Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Le Corps sauvage
Cheyenne-Marie Carron  mars 2019

Réalisé par Cheyenne-Marie Carron. France. Drame. 1h45 (Sortie le mars 2019). Avec Nina Klinkhamer, François Goeske, François Pouron, Diane Boucai et Alexandre Nguyen.

Franc-tireur du cinéma français, luttant seule contre tous les préjugés, Cheyenne-Marie Carron revient avec un nouveau film, "Le Corps sauvage", qui est aussi le nom d'un des nouveaux parfums qu'elle a créé.

Car, quand on dit qu'elle est toujours là où on ne l'attend pas, c'est une vérité avérée. Et, donc, après une dizaine de films en une dizaine d'années, suivi d'un livre autobiographique "Le cinéma ou rien" (Hésiode Production), elle est devenue créatrice de parfums à qui elle donne souvent des noms liés au 7ème art ("le jardin des Visconti", "Viridiana").

Pour l'heure, elle présente son neuvième film, qui ne sera pas, contrairement à ce qu'elle prétendait à un moment, son dernier. Et heureusement, puisqu'en le voyant, on est sûr au moins d'une chose : elle a encore énormément de choses à dire et à filmer.

On sait qu'elle est une rebelle dans l'âme et qu'elle n'a de cesse de perturber les certitudes de ses spectateurs. Aussi, après avoir été une apologue de la légion étrangère, avoir conté l'histoire d'apostats musulmans convertis au christianisme, défendu le panthéisme celte, là voilà dans une nouvelle croisade, tout à aussi casse-gueule que les précédentes (sinon plus : elle va défendre la chasse et les chasseurs.

Comme à son habitude, c'est par le biais de beaux personnages peu communs qu'elle va se saisir du "dossier chasse" puisque son héroïne, au physique sculptural de beauté antique, Diane (forcément chasseresse), ne taquine le cervidé qu'avec arc et flèches.

A l'image du sketch des Inconnus sur le "Bouchonnois", elle définit grâce à son héroïne ce qui sépare le bon chasseur du mauvais... tout en allant loin dans sa défense des tueurs de Bambi, puisqu'elle justifie la vénerie et toutes les formes "nobles" de chasse à courre.

La force de son cinéma, sans qu'elle le fasse sciemment d'ailleurs, c'est d'obliger des antimilitaristes, des athées, des antiracistes, de regarder des thèses désagréables et contestables, et auxquelles ils n'adhéreront pas une fois le film digéré, sans pour cela refuser d'admettre qu'elle est aussi bonne avocate des pires causes que cinéaste.

"Le Corps sauvage" de Cheyenne-Marie Carron, hymne à la nature et aux hommes libres, est incontestablement un de ses meilleurs films. Comme dans ses précédentes œuvres, les gens qui y parlent, quels que soient leurs points de vue, sont tous honnêtes et disent des choses sensés. C'est là un des plus de son cinéma : personne n'y est une caricature car, selon l'adage de Jean Renoir, "chacun a ses raisons d'agir"

Autre qualité qui perdure chez elle de film en film : elle sait trouver les acteurs qui défendront bec et ongles ses théories. Nina Klinkhamer au physique étrange est vraiment très convaincante. On ne mettra jamais en cause sa capacité de fusion avec la nature, sa connaissance physique de la forêt, son amour des bêtes qu'elle tue.

"Le Corps sauvage" de Cheyenne-Marie Carron est un maillon de plus dans une œuvre incomparable, unique. Il faut qu'elle continue, vaille que vaille et coûte que coûte, car, on le répète : on est persuadé que, bientôt, elle sera reconnue à sa vraie valeur par ses pairs, ce qui lui permettra d'avoir encore plus d'ambition artistique.

Artiste, Cheyenne-Marie Carron en est une à coup sûr, ce qui est une chose bien rare dans le cinéma français.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 29 novembre 2020 : Culture Globale

Ca y est vous n'avez plus d'excuse pour ne pas vous rendre dans les librairies, disquaires et autres lieux de culture chers à nos coeurs, alors FONCEZ ! si vous avez besoin d'un prétexte : On n'a jamais été aussi proche de Noël !

Du côté de la musique :

"I know that you know" de Eau Rouge
"In town" de Switch Trio
"May our chambers be full" de Emma Ruth Rundle & Thou
"The messenger" de Hélène Grimaud
"Songs" de Patrick Messina & Fabrizio Chiovetta
"Star feminine band" de Star Feminine Band
"Signs" de Vaiteani
"Stay" de Valerie June
"Grand plongeoir" de Yves Marie Bellot
"Selectorama" Le nouveau mix (S2M4) de Listen In Bed
"De là" de Clarys
et toujours :
"Sweet roller" de Al Pride
"After the great storm" et "How beauty holds the hand of sorrow" de Ane Brun
"Bisolaire" de Fredda
"Stillness" de Laetitia Shériff
"Un soir d'été" de Aurore Voilqué Trio
"Warning bell" de Daniel Trakell
"Trip" de Lambchop assortie de la nouvelle émission de Listen in Bed "Lambchop's Trip"
"Glo" de Manuel Bienvenu
"Serpentine prison" de Matt Berninger
"Je ne vous oublierai jamais" de Morgane Imbeaud
"Lockdown care bundle EP" de Nadeah
"Nashville tears" de Rumer

Au théâtre at home :
avec les captations vidéo de :
"Les Géants de la montagne" de Luigi Pirandello
"Très chère Mathilde" de Israel Horovitz
"Une des dernières soirées de carnaval" de Carlo Goldoni
"Un amour de jeunesse" de Ivan Calbérac
"La Vérité" de Florian Zeller
"Ils se sont aimés" de Pierre Palmade et Muriel Robin
"La croisière ça use" de Emmanuelle Hamett
"Cyrano m'était conté" de Sotha
et un air d'opéra avec "Miranda" d'après Shakespeare et Purcell

Expositions :

en virtuel :
"Gabrielle Chanel - Manifeste de mode" au Palais Galliera
"Cristo et Jeanne Claude" au Centre Pompidou
"Jim Dine - A day longer" à la Galerie Templon

"Kiki Smith" à la Monnaie de Paris
"Pierre Soulages" à l'espace culturel départemental Lympia à Nice
"La "Collection Emil Bührle" au Musée Maillol
"Paris Romantique 1815-1848" au Petit Palais
"Léonard de Vinci" au Musée du Louvre
"La vitrine Gallé" au Musée des Arts et Métiers
et les collections du Musée Guggenheim de New York

Cinéma :

at home en steaming gratuit :
"Caché" de Michael Haneke
"Au loin s'en vont les nuages" de Aki Kaurismaki
"Une valse dans les allées" de Thomas Stuber
"La Lune de Jupiter" de Kornel Mundruczo
"L'enfant d'en-haut" de Ursula Meier
"Le beau monde" de Julie Lopes Curval

Lecture avec :

"L'intériorité dans la peinture" de Pierre Soulages & Anne-Camille Charliat
"Coco de Paris" de France de Griessen
"Considérations sur le homard tome 2" de David Foster Wallace
"Intuitions" de Paul Cleave
"Les aveux" de John Wainwright
"Les ratés de l'aventure" de Titayna
"Un été de neige et de cendres" de Guinevere Glasfurd
et toujours :
"Lire les morts" de Jacob Ross
"La mer sans étoiles" de Erin Morgenstern
"Les filles mortes ne sont pas aussi jolies" de Elizabeth Little
"Batailles" de Isabelle Davion & Béatrice Heuser
"De Gaulle et les communistes" de Henri Christian Giraud

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=