge la scène dans un désordre frénétique et illuminé alors que s’est déployée Carlotta Sagna.

Le corps de l’artiste prend possession du plateau nu, jouant avec une beauté désarticulée de son corps et de la multitude d’instruments fixer sur son corps. Klaxons sur les tempes, xylophone sur la jambe, sa voix emplie soudainement la salle. Avec son ventre de femme enceinte, Carlotta Sagna est la Genèse.

Le texte de Jean-Michel Rabeux reprenant la construction du premier au septième jour de la création du monde est rythmé par des moments de frénésie du corps - celle, brouillonne, d’un début d’humanité ? - et par les sons dégagés par le corps instrument de la danseuse. Par cette figure sont énoncées la création de l’homme, de la mort, de la violence, et de la désolation.

Les bruitages produits par son corps n’apaisent pas l’atmosphère ambiante mais renforcent au contraire le message inquiétant de cette forme portant la vie en continuel mouvement.

Elle est à l’origine de tout, ou plutôt son ventre l’est; lui qui accorde à l’homme "le droit à l’appropriation" comme "le droit au génocide". La voix de Carlotta Sagna, posée, d’une puissance saisissante, tranche avec le déchainement chorégraphié de son corps et la violence des mots déclamés.

Si le noir tombe sur le fracas assourdissant qui marque la fin de cette première et déconcertante partie de "Genèse et Médée", c’est pour laisser place à une lumière bleutée émanant cette fois du bas du mur du fond. L’atmosphère est plus moderne, plus "réaliste".

Le visage de Carlotta Sagna apparaît enfin alors qu’elle s’avance vêtue d’un long manteau sombre sur robe couleur de jade. Le ventre de la maternité subsiste dans ce moment de la représentation associé à "Médée". L’interprète rompt brusquement le quatrième mur pour exposer l’éphémère de l’existence humaine.

La survie d’un petit caillou à une vie d’Homme est constatée avec une logique calme et souriante. Ce sourire qui ne quitte les lèvres de l’interprète est inquiétant, frôle l’impression de folie lunatique, et renforce la gravité de ses paroles ; "soyons modestes, nous finirons pourris".

L’ombre de la Médée originale se manifeste dans l’hypothèse de projet annoncé, tout en touchant son ventre dévoilé, de tuer tous les nourrissons et ainsi mettre fin à l’espèce humaine, "la pire espèce engendrée". Mettre fin à la vie pour mettre fin à la mort et la violence engendrées par la conception ?

En concentrant l’attention du public sur cette seule interprète que "Genèse et Médée" dénonce l’évolution de l’espèce humaine. La liste des violences perpétrées par l’Homme est non exhaustive, mais elle dépeint assez vivement une réalité qu’il est nécessaire de changer. La fin de l’humanité est-elle la seule réponse à sa dégénérescence ?

Avec une virtuosité des arts mêlés de la danse et du théâtre, les qualités politiques et esthétiques de cette proposition chamboulent et marquent les esprits.

  

J.Wattel

 

        
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 20 octobre 2019 : De tout, pour Tous

Encore un programme bien chargé et très éclectique au travers de notre sélection culturelle hebdomadaire. Beaucoup à lire, à voir, à écouter... alors ne perdons pas de temps. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Engine of paradise" de Adam Green
"Phantom solids" de Lunt
"Fear of an acoustic planet" de Tahiti 80
"A wonder plante to" de Nilok 4tet & Daniel Zimmermann
"Six strings under" de Eric Legnini
Sarah McCoy et Dom La Nena au Nancy Jazz Pulsation
"Nothin' but" de Flyin' Saucers Gumbo Special
"Comfort zone" de Hugo Lippi
"Hors l'amour" de Jean Felzine
"A ciel ouvert" de Kaori
Rencontre avec Lady Arlette, accompagnée d'une session live et acoustique
"Vinyles, suite" c'est le titre de l'émission #3 de Listen in Bed
"Déluge" c'est le troisième volume des Mix de Listen in Bed
"Hybrid" de Yosta
et toujours :
"Vie future" de La Féline
"Kino music" de Pierre Daven Keller
"Miracles" de Sarah Amsellem
Orouni en session live dans une librairie, par ici
"Beethoven, 5 sonates pour piano" de Michel Dalberto
"Ship of women / Somewhere in a nightmare" de Olivier Rocabois
"Disaster serenades" de Parlor Snakes
"A life with large opening" de Samba de la Muerte
"Les géraniums" de Marie Sigal
"Amazona" de Vanille
"Pulse" de Vincent David
Festival Levitation #7 avec The Warlocks, Frustration, Fat White Family...
Listen in bed Emission #2, Vinyles
Listen in bed Mix #2, The Sopranos

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Cirque Leroux - La Nuit du Cerf" au Théâtre Libre
"Un jardin de silence" à La Scala
"Frida jambe de bois" au Théâtre de l'Union à Limoges
"Fleur de peau" au Théâtre Essaion
"Habiter le temps" au Lavoir Moderne Parisien
"Wilde - Chopin" au Théâtre Le Ranelagh
"En ce temps là l'amour..." au Théâtre des Mathurins
"Imposture posthume" au Centre Culturel Suisse
"Fred Tousch - Fée" au Théâtre de Belleville
"Corinne Zarzavatdjian - Un nom à coucher dehors !" au Mélo d'Amélie
des reprises :
"L'Ingénu" au Théâtre Le Lucernaire
"Le Crépuscule" au Théâtre de l'Epée de Bois
"J'aime Brassens" au Théâtre d'Edgar
et la chronique des spectacles déjà à l'affiche en octobre

Expositions avec :

"Vampires - De Dracula à Buffy" à la Cinémathèque française

Cinéma avec :

le film de la semaine :
"Au bout du monde" de Kiyoshi Kurosawa
et la chronique des films à l'affiche en octobre

Lecture avec :

"Cléopâtre" de Alberto Angela
"Histoire du Canada" de Daniel de Montplaisir
"Je te suivrai en Sibérie" de Irène Frain
"La source de l'amour propre" de Toni Morrison
"Ordinary people" de Diana Evans
"Vik" de Ragnar Jonasson
et toujours :
"L'héritage Davenall" de Robert Goddard
"L'horizon qui nous manque" de Pascal Dessaint
"La petite conformiste" de Ingrid Seyman
"La véritable histoire des douze Césars" de Virginie Girod
"Les roses de la nuit" de Arnaldur Indridason
"Guerilla, le temps des barbares" de Laurent Obertone
"Pyongyang 1071" de Jacky Schwartzmann

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=