Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce True Copy
Le Centquatre  (Paris)  mai 2019

Spectacle du Collectif Berlin avec Geert Jan Jansen.

Le groupe néerlandais BERLIN aime proposer des spectacles qui mélangent les genres. Entre conférence, interview, intervention du public, happening, "True Copy" est une bonne entrée dans un univers où l'on est tout d'abord bien accueilli, où l'on se sent tout de suite en osmose avec des artistes dont le but est le partage.

On pourrait craindre une vaste manipulation puisque le sujet choisi est le monde des faussaires, représenté par le plus grand d'entre eux aux Pays-Bas, Geert Jan Jansen, digne successeur du grand Han Van Meegeren qui avait trompé les nazis en leur vendant des Vermeer. Mais, même si l'on ne sera pas garantie contre les surprises - à ne surtout pas révéler - on n'en voudra pas à Yves Degryse et à son équipe.

Ce qui est sûr, c'est qu'une fois lancée la machine - au sens presque strict - qu'est "Rue Coty", on sera constamment passionné par tout ce qu'on découvrira grâce à Geert Jan Jansen, réellement présent sur scène, qui ne va pas raconter seulement son incroyable histoire mais donner matière à réflexion sur "qu'est-ce que l'art ?" , "qu'est-ce qu'un artiste ?", et même pour les amateurs de trivialités, "qu'est-ce que le marché de l'art ?"

Sur scène, avant que Geert Jan Jansen vienne répondre aux questions, on aura un grand mur composé de tableaux qui se révélera un mur vidéo où chaque tableau peut devenir un écran contenant des pièces à conviction pour alimenter le récit.

Dans un second temps, on s'apercevra que le mur est en fait une construction genre "grande cabane" derrière lequel il y a des pièces avec des caméras où le faussaire ira peindre sous les yeux du public un faux Picasso.Ainsi, rien que sur le plan formel, la démarche de BERLIN est pleine d'invention et toujours ludique. Au point que sera organisée une vente aux enchères.

Il aurait été intéressant de demander aux membres du groupe si les spectateurs hollandais ou européens réagissent comme ceux du "104" qui se prirent au jeu... aboutissant à vendre plusieurs milliers d'euros un pur faux Picasso signé Jansen !

Chose encore plus intrigante : le public applaudit l'enchère ! On voit là l'emprise qu'à l'art et son marché sur la moindre personne qui en lit régulièrement les avatars.

Sur la personnalité du faussaire, on pourra aussi tirer quelques leçons. Comme Guy Ribes, autre artiste copiste, dont on avait pu voir la vie contée dans un film, "Un vrai faussaire", Geer Jan Jansen a soif de reconnaissance, paraît un peu aigri sous sa fausse bonhomie teintée d'une certaine fierté pour ce qu'il a fait.

De tout le tourbillon de révélations qu'il fera ou qu'on lui prêtera, on aurait plutôt tendance à envier sa vie. Pourtant, on le sent près de craquer. On regrettera qu'Yves Degryse ne lui pose pas la question qui tue et dont ne peut donner à coup sûr la réponse : "Est-ce qu'il aime vraiment peindre ?"

On en doute fortement et que c'est là ce qui le différencie du peintre qui connaît les affres de la création et qui n'est la plupart du temps pas guidé (au moins dans un premier temps) par son compte en banque. Ce n'est pas le cas du faussaire qui aime avant tout l'argent et qui n'hésiterait pas à peindre des croûtes si elles valaient le prix d'un Van Gogh ou d'un Matisse.

Le spectacle original fourni par le Groupe BERLIN vaut donc le déplacement. On les sait entre Perec et Greenaway et on les remercie de donner à tous l'illusion (ou pas) d'être plus intelligents à la sortie qu'à l'entrée de ce "True Copy" dense et informé.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 25 septembre 2022 : La culture n'est pas un luxe

8ème vague, confinement énergétique... rien de bien brillant pour le futur, heureusement il reste la curiosité et la culture. Gardons le cap et restons groupés. Voici le programme de la semaine.

Du côté de la musique :

"Bobo playground" de Alexis HK
"Ca pixellise" de Dimoné
"The portable Herman Dune Vol 1" de Herman Dune
"La mélodie, le fleuve et la nuit" de Jérôme Minière
"Kramies" de Kramies
"Mémoires d'une femme" de Myriam Barbaux-Cohen
"The hardest part" de Noah Cyrus
"Dvorak : Quatuor américain, valses" de Quatuor Talich
"Fauré le dramaturge" de Takénori Némoto, Cécile Achille, Cyrille Dubois et Ensemble Musica Nigella
et toujours :
"J'ai vécu les étoiles" de Andoni Iturrioz
"Ornette Under the Repetitive Skies 3" de Clément Janinet
"Alan Hovhaness : oeuvres pour piano" de François Mardirossian
"Live in Paris" de Fred Nardin Trio
"Show AC/DC" de Ladies Ballbreakers
"Luigi Concone" de Mavroudes Troullos & Rachel Talitman
quelques clips avec Moundrag, Ottis Coeur et Madam
"Souvenirs" de Pale Blue Eyes
"Life and life only" de The Heavy Heavy

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Harvey" au Théâtre du Rond-Point
"Les Producteurs" au Théâtre de Paris
"Bérénice" à La Scala
"Les Filles aux mains jaunes" au Théâtre Rive Gauche
"Il n'y a pas d'Ajar" aux Plateaux Sauvages
"Echo" aux Plateaux Sauvages
"Le syndrome d'Hercule" au Théâtre Essaion
les reprises :
"Cahier d'un retour au pays natal" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Le dépôt amoureux" au Théâtre Les Déchargeurs
"Darius" au Théâtre Essaion
"A la recherche du temps perdu" au Théâtre de la Contrescarpe
"L'Autre fille" au Théâtre des Mathurins
"Les Divalala - C'est LaLamour !" au Grand Point Virgule
et les spectacles à l'affiche

Expositions :

"Frida Khalo, au-delà des apparences" au Palais Galliera
"Hyperréalisme - Ceci n'est mon corps" au Musée Maillol
'Miroir du monde - Chefs d'oeuvre du Cabinet d'art de Dresde" au Musée du Luxembourg
et les expositions à l'affiche

Cinéma :
en salle : "L'Ombre de Goya" de José Luis Lopez-Linares
en streaming gratuit :
"Qui vive" de Marianne TArdieu
"Big Fish" de Tim Burton
"Marguerite" de Xavier Giannoli
"Chained" de Yaron Shani

Lecture avec :

"Les masques éphémères" de Donna Leon
"La guerre de cent ans" de Amable Sablon du Corail
"D'où vient l'amour" de Yann Queffélec
et toujours :
"Combattre en dictacture" de Jean Luc Leleu
"Hideo Kojima, aux frontières du jeu" de Erwan Desbois
"Le cartographe des absences" de Mia Couto
"Le coeur ne cède pas" de Grégoire Bouillier
"Le tumulte" de Sélim Nassib
"Un profond sommeil" de Tiffany Quay Tyson

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 25 septembre 2022 : La culture n'est pas un luxe
- 18 septembre 2022 : Nouvelle Vague
- 11 septembre 2022 : C'est reparti pour un tour
- 4 septembre 2022 : C'est la rentrée
           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=