Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Back Side/Dos à la mode
Musée Bourdelle  (Paris)  Du 5 juillet au 17 novembre 2019

Présentée initialement au Musée le Musée Mode et Dentelle de Bruxelles en collaboration avec le Palais Galliera, Musée de la mode de la Ville de Paris, l'exposition "Back Side/Dos à la mode" consacrée au vêtement vu de dos a franchi le Quiévrain pour s'implanter à Paris au Musée Bourdelle.

Avec une belle acuité, le commissaire Alexandre Samson, responsable des collections contemporaines au Palais Galliera, a revu le parcours de la (dé)monstration, au demeurant inédite par son rappel de la nature tridimensionnelle du vêtement, sous l'angle d'une mise en résonance entre arts appliqués et beaux arts avec un dialogue entre la statuaire, et les oeuvres puissantes du maître des lieux, le sculpteur Antoine Bourdelle, et un florilège de modèles de couturiers et créateurs.

Avec des pièces du 18ème siècle à l'époque contemporaine, la monstration, qui s'inscrit également dans une lecture inédite de l'Histoire de la Mode, bénéficie de la superbe scénographie de Jean-Julien Simonot qui use largement des effets de perspective avec une présentation à vue sur des podiums à degrés, seules les quelques pièces les plus anciennes étant sous vitrine.

Vue de dos : du "camouflage coquet de la nudité*" au dévoilement polysémique

A la linéarité chronologique qui rend compte de l'influence de l'évolution des moeurs, de l'émancipation féminine et du développement de la société des loisirs avec la balnéarité et le nautisme, le commissaire a préféré une approche thématique conceptuelle et analytique.

Conceptuelle, à l'aune d'une symbolique polysémique, car si le côté face du vêtement arme de séduction féminine est destiné à sublimation de la beauté, le côté pile se réfère à l'imaginaire érotique sollicité par une nudité savamment ordonnée.

Analytique car le parcours intègre la signification implicite avec toutes les déclinaisons du décolleté, de la nuque au creux des reins, et décrypte le vocabulaire du décolleté avec sa multiplicité ornementale, des découpes aux bretelles, inserts de dentelles, liens, incrustations et parures extravagantes qui, de surcroît, constitue une ode à la créativité et au savoir-faire des artisans de la mode.

L'exposition est délivrée en neuf sections thématiques qui se déploient dans les différents espaces du musée dont l'atelier - avec le corset dorsal "Rose Corset" de Alexander McQueen pour Givenchy et les robes protubérances de Rei Kawakubo pour la marque Comme des Garçons - et dans Hall des plâtres avec un quintet de modèles de créateurs contemporains dont celui de Martine Sitbon repris pour l'affiche.

L'essentiel est présenté dans l'aile Portzamparc dédiée aux expositions temporaires avec, entre autres et en préambule, des scènes iconiques du cinéma dont celle de "Le grand blond avec une chaussure noire" d’Yves Robert dans lequel Mireille Darc arbore une robe à l'époustouflant décolleté plongeant qui ouvre la monstration et des photographies dont celles de Jeanloup Sieff fasciné par le dos des belles.

Si domine son embellissement parfois équivoque et toujours ambivalent, le dos est parfois utilisé comme panneau publicitaire, même de manière élégante par Schiaparelli, considéré pour sa fonction de porte-charge dans des propositions peu gracieuses telles la robe à traîne sac à dos de Yohji Yamamoto ou détourné en porte double manteau par Nick Klavers, domine l'embellissement parfois équivoque et toujours ambivalent.

Par ailleurs, le dos appréhendé comme instrument de soumission inspire à John Galliano une robe fourreau fermée par 51 boutons et à Jean-Paul Gaultier une combinaison corset à 168 oeillets encadrant la "Femme bras au dos".

Mais certains, tels Thierry Mugler avec sa robe ailée de sa collection "L'Hiver des anges" et Charles James avec un manteau du soir aux ailerons sous l'égide de l'enfant triomphant de l'aigle de la "Première victoire d’Hannibal" de Bourdelle, métamorphosent la silhouette.

D'autres, dont Balenciaga, Rick Owens, Jean-Paul Gaultier et Maggy Rouff, proposent une déclinaison moderne de la traîne qui accompagne un dos blousant en contraste avec le torse d'Adam.

Bien évidemment, le thème majeur est celui du dos nu avec sa paradoxalité problématique,dénudé mais voilé, offert à la vue et se dérobant.

Ainsi est-il décliné en versions jour, parfois audacieuses, de la robe de plage de Grès à la robe cocktail de Jean Patou en passant par la robe d'été de Guy Laroche, le tailleur-short de Claude Montana et le body-jupe d'Alaïa qui dialoguent judicieusement avec les deux versions des reliefs "L'Aurore" de Bourdelle, l'une nue, l'autre drapée.

Et il prend toute sa dimension avec les robes du soir quand, dans les années 1930, le décolleté fait volte-face dans une version élégante et ultra-chic du classique fourreau noir ensuite sophistiquée par les couturiers contemporains.

Autour du buste de "La Liberté", les couturiers donnent libre cours à leur imagination et à leur fantaisie.

Démultipliés par une jeu miroir, le visiteur retrouve, et entre autres, le jeu de la transparence avec Yves Saint Laurent, le décolleté "bénitier" de Thierry Mugler avec sa cascade de fleurs d'or, la manche fendue qui devient décolleté chez Martin Margiela, le fourreau seconde peau de Alaïa et l'échancrure vertigineuse du modèle de Ann Demeulemeester.

Pour rêver, sûrement, fantasmer, peut-être, et vice versa...

 
* in catalogue "Le dos mis en avant - Harold Koda"

En savoir plus :

Le site officiel du Musée Bourdelle

Crédits photos : MM
avec l'aimable autorisation du Musée Bourdelle


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 24 mai 2020 : Culture pour tous !

Toujours pas de festival, de théâtre, de concert, et autres ouvertures de lieux de réjouissances diverses sinon quelques passe droits pour les amis de Manu. En espérant que tout rentre dans l'ordre et que l'on retrouve le plaisir du spectacle vivant bientôt. Soyez prudents, sortez couverts et restez curieux !

Du côté de la musique :

Interview de Roman Rappak autour de son nouveau projet Miro Shot
"Par défaut" de Antoine Hénaut
"Three old words" de Eldad Zitrin
"Night dreamer direct to disc sessions" de Gary Bartz & Maisha
"Mareld" de Isabel Sörling
"Miroir" de Jean Daufresne & Mathilde NGuyen
"Self made man" de Larkin Poe
"Notre dame, cathédrale d'émotions" de Maitrise Notre Dame de Paris
"Enchantée" de Marie Oppert
"Miroirs" de Quintet Bumbac
et toujours :
"Chante-nuit" de Facteurs Chevaux
"9 songs" de Pierre
"Sex education" de Ezra Furman
"Cage meet Satie" de Anne de Fornel et Jay Gottlieb
Interview de Batist & the 73' réalisé à l'occasion de son live Twitch dont des extraits accompagnent cette entretien
"Hundred fifty roses" de Dune & Crayon
"F.A. Cult" de Hermetic Delight
"Love is everywhere" de Laurent Bardainne & Tigre d'Eau Douce
"Hum-Ma" de Les Enfants d'Icare
"Spirals" de Sébastien Forrestier

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"Frida jambe de bois" de Pascal Rinaldi en vidéo
le diptyque Arne Lygre mis en scène par Stéphane Braunschweig :
"Je disparais" en vidéo
"Rien de moi" en vidéo
des comédies :
"Alors on s'aime"
"L'Appel de Londres"
"Hier est un autre jour"
du divertissement :
"On ne choisit pas sa famille"
"Double mixte"
du vaudeville avec "Le Système Ribadier"
du côté des humoristes :
"François Rollin - Colères"
"La Teuf des Chevaliers du fiel"
"Franck Duboscq - Il était une fois"
Au Théâtre ce soir :
"Le canard à l'orange"
"Le prête-nom"
"Deux hommes dans une valise"
des classiques par la Comédie française :
"Le Petit-Maître corrigé" de Marivaux
"Cyrano de Bergerac" d"Edmond Rostand
et aller à l'opéra pour :
"Fortunio" d'André Messager
"Falstaff" de Verdi

Expositions avec :

les visites commentées par les commissaires d'expositions qui se sont tenues au Musée Jacquemart-André :
"Hammershøi, le maître de la peinture danoise" en vidéo
et "La collection Alana - Chefs-d'oeuvre de la peinture italienne"
partir en province pour découvrir en images le Musée d'Art Moderne et Contemporain de Strasbourg
et le Musée des Beaux-Arts de Nancy
puis en Europe en Espagne le Musée national Thyssen-Bornemisza à Madrid
en Allemagne au Städel Museum à Francfort
ailleurs au Brésil à la Pinacothèque de Sao Paulo
et au Japon au Ohara Museum of Art à Kurashiki
avant de revenir dans l'Hexagone pour une déambulation virtuelle dans le Petit Palais

Cinéma at home avec :

du drame : "Aime ton père" de Jacob Berger
de l'espionnage : "Les Ennemis" d'Edouard Molinaro
du thriller : "The Unseen" de Geoff Redknap
du thriller fantastique avec "La Neuvième Porte" de Roman Polanski
du divertissement :
"Cassos" de Philippe Carrèse
"Promotion canapé" de Didier Kaminka
"Les Frères Pétard" de Hervé Palud
de glorieux péplums italiens avec Steve Reeves :
"Les Travaux d'Hercule' de Pietro Francisci en VO
"La Bataille de Marathon" de Jacques Tourneur, Mario Bava et Bruno Vailati en VF
du western :
"L'Homme aux colts d'or" d'Edward Dmytryk
"Chino" de John Sturges
au Ciné Club, du cinéma français des années 30 :
"Mister Flow" de Robert Siodmak
"La Banque Némo" de Marguerite Viel
"Les amours de minuit" d'Augusto Genina et Marc Allégret
"Ces messieurs de la santé" de Pierre Colombier
et des films récents en DVD :
"Deux" de Filippo Meneghetti
"Les Eblouis" de Sarah Suco
"La Dernière vie de Simon" de Léo Karmann

Lecture avec :

"J'aurais pu devenir millionnaire, j'ai choisi d'être vagabond" de Alexis Jenni
"Les Beatles" de Frédéric Granier
"Washington Black" de Esi Edugyan
et toujours :
"Là où chantent les écrevisses" de Delia Owens
"Les lumières de Tel Aviv" de Alexandra Schwartzbrod
"Faites moi plaisir" de Mary Gaitskill
"La chaîne" de Adrian McKinty
"Incident au fond de la galaxie" de Etgar Keret

Froggeek's Delight :

Des lives jeux vidéo (mais aussi des concerts) tout au long de la semaine sur la chaine Twitch. Rejoignez la chaine et cliquez sur SUIVRE pour ne rien rater de nos diffusions.

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 24 mai 2020 : Culture pour tous !
- 17 mai 2020 : le joli mois de mai
- 10 mai 2020 : Sortez Masqués !
- 3 mai 2020 : Déconfi...ture
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=