Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce L'enfer du commissaire Ricciardi
Maurizio De Giovanni  (Editions Rivages)  juin 2019

Ô joie que celle de retrouver le célèbre commissaire Ricciardi et la plume incomparable de Maurizio De Giovanni ! L’enfer du commissaire Ricciardi est sorti en grand format quelques semaines après la sortie en poche de l’enquête précédente (que je vous conseille vivement aussi), Les Pâques du commissaire Ricciardi.

Maurizio De Giovanni est né en 1958 à Naples, cadre de tous ses romans. Lauréat du prestigieux prix Scerbanenco, il est traduit dans de nombreux pays et a vu son œuvre plusieurs fois adaptée pour la télévision. Après le cycle des saisons, qui se déroule durant le fascisme, L’enfer du commissaire Ricciardi poursuit le cycle des fêtes.

Maurizio de Giovanni a donc fait le choix de prendre sa ville d’origine pour en faire le cadre de ses romans et le lieu de vie de ses personnages. Dans cette ville bouillonnante, il a construit un personnage solitaire et charismatique, le célèbre commissaire Ricciardi que l’on suit maintenant depuis de nombreuses années au gré des publications de l’auteur. A ses côtés, son fidèle brigadier Maione qui le suit au cours de ses différentes enquêtes.

Dans ce nouvel opus, le commissaire Ricciardi se retrouve donc au beau milieu de la canicule estivale napolitaine. Naples se prépare à célébrer la Madonna del Carmine quand un chirurgien est défénestré depuis son bureau. Pour le commissaire et son brigadier, c’est le début d’une enquête qui va les confronter aux passions les plus torrides.

Au fil des témoignages et des aveux, l’infidélité et l’amour se confondent au point de semer le doute dans l’âme des deux policiers, compromettant leurs propres tentatives sentimentales. Angéliques, infernales et passionnées, les notes d’une chanson napolitaine planent sur les destins de chacun, alors que tous risquent de basculer dans l’abîme. Car la chaleur, la vraie chaleur, vient de l’enfer.

Le professeur tombe ! C’est sur cette phrase que s’ouvre le roman de Maurizio de Giovanni. Une chute du dernier étage de l’hôpital dans lequel cet éminent praticien obstétricien travaillait. Suicide ? Meurtre ? Toutes les hypothèses sont possibles concernant cette tragédie. C’est donc à cette première question que va devoir s’atteler le commissaire.

Si c’est un meurtre, il va falloir trouver le mobile et le meurtrier. Au fil des pages, arpentant les ruelles de la ville de Naples, les deux policiers vont vite se rendre compte que la vie dissolue du médecin et son passé laisse penser à de nombreux mobiles pouvant expliquer sa mort. Ses pratiques professionnelles qui ne sont pas exemptes de tout reproche peuvent aussi expliquer sa mort. Une piste, donnée par un bijoutier qui fait partie des derniers à avoir vu vivant le médecin, va les mener vers une intrigante femme.

Au-delà de cette intrigue autour de la mort de ce médecin, l’ouvrage de Maurizio de Giovanni est aussi un superbe livre sur l’Italie des années 30, sur la montée du fascisme mais surtout sur l’amour qui est au final au cœur de cet ouvrage. L’amour secret du commissaire pour sa voisine qui l’aime tout autant que lui. L’amour qu’il porte aussi à sa gouvernante qui se retrouve en fin de vie et qu’il accompagne pour la remercier de tout ce qu’elle a fait pour lui quand il était enfant.

Une fois encore, on retrouve dans ce nouvel opus tout ce qui fait le charme des romans de cet auteur italien. On s’attache aux personnages de Maurizio de Giovanni, à leur vie compliquée autant qu’on prend plaisir à parcourir cette ville de Naples qui ne ressemble à aucune autre. Les vies privées de Ricciardi et de Maione s’insèrent parfaitement avec l’intrigue construite autour de mort du médecin.

Alors voilà, si vous ne connaissez pas encore ce formidable auteur italien, il est encore temps cet été de vous rattraper en vous procurant cet ouvrage et ses précédents. La fournaise napolitaine devrait vous plaire, même en ces temps caniculaires.

 

En savoir plus :
Le Facebook de Maurizio De Giovanni


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 8 décembre 2019 : Et si Noël n'avait pas lieu ?

Grève générale, transports bloqués, morosité ambiante, réchauffement climatique... Et si cette année Noël n'avait pas lieu ? Quoi qu'il en soit vous aurez largement de quoi vous réjouir avec notre proposition de découvertes culturelles hebdomadaires dès maintenant. Par ailleurs, suivez notre facebook pour gagner des places pour le concert de She Owl.

Du côté de la musique :

"The undivided five" de A Winged Victory for the Sullen
Rencontre avec Lofofora autour de leur album "Vanités"
"Fly fly" de Céline Bonacina
"Romantic sketches" de Fred Perreard Trio
"Not married anymore" de Hasse Poulsen
"Enfer et paradis" de Les Nus
"Une certaine urgence", émission #6 de notre podcast Listen In Bed
"De temps et de vents" de Bodh'aktan
"Building site" de Mata Hari
"Gréty : Raoul Barbe Bleue" de Orkester Nord, Martin Wahlberg
et toujours :
"D'où vient le nord" de Francoeur
"Other side effects" de Lion Says
"Black Cofvefe" 5eme volume des mixes en podcast de Listen in Bed
"Santa Maria Remix" de Carmen Maria Vega
"Paganini, Schubert" de Vilde Frang & Michail Lifits
"I don't want to play the victim, But i'm really good at it" de Love Fame Tragedy
"Little ghost" de Moonchild
"Los Angeles" de Octave Noire
"A blemish in the great light" de Half Moon Run
"Older" de Quintana Dead Blues eXperience
"C'est pas des manières" de The Glossy Sisters
"Zimmer" de Zimmer

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Architecture" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Elvira" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"New Magic People" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"A" à la Scène Parisienne
"Mister Paul" au Théâtre L'Atalante
"Deux amoureux à Paris" au Studio Hébertot
"Nobody is perfect" à la Scène Parisienne
des reprises :
"Allers-Retours" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Portrait de Ludmilla en Nina Simone" au Théâtre des Abbesses
"Métropole" au Théâtre de la Reine Blanche
"Chambre noire" au Monfort Théâtre
et la chronique des spectacles à l'affiche en décembre

Expositions avec :

"Marche et démarche - Une histoire de la chaussure" au Musée des Arts Décoratifs
"Helena Rubinstein - La Collection de Madame" au Musée du Quai Branly

Cinéma avec :

Les nouveautés de la semaine :
"La Vie invisible d'Euridice Gusmao" de Avénarius d’Ardronville
"Le Roi d'Ici" de Karim Aïnouz
Oldies but Goodies avec "Kanal" de Andrzej Wajda
et la chronique des films sortis en novembre

Lecture avec :

"Au plus près" de Anneli Furmark & Monika Steinholm
"Evolution " de Marc Elsberg
"L'amexique au pied du mur" de Clément Brault & Romain Houeix
"Rien que pour moi" de J.L. Butler
"Secret de polichinelle" de Yonatan Sagiv
et toujours :
"Le chant du bouc" de Carmen Maria Vega
"La tempête qui vient" de James Ellroy
"Le crime de Blacourt" de Daphné Guillemette
"Pas de répit pour la reine" de Frédéric Lenormand
"Stalingrad" de Antony Beevor
"Un peu, beaucoup, passionnément, à la folie, pas du tout" de Alice Munro

Froggeek's Delight :

"Oculus Quest" Le casque de réalité virtuel autonome

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 8 décembre 2019 : Et si Noël n'avait pas lieu ?
- 1er décembre 2019 : On prépare les cadeaux
- 24 novembre 2019 : Black Friday culturel
- 17 novembre 2019 : 4 ans déjà
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=