Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Hitler et la mer
François-Emmanuel Brézet  (Editions Perrin)  juin 2019

"A terre je suis un héros, à la mer je suis un lâche"

Ces propos d’Hitler en disent long sur le rapport entretenu par le dictateur avec la mer. Hitler redoutait la mer qui était pour lui un élément hostile. De ce rapport particulier à la mer, François-Emmanuel Brézet en a fait un excellent ouvrage que je viens de lire, prolongeant mes nombreuses lectures cette année sur le nazisme.

François-Emmanuel Brézet est un ancien officier de marine. Il est docteur en Histoire de l’université Paris IV Sorbonne et a déjà publié plusieurs ouvrages chez Perrin, notamment Histoire de la marine allemande, La guerre sous-marine allemande et Dönitz.

Dans l’esprit d’Hitler, la victoire finale repose sur l’armée de terre et sur l’aviation, et non pas sur la marine. C’est ainsi que celle-ci voit son développement encadré par l’accord naval signé en 1935 avec l’Angleterre dont le Führer est convaincu, bien à tort, qu’il lui vaudra la neutralité bienveillante de ce pays à l’égard de ses conquêtes territoriales à venir. Lorsque la guerre éclate, la Kriegsmarine est donc loin d’avoir atteint une taille décisive.

Convaincu d’un succès rapide sur le continent, Hitler n’attend rien d’elle, jusqu’à ce que s’impose à lui la nécessité d’une projection de force en Norvège. Mais son opinion ne change guère pour autant, pas même lorsque l’Angleterre devient l’adversaire unique et qu’il doit renoncer à son invasion. L’efficacité de la guerre sous-marine le laisse aussi sceptique, raison pour laquelle il refuse tout accroissement de la cadence de fabrication des sous-marins. Il ne changera d’avis que sous l’influence du grand amiral Karl Dönitz, en 1943, mais ce sera déjà trop tard.

C’est donc ce rendez-vous manqué entre Hitler et la marine allemande que nous raconte le superbe ouvrage de François-Emmanuel Brézet. Après une courte introduction, l’ouvrage débute par un chapitre couvrant la reconstruction de la marine allemande lorsqu’Hitler arrive au pouvoir en 1933. L’étude de la construction des grands bâtiments jusqu’en 1938, dans le chapitre suivant, permet de répondre à la question qui se pose après la signature de l’accord anglo-allemand, celle de l’incidence véritable de cette signature sur la reconstruction de la marine allemande.

Assez vite, après 1938, Hitler doit prendre en compte le risque de guerre avec l’Angleterre et Reader le convainc de signer une directive donnant une priorité absolue à la construction de la Kriegsmarine. Malgré cela, au début de la guerre, cette Kriegsmarine n’a pas les moyens suffisants pour mener une guerre sereine. On voit bien au travers de l’ouvrage de cet ouvrage qu’Hitler a toujours considéré l’Allemagne comme une puissance continentale et jamais comme une puissance maritime. La priorité d’Hitler reste l’acquisition d’un espace vital, regardant vers l’est de Staline.

Cette fragilité concernant sa marine va suivre Hitler tout au long de la guerre malgré les territoires scandinaves récupérés. L’ouvrage est complet, il traite du projet de débarquement en Angleterre, consacre de nombreuses pages à la Méditerranée et aux tractations avec l’allié japonais. Evidemment, la bataille de l’Atlantique ne saurait ne pas prendre place dans cet ouvrage. L’auteur y consacre de nombreuses pages en nous apportant de nombreuses informations. Des pages concernant les négociations avec la Franche de Vichy s’avèrent aussi particulièrement intéressantes.

Hitler et la mer s’avère donc être un ouvrage particulièrement intéressant qui nous permet de mieux comprendre le poids de la marine allemande dans la défaite allemande. Il rappelle que l’on ne peut pas être une grande puissance sans disposer d’une marine de guerre digne de ce nom.

 

Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 16 février 2020 : Pour les amoureux de culture

La Saint Valentin est passée. Nous espérons que vous avez pioché des idées de cadeaux culturels dans notre sélection de la semaine dernière. Ceci dit il n'y a jamais assez d'occasions de faire plaisir, alors voici une nouvelle sélection qui saura vous séduire. C'est parti !

Du côté de la musique :

"Monolithe" de Octave Noire
"Origenes" de Sotomayor
"Perdida" de Stone Temples Pilots
"Endless voyage" de Sunflowers
"Brothers in ideals" de The Inspector Clouzo
"Come on in" de Thorbjorn Risager & The Black Tornado
"Bury the moon" de Asgeir
"The wall single" de Fontiac
"M. I. A." la 10ème émission de Listen in Bed à écouter en ligne
"Cailloux & météores" de Mira Cétii
"Ghosts" de Mokado
Frustration & The Jackson pollock au Fil de Saint Etienne
et toujours :
"I become a beast" de Caesaria
"Hopetown" de Claudial Solal et Benoit Delbecq
"L'îlot" de Cyril Adda, à retrouver aussi en session
"Granados Goyescas" de Jean Philippe Colard
"On both sides of the atlantic" de Jon Bouteiller
"Lovers" de Kid Francescoli
"Ooh Hah" le mix numéro 10 de Listen in Bed
"Show no mercy" de Loki Lonestar
"Cailloux & météores" de Mira Cétii
"Simido" de Moonlight Benjamin

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"La Collection" au Théâtre L'Etoile du Nord
"Correspondance avec la mouette" au Théâtre Les Déchargeurs
"Ni couronne ni plaque" au Théâtre de Belleville
"Dans les forêts de Sibérie" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Hedda" au Théâtre de Belleville
"Roi du silence" au Théâtre Les Déchargeurs
"Aime-moi" au Théâtre de Belleville
"Mon Olympe" au Théâtre de Belleville
"Ciel, mon Paris !" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Les Faucheuses" à la Comédie Nation
"Le petit résistant illustré" au Théâtre Essaion
des reprises :
"Huis Clos" au Théâtre Dejazet
"Nature morte dans un fossé" au Théâtre du Gymnase
"What is love" à la Divine Comédie
"Ah ! Félix (n'est pas le bon titre)" au Trois Baudets
et la chronique des spectacles à l'affiche en février

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour :
"Picasso - Tableaux magiques" au Musée national Picasso
"Luca Giordano - Le triomphe de la peinture napolitaine" au Petit Palais
"Le Rêveur de la forêt" au Musée Zadline
"Du Douanier Rousseau à Séraphine - Les grands maîtres naïfs" au Musée Maillol
"Le Marché de Art sous l'Occupation 1940-1944" au Mémorial de la Shoah

Cinéma avec :

"Sortilège" de Ala Eddine Slim
Oldies but Goodies avec "Les Vertes Années" de Paulo Rocha
et la chronique des films sortis en février

Lecture avec :

"Apaiser hitler" de Tim Bouverie
"L'odysée du plastique" de Eric Loizeau
"La résurrection de Joan Ashby" de Cherise Wolas
"Les lumières de Niteroi" de Marcello Quintanilha
"Préférer l'hiver" de Aurélie Jeannin
"Ted" de Pierre Rehov et "Grand froid" de Cyril Carrère
"Undercover" de Amaryllis Fox
et toujours :
"Alt life" de Joseph Falzon & Thomas Cadène
"Ce qui est nommé reste en vie" de Claire Fercak
"Dévorer les ténèbres" de Richard Lloyd Parry
"Il est juste que les forts soient frappés" de Thibault Bérard
"L'homme qui n'est jamais mort" de Olivier Margot
"La chute" de Jacques Ravenne
"Le livre de Sarah" de Scoot McClanahan

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 16 février 2020 : Pour les amoureux de culture
- 9 février 2020 : On se calme et on se cultive
- 2 février 2020 : Place aux crèpes
- 26 janvier 2020 : Les rois des galettes
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=