Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Le Corps sauvage
Cheyenne-Marie Carron  mars 2019

Réalisé par Cheyenne-Marie Carron. France. Drame. 1h45 (Sortie le mars 2019). Avec Nina Klinkhamer, François Goeske, François Pouron, Diane Boucai et Alexandre Nguyen.

Franc-tireur du cinéma français, luttant seule contre tous les préjugés, Cheyenne-Marie Carron revient avec un nouveau film, "Le Corps sauvage", qui est aussi le nom d'un des nouveaux parfums qu'elle a créé.

Car, quand on dit qu'elle est toujours là où on ne l'attend pas, c'est une vérité avérée. Et, donc, après une dizaine de films en une dizaine d'années, suivi d'un livre autobiographique "Le cinéma ou rien" (Hésiode Production), elle est devenue créatrice de parfums à qui elle donne souvent des noms liés au 7ème art ("le jardin des Visconti", "Viridiana").

Pour l'heure, elle présente son neuvième film, qui ne sera pas, contrairement à ce qu'elle prétendait à un moment, son dernier. Et heureusement, puisqu'en le voyant, on est sûr au moins d'une chose : elle a encore énormément de choses à dire et à filmer.

On sait qu'elle est une rebelle dans l'âme et qu'elle n'a de cesse de perturber les certitudes de ses spectateurs. Aussi, après avoir été une apologue de la légion étrangère, avoir conté l'histoire d'apostats musulmans convertis au christianisme, défendu le panthéisme celte, là voilà dans une nouvelle croisade, tout à aussi casse-gueule que les précédentes (sinon plus : elle va défendre la chasse et les chasseurs.

Comme à son habitude, c'est par le biais de beaux personnages peu communs qu'elle va se saisir du "dossier chasse" puisque son héroïne, au physique sculptural de beauté antique, Diane (forcément chasseresse), ne taquine le cervidé qu'avec arc et flèches.

A l'image du sketch des Inconnus sur le "Bouchonnois", elle définit grâce à son héroïne ce qui sépare le bon chasseur du mauvais... tout en allant loin dans sa défense des tueurs de Bambi, puisqu'elle justifie la vénerie et toutes les formes "nobles" de chasse à courre.

La force de son cinéma, sans qu'elle le fasse sciemment d'ailleurs, c'est d'obliger des antimilitaristes, des athées, des antiracistes, de regarder des thèses désagréables et contestables, et auxquelles ils n'adhéreront pas une fois le film digéré, sans pour cela refuser d'admettre qu'elle est aussi bonne avocate des pires causes que cinéaste.

"Le Corps sauvage" de Cheyenne-Marie Carron, hymne à la nature et aux hommes libres, est incontestablement un de ses meilleurs films. Comme dans ses précédentes œuvres, les gens qui y parlent, quels que soient leurs points de vue, sont tous honnêtes et disent des choses sensés. C'est là un des plus de son cinéma : personne n'y est une caricature car, selon l'adage de Jean Renoir, "chacun a ses raisons d'agir"

Autre qualité qui perdure chez elle de film en film : elle sait trouver les acteurs qui défendront bec et ongles ses théories. Nina Klinkhamer au physique étrange est vraiment très convaincante. On ne mettra jamais en cause sa capacité de fusion avec la nature, sa connaissance physique de la forêt, son amour des bêtes qu'elle tue.

"Le Corps sauvage" de Cheyenne-Marie Carron est un maillon de plus dans une œuvre incomparable, unique. Il faut qu'elle continue, vaille que vaille et coûte que coûte, car, on le répète : on est persuadé que, bientôt, elle sera reconnue à sa vraie valeur par ses pairs, ce qui lui permettra d'avoir encore plus d'ambition artistique.

Artiste, Cheyenne-Marie Carron en est une à coup sûr, ce qui est une chose bien rare dans le cinéma français.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 01 avril 2024 : Mieux vaut en rire !

Edition du 1er avril, certes, mais cette édition est garantie sans blague idiote et/ou de mauvais goût. Voici donc le programme de notre sélection culturelle de la semaine. Ajoutons à cela nos chaines Youtube et Twitch et la semaine sera bien remplie.

Du côté de la musique :

"Our decisions" de Frustration
"L'amour c'est chiant" de Vanessa Philippe
"Jaffa blossom" de Mohamed Najem
petit focus sur Lisatyd et Fishtalk
"Maurice Ravel, Complete works for solo piano" de Keigo Mukawa
"No friends no pain" de Johnnie Carwash
"Nous célébrer" de Esparto
"Don't be boring" de Dynamite Shakers
"Castèls dins la luna" de CXK

"Session de rattrapage #5", 26eme épisode de notre podcast Le Morceau Caché
et toujours :
"Dans ta direction" de Camille Benatre
"Elevator angels" de CocoRosie
"Belluaires" de Ecr.Linf
"Queenside Castle" de Iamverydumb
"Five to the floor" de Jean Marc Millière / Sonic Winter
"Invincible shield" de Judas Priest
"All is dust" de Karkara
"Jeu" de Louise Jallu
"Berg, Brahms, Schumann, Poulenc" de Michel Portal & Michel Dalberto
quelques clips avec Bad Juice, Watertank, Intrusive Thoughts, The Darts, Mélys

Au théâtre

les nouveautés :

"Punk.e.s" Au Théâtre La Scala
"Hedwig and the angry inch" au théâtre La Scala
"Je voudrais pas crever avant d'avoir connu" au Théâtre Essaïon
"Les crabes" au Théâtre La Scala

et toujours :
"Gosse de riche" au Théâtre Athénée Louis Jouvet
"L'abolition des privilèges" au Théâtre 13
"Lisbeth's" au Théâtre de la Manufacture des Abbesses
"Music hall Colette" au Théâtre Tristan Bernard
"Pauline & Carton" au Théâtre La Scala
"Rebota rebota y en tu cara explota" au Théâtre de la Bastille
"Une vie" au Théâtre Le Guichet Montparnasse
"Le papier peint jaune" au Théâtre de La Reine Blanche
des reprises :
"Macbeth" au Théâtre Essaion
"Le chef d'oeuvre inconnu" au Théâtre Essaion
"Darius" au Théâtre Le Lucernaire
"Rimbaud cavalcades" au Théâtre Essaion
"La peur" au Théâtre La Scala

Du cinéma avec :

"Yurt" de Nehir Tuna
"Le squelette de Madame Morales" de Rogelio A. Gonzalez

et toujours :
"L'innondation" de Igor Miniaev
"Laissez-moi" de Maxime Rappaz
"Le jeu de la Reine" de Karim Ainouz
"El Bola" de Achero Manas qui ressort en salle
"Blue giant" de Yuzuru Tachikawa
"Alice (1988)" de Jan Svankmajer
 "Universal Theory" de Timm Kroger
"Elaha" de Milena Aboyan

Lecture avec :

"L'absence selon Camille" de Benjamin Fogel
"Sub Pop, des losers à la conquête du monde" de Jonathan Lopez

"Au nord de la frontière" de R.J. Ellory
"Anna 0" de Matthew Blake
"La sainte paix" de André Marois
"Récifs" de Romesh Gunesekera

et toujours :
"L'été d'avant" de Lisa Gardner
"Mirror bay" de Catriona Ward
"Le masque de Dimitrios" de Eric Ambler
"La vie précieuse" de Yrsa Daley-Ward
"Le bureau des prémonitions" de Sam Knight
"Histoire politique de l'antisémitsme en France" Sous la direction d'Alexandre Bande, Pierre-Jerome Biscarat et Rudy Reichstadt
"Disparue à cette adresse" de Linwood Barclay
"Metropolis" de Ben Wilson

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 19 mai 2024 : Le plein de news avant l'été
- 12 mai 2024 : Après les ponts vient la pluie
- 05 mai 2024 : Profitons des ponts pour lire, écouter, visiter, applaudir...
- 28 avril 2024 : Une sélection hebdomadaire fraiche comme le printemps
           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=